WEB SIDE STORIES

« On l'appelait la pucelle car elle était vierge depuis son enfance » [perle lycéenne]



La majoration de retraite Outre Mer de nouveau dans le collimateur du gouvernement

Répondant devant la commission des Finances, élargie à d’autres sénateurs, à une question de Simon Loueckhote (UMP), M. Jégo a dit son intention de “mettre fin aux excès du dispositif”, dont le coût a atteint 295 millions d’euros en 2007 et augmente de 10 % par an (30 600 retraités concernés en 2005).



Et c'est lui qui fait la gueule !
Et c'est lui qui fait la gueule !
Il s’agit de “faire en sorte que ceux qui n’ont rien à voir avec le territoire concerné ne puissent plus venir s’y installer pour bénéficier d’une surretraite qui n’a aucune justification”, a expliqué le secrétaire d’Etat.

La majoration de retraite, dite “indemnité temporaire de retraite” (ITR), varie entre 35% et 75%. Elle est versée aux retraités titulaires d’une pension civile ou militaire de l’Etat résidant dans certaines collectivités d’outre-mer (La Réunion, Saint-Pierre-et-Miquelon, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis et Futuna). Certains fonctionnaires n’ayant jamais servi en Polynésie ou en Nouvelle Calédonie par exemple sont venus s’y installer pour toucher davantage d’argent. “Cette partie du dispositif est condamnée”, a affirmé M. Jégo. “Il y aura dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) la fin de l’entrée dans le dispositif sur ce sujet”.

Pour les bénéficiaires actuels de ces majorations de retraites, M. Jégo a affirmé vouloir introduire un plafonnement, pour “ramener un peu de raison”. “La deuxième question qui se pose, nous sommes en train d’en discuter avec les syndicats, c’est le plafonnement”, a-t-il dit, comblant d’aise le président de la commission des Finances Jean Arthuis (Union centriste). “Il n’est pas très sain qu’un très haut fonctionnaire qui a une très haute retraite ait un ITR qui représente un pourcentage de cette retraite”, a-t-il dit. Les deux mesures devraient être introduites dans le PLFSS “avec le paquet retraite”, a précisé M. Jégo. Selon lui, “ceci ouvre un autre débat”, celui des “rémunérations outre-mer”, “qu’il faudra avoir avec les représentants syndicaux de la fonction publique d’Etat”.

Une fois que l’INSEE aura établi un indice précis de coût de la vie dans les différents territoires d’outre-mer, le secrétaire d’Etat estime que la surrémunération des fonctionnaires outre-mer pourra “peut-être” être établie “sur une réalité des prix”, et non plus de façon “fixe”, en pourcentage de la rémunération

NDLR

L'I.T.R devait être gelée au 1/1/08. Périodiquement, la question, avec celle de la sur rémunération Outre Mer revient sur le tapis.

L'observatoire des prix, mis en place à la Réunion est, jusqu'à présent, une vaste plaisanterie. Pourquoi ? Parce que cela gênerait beaucoup de "beau monde" si on mettait (enfin) sur la place publique le véritable différentiel de prix, souvent pas justifié, entre la métropole et l'Outre Mer.

Compte tenu des amitiés politiques, voire "fraternelles", du président actuel, je ne me fais pas trop de soucis. En revanche si le gouvernement veut modifier ces spécificités Domiennes sans mettre sur la table le problème des prix, je me ferais du souci pour le gouvernement.

Vendredi 4 Juillet 2008

Lu 3154 fois


1.Posté par ABEMONTY ISRAËL le 14/08/2008 10:36
Bonjour
Je découvre ce site qui me parait plutôt sympathique. A suivre.
Je voulais juste dire deux mots sur la majoration de retraite outre-mer qui est un serpent de mer qui revient périodiquement sur le devant de la scène. Et toujours dans le même état. Et qui fait toujours aussi peur. Comme Grand-Mèr Kal.
Je ne souhaite pas relancer une quelconque polémique sur le bien-fondé de son éventuelle révision.
Je voudrais simplement faire partager les quelques réflexions que cela m'inspire.
Il me parait tout à fait choquant que , dans un pays qui se dit démocratique , qui est prêt à donner des leçons au monde entier , la loi organise la discrimination entre les travailleurs : d'un côté ceux à qui on reconnait les moyens de faire face aux difficultés particulières de l'insularité et de l'autre la piétaille qui doit se contenter avec un peu de chance de la loi commune. Pourtant le kilo de riz coûte le même prix pour tout le monde!
On rejoint bien entendu le problème de la surrémunération des fonctionnaires et celui de la formation des prix.
Au sujet de ce dernier il est tout à fait stupéfiant de constater la difficulté qu'ont les membres de l'Observatoire des prix à faire une addition. S'il est si difficile de savoir comment se forme le surcoût des produits à la Réunion il est légitime de penser que certaines corporations ne tiennent pas particulièrement à la transparence. Du moins pas tout de suite. Et cet observatoire n'observe que son impuissance , n'apparaissant ainsi que comme un gadget inutile destiné simplement à tromper le public.
Poursuivant mon raisonnement j'en arrive à penser que le destin de la Réunion est entre les mains de quelques groupes économiques , politiques , idéologiques , de réseaux qui n'agissent que pour leur propre compte. Je laisse à ceux qui en ont le loisir et la capacité le soin de réfléchir à la nature de ces réseaux et leur compatibilité avec les notions de justice , de liberté , d'équité , de respect de l'individu , de transparence qui sont sensées régir notre société.
Il est à remarquer que ces principes fondamentaux sont également bien mis à mal par les conséquences socio-économiques de cette société à deux vitesses : la surrémunération tire les prix vers le haut , ce qui pénalise encore plus les autres salariés.
Mais nous aurons encore l'occasion de parler de ces serpents de mer.
Gageons qu'ils n'auront rien perdu de leurs atours.
Bonne journée à tous.
Israël

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique