WEB SIDE STORIES

« Ce n'était qu'un combat, continuons le début !» [Coluche]



Budget 2019 : "8 millions" de retraités vont perdre l'équivalent d'un "demi mois de retraite" dans leur pouvoir d'achat

estime Valérie Rabault Valérie Rabault, la présidente du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, estime que les retraités sont les oubliés du projet de loi de Finances 2019.



Budget 2019 : "8 millions" de retraités vont perdre l'équivalent d'un "demi mois de retraite" dans leur pouvoir d'achat
Les retraités sont les oubliés du projet de loi de Finances 2019, présenté lundi 24 septembre en conseil des ministres, selon Valérie Rabault. La présidente du groupe socialiste à l'Assemblée nationale a estimé sur franceinfo que les 14 millions de retraités vont subir une "perte en pouvoir d'achat". Huit millions de retraités, qui subissent déjà la hausse de la CSG, vont perdre l'équivalent d'un "demi mois de retraite" en un an.

franceinfo : Pensez-vous que les mesures de ce projet de loi permettront d'augmenter le pouvoir d'achat des ménages ?

Valérie Rabault : Quand on parle du pouvoir d'achat, il faut toujours faire les plus et les moins. Ne faire que les plus, c'est mentir aux Français sur leur pouvoir d'achat puisque de toute façon, c'est toujours le même porte-monnaie qui paie. Même si, et je le reconnais, il y a une baisse de la fiscalité pour certains, on s'aperçoit que ce sont toujours les mêmes qui vont avoir les plus, et toujours les mêmes qui vont avoir les moins : les retraités.

Il y a 14 millions de retraités en France qui ne vont pas avoir leur pension revalorisée. Quand on est dans un contexte où il y a une inflation à 2 %, c'est une perte de pouvoir d'achat. Sur ces 14 millions, vous en avez 8 qui ont subi au 1er janvier 2018 la hausse de la CSG, donc pour ces 8 millions de retraités, l'année 2019 va signifier une baisse de pouvoir d'achat à peu près équivalente à un demi mois de retraite.

N.D.L.R

Effectivement, avec Macron lorsqu'il communique sur les plus, il faut toujours chercher les moins.

C'est son mantra du "en même temps". Qui peut s'énoncer ainsi : je donne 100 euros d'une main, et j'en reprends 200 ou 300 de l'autre. Voire plus, si c'est possible.

Le sous-mantra étant : les Français sont des cons, ils ne connaissent rien à l'économie, allons-y gaiement. Plus c'est gros, mieux ça passera.

Il supprime la taxe d'habitation mais ça ne lui coûte rien puisque c'est une recette des collectivités locales. Lesquelles seront pour la plupart contraintes d'augmenter les impôts locaux. Que paient les citoyens. Et le tour de passe-passe est joué.

Il fait un petit cadeau à 300 000 retraités parmi les plus modestes, soit 0,002 % des 14 millions de retraités (!) mais il supprime l'indexation des pension s à tous les retraités, soit en prenant en compte les 2 % d'inflation et un montant de pension moyen de 1400 euros, une économie pour l'Etat de
400 000 000 d'euros.

En revanche, avec les riches, quand il donne 3,5 milliards d'euros de baisse d'impôts c'est franc et massif. Il ne se risque pas au "en même temps" avec les plus fortunés des Français.

A côté de Macron, Sarkozy, c'était l'abbé Pierre !

Mardi 25 Septembre 2018

Lu 146 fois

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique | Archives | Environnement