WEB SIDE STORIES

« La vieillesse est un naufrage, si l'on refuse d'apprendre à nager » [G.D]



Michael Moore ou (le faux) Candide en Europe !

Hier soir, j’ai regardé sur mon Chromebook le dernier film de Michael Moore : “Where to invade next ? (Qui envahir maintenant)



Michael Moore ou (le faux) Candide en Europe !
On le trouve sans problème sur Internet. Il est en vente sur Amazon et sur Itunes, mais en tapant le nom du film plus le mot torrent, on peut le trouver facilement et gratuitement. Y compris les sous-titres, en anglais en tous cas.

Le film dure 2 heures, pourtant, je n’ai pas vu le temps passer, je me suis bien amusé et j’ai appris quelques petites choses bien intéressantes.

Le prétexte du film : les Américains ayant perdu toutes leurs guerres depuis 1945, et il y en eut beaucoup, Moore pense qu’au lieu de faire la guerre, il serait peut-être plus opportun de voir comment font les autres pays et part visiter plusieurs pays d’Europe afin de leur piquer de bonnes idées à adopter aux Etats-Unis.

Il visite donc l’Italie et s'émerveille de ses congés payés, congés maternité, etc, incroyables pour un Américain.
La France pour la qualité de ses cantines scolaires et ses cours d’éducation sexuelle dans les écoles.
La Slovénie pour ses universités gratuites
L’ Allemagne, pour les rapports spécifiques patronat/syndicat
La Tunisie pour la place des femmes dans la société

La Finlande pour la qualité de son enseignement, où on apprend aux enfants à vivre et non à gagner de l’argent.

L’Islande pour avoir mis les banquiers en prison

La Norvège pour ses prisons modèles

Le Portugal pour la dépénalisation des drogues.

Bien entendu, tous ces pays et les solutions examinées n’ont rien à voir avec le hasard. Beaucoup de commentateurs, français notamment, nombrilistes comme à l’accoutumé se sont focalisés sur les pays montrés en exemple, en soulignant que tout n’est pas rose en dehors des exemples choisis.

Évidement ! Moore n’est pas un documentaliste, ou un sociologue, c’est un pamphlétaire, espèce devenue assez rare de nos jours et complètement incompréhensible pour certains. Moore le dit lui-même, je suis venu ramasser les fleurs, pas les mauvaises herbes.

Ce qui l’intéresse, c’est la comparaison avec ce qui se passe dans son pays, les Etats-Unis. En fait, si on regarde le film du côté américain, c’est très violent. Nombre de commentateurs US ne s’y sont pas trompés qui pensent que ce film, sous couvert de piques amusantes et de mines faussement surprises de Moore, est le plus violemment contestataire de tous ses films. Ce qui n’est pas peu dire.

Ce n’est pas si souvent que l’on entend et que l'on voit des images précisant que l’Amérique est une nation fondée sur le génocide des Indiens et l’esclavage des noirs.

Ce n’est pas si souvent que l’on découvre que les Américains n’ont pas, comme nous le pensons, une ou deux semaines de congés payés, mais zéro ! Pour partir en congé, aux USA, il faut se le payer ou payer une assurance pour ca !

Ce n’est pas si souvent que l’on apprend que dans les fiches de sécurité sociale, 60 % des contributions est consacré aux dépenses militaires ! Ben oui, 70 ans de guerres ininterrompues, avec des armements de plus en plus chers, il faut bien les financer !

Ce n’est pas si souvent qu’un Américain nous montre comment les prisons américaines, bien que surchargées, fournissent une main d'œuvre encore moins chère qu’en Chine ! Main d’œuvre à peu de frais, dont profitent allègrement les plus grandes compagnies américaines.

Bref, le moins qu’on puisse dire, c’est que si Moore voit l'Europe en rose, il voit son propre pays en noir très noir.

Même s’il grossit le trait,il faut bien reconnaître qu’il n’a pas tort.

Le racisme aux Etats-Unis existe toujours, dans les faits, alors qu'en Europe il est illégal, ne serait-ce qu'en paroles ou en écrits.

Le trafic de drogue occupe une place très importante dans ce pays en dépit de “la guerre” que lui fait le gouvernement US depuis des décennies. Le Portugal est l’exemple patent que dépénaliser la drogue décourage les trafiquants et contribue à mieux traiter les drogués.

Les Etats-Unis sont sexistes, alors que dans beaucoup de pays d’Europe la parité a été instituée, au moins dans les lois.

L’éducation aux Etats-Unis est une catastrophe pour la plupart des étudiants qui commencent leur carrière, endettés jusqu’au cou, en raison du prix exorbitant des études.

Les prisons américaines sont effectivement un enfer qui rapportent beaucoup d’argent à leurs promoteurs et ne permet en aucune façon la réhabilitation des prisonniers. Sans parler de la peine de mort qui subsiste encore dans certains états alors qu'elle a disparu de tous les pays évolués du monde.

Le système de santé américain est aussi une catastrophe, en dépit des timides efforts d’Obama pour l’améliorer. A cet égard, je vous conseille le film de Moore sur le sujet : Sicko. Vous serez horrifiés.

La nourriture américaine est une horreur qui a contribué à la situation d’aujourd’hui ou deux Américains sur trois sont obéses. Bien sûr, ce modèle a été exporté en Europe, lui aussi, mais de plus en plus de gens commencent à comprendre les méfaits de la malbouffe et se mettent à faire attention à ce qu’ils mangent et à faire régulièrement de l’exercice. Aux Etats-Unis, cela ne concerne que les gens aisés, la grande masse des américains continue à baffrer n’importe quoi et à bouger son corps le moins possible.

Des études récentes ont démontré que, particulièrement depuis la crise de 2008, la situation des moins riches s’est dégradée considérablement dans ce pays profondément inégalitaire. Les USA, premier pays du monde économiquement et militairement, est à la 8e place pour le classement officiel 2015 de la qualité de vie.

Au final, le film de Moore est à la fois amusant et riche d’enseignements sur l’état plus qu’inquiétant de la société américaine. Certains ne voient en Michael Moore qu’un clown, mais il est en fait un des observateurs le plus avisé et le plus féroce de son pays. Chaque fois que sort un de ses films, on se moque gentiment de lui. Puis, quelques années plus tard, on finit immanquablement par reconnaître la qualité de ses analyses.

J’aimerais bien qu’il existe en France un cinéaste capable de nous montrer, comme le fait si bien Michael Moore pour les Etats-Unis, comment notre pays, jadis un modèle pour beaucoup d’autres pays, un "phare" disait-on, en est arrivé à ne même plus figurer dans les 20 premiers pays du monde, en ce qui concerne la qualité de la vie (voir ici le classement IDH 2015)




Jeudi 15 Septembre 2016

Lu 503 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique