WEB SIDE STORIES

«Le problème est que Dieu nous a donné un cerveau et un sexe, et pas assez de sang pour faire marcher les deux en même temps»



M. Castaner ne connait aucun policier, aucun gendarme, qui ait attaqué des gilets jaunes

Le moins qu'on puisse dire est que M. Castaner est très mal informé.




Une vidéo Youtube parmi beaucoup d'autres

Je rappelle que les policiers ne sont pas censés tirer des balles de défense à moins de 20 m. Ces armes sont dangereuses jusqu'à 50 mètres.

Qu'ils ne doivent se servir de leur lanceur qu'en cas d'attaque de la part des manifestants.

Qu'ils ne doivent pas viser la tête ni en dessous de la ceinture.

Dans cette vidéo, il est clair que les manifestants n'attaquent pas les forces de police.
Il est encore plus évident que dans cette vidéo les forces de police attaquent des manifestants inoffensifs ou en train de fuir.



Une autre vidéo gilet démentant les dires de M. Castaner


N.D.L.R

M. Castaner n'a comptabilisé qu'un seul incident grave depuis le début du mouvement des gilets jaunes !

Or, depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, plus de 1 800 manifestants et autour d’un millier de policiers et gendarmes ont été blessés, dont certains grièvement.

On recense notamment parmi les manifestants, 14 personnes éborgnées et 4 mains arrachées, plus un décès. C'est l'incident recensé par les services de M. Castaner.

Les statistiques de M. Castaner sont fausses parce que lorsqu'on a été blessé par la police on a quelque réticence à faire une déclaration à la dite police. Ce qui explique que beaucoup des blessés parmi les manifestants n'ont pas déclaré leurs blessures à la police. On les comprend.

Je rappelle que les lanceurs de balles de défense, responsables de ces blessures graves, ne sont pas utilisés dans les autres grands pays d'Europe. De plus, le défenseur des droits, lui même, a demandé leur suspension.

Oubliez le sourire charmeur et la voix suave du Président. D'un côté il est tout sourire dans les réunions du grand débat où il s'invite régulièrement. De l'autre, la hiérarchie policière demande à ses troupes, dans une circulaire citée par Mediapart, de ne pas prêter attention aux polémiques et de continuer comme auparavant. A savoir, décourager les manifestants de manifester.

La répression est sans précédent en France. Depuis le début du mouvement, l’IGPN a été saisie de 207 signalements, dont 71 enquêtes judiciaires, pour des faits de violences policières.

Samedi 26 Janvier 2019

Lu 219 fois

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique | Archives | Environnement