WEB SIDE STORIES

« On l'appelait la pucelle car elle était vierge depuis son enfance » [perle lycéenne]



Quand Macron s'attaque à la liberté d'information

On savait déjà que Macron a une conception très verticale de l'information. Il s'attaque maintenant, la présidente de France Televisions, à deux émissions d'investigation phares : Envoyé Spécial et Compléments d'Enquêtes. 50% des coupes dans les effectifs reposeraient sur les magazines d'info. Un article de l'excellent site Arretsurimages.net, le seul site d'informations auquel je suis abonné.



Quand Macron s'attaque à la liberté d'information
ENVOYÉ SPÉCIAL ET COMPLÉMENT D'ENQUÊTE, MENACÉS PAR LES COUPES BUDGÉTAIRES


"Diviser par trois le nombre de numéros d'Envoyé Spécial et de Complément d'enquête, et réduire drastiquement le nombre de journalistes ? Le projet d'économies de la direction de l'information de France Télévision a fait bondir les rédactions de France 2.

Vers une réduction drastique des émissions d’investigation à la télé publique? C’est la crainte aujourd’hui partagée par les rédactions de France Télévisions. À l’heure où, sous pression de Bercy, le groupe audiovisuel public doit procéder à une coupe de 50 millions d’euros (sur un budget de près de 3 milliards), la direction de France Télés pourrait bien décider de diviser par trois le nombre de livraisons d’Envoyé spécial et de Complément d’enquête. Plus précisément, la diffusion trois jeudis par mois de ces deux magazines pourrait laisser place dès février à une seule diffusion mensuelle en prime time pour chacune de ces deux émissions. C’est en tout cas la proposition formulée par la direction de l’information en début de semaine auprès du comité exécutif du groupe.

"Tout en payant la même redevance, le téléspectateur verra moins d’émissions d’enquêtes et d’investigation", s’est émue la Société des journalistes de France Télés dans un communiqué interne diffusé hier. La SDJ dénonce "les conséquences désastreuses qu’un tel projet ferait peser sur l’information du service public et sa qualité (…) et plus généralement sur l’emploi au sein des rédactions".


Selon la SDJ, ainsi que plusieurs sources internes à France Télévisions, la direction de l’info projetterait en effet de supprimer une trentaine de postes de CDD au sein des magazines, au terme de leur contrat en juin 2018. Ainsi, Complément d’Enquête et Envoyé Spécial perdraient l’intégralité de leurs CDD, soit 80% des effectifs.

Un journaliste de France Télés, contacté par @si, fait les comptes : "Aujourd’hui Envoyé Spécial et Complément d’enquête, c’est au total 25 journalistes, si les CDD ne sont pas reconduits en septembre prochain, Envoyé Spécial ne comptera plus que 5 journalistes [au lieu de 13 actuellement] et Complément d’Enquête que 2 journalistes [au lieu de 12], on nous demande tout simplement de disparaître".

Un autre journaliste, également contacté par @si, commente consterné: "France Télés a aujourd’hui un budget de près de 3 milliards d’euros. Avec ça, le groupe a une tellement mauvaise gestion de ces ressources, qu’il n’est pas capable de faire subsister deux petites rédactions d’enquête de 25 reporters…"


N.D.L.R

Croyez vous vraiment que ce soit un hasard si les coupes budgétaires demandées par Bercy condamnent en fait à la disparition les deux principales émissions d'investigation de France 2 ?

Sur un budget de France 2 de trois milliards d'euros !

Bien sûr que non ! Mettre au pas les (rares) organes d'information libres qui subsistent encore n'est certainement pas la moindre des "réformes" envisagées depuis longtemps par Macron et ceux qui ont largement contribué à son élection surprise.

Vendredi 24 Novembre 2017

Lu 229 fois

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique