;
WEB SIDE STORIES- Site personnel de Guy DERIDET
Web Side Storie
WEB SIDE STORIES

«L'avenir n'est plus ce qu'il était» [Paul Valéry]



La dangereuse danse des médias avec l'extrême droite...

...entre banalisation et amplification. Un article inspiré par une vidéo éclairante de Blast et Acrimed sur un sujet plutôt à l'ordre du jour.



Image Blast
Image Blast
Cet article a été écrit par Claude 3,5, Sonnet après que je lui ai soumis la vidéo de Blast à résumer et posé des questions. 

Le sujet me parait des plus importants à quelques jours d'un scrutin qui risque de modifier profondément la société française.

 
 
 
Dans un paysage médiatique en pleine mutation, la montée de l'extrême droite en Europe et dans le monde soulève de nombreuses questions sur le rôle et la responsabilité des médias. Entre couverture excessive, banalisation des idées radicales et nouveaux canaux de diffusion, les médias semblent jouer un rôle complexe et parfois ambigu dans ce phénomène politique majeur. Décryptage d'une relation tumultueuse aux conséquences potentiellement dévastatrices pour nos démocraties.
 
## Une surexposition médiatique problématique
 
L'un des premiers constats qui s'impose est la surreprésentation médiatique dont bénéficie l'extrême droite depuis plusieurs années. Que ce soit dans les médias traditionnels ou sur les réseaux sociaux, les idées et les personnalités d'extrême droite occupent une place disproportionnée par rapport à leur poids électoral réel. 
 
Cette surexposition s'explique en partie par la recherche du sensationnalisme et de l'audimat. Les médias, soumis à des contraintes commerciales croissantes, privilégient souvent les contenus polémiques et clivants qui génèrent du clic et de l'audience. Les discours provocateurs et les petites phrases choc de l'extrême droite correspondent parfaitement à cette logique médiatique.
 
Ainsi, lors de la campagne présidentielle américaine de 2016, Donald Trump aurait bénéficié de l'équivalent de 4,6 milliards de dollars de couverture médiatique gratuite. Un phénomène similaire a été observé en France avec la surexposition de personnalités comme Éric Zemmour.
 
## La banalisation insidieuse des idées extrêmes
 
Au-delà de la simple surexposition, de nombreux observateurs pointent un phénomène plus insidieux de banalisation des idées d'extrême-droite dans les médias grand public. Cette normalisation passe par plusieurs mécanismes :
 
1. L'utilisation croissante du vocabulaire et des thématiques de l'extrême droite dans le débat public, comme les notions de "grand remplacement" ou "d'ensauvagement".
 
2. La multiplication des plateaux de débat mettant sur un pied d'égalité des opinions démocratiques et des idées extrémistes.
 
3. Le traitement de plus en plus complaisant des personnalités d'extrême droite, avec des portraits intimistes ou des interviews légères qui contribuent à les dédiaboliser.
 
4. L'adoption par les médias mainstream de certains angles éditoriaux chers à l'extrême droite, notamment sur les questions d'immigration ou d'insécurité.
 
Cette banalisation progressive a pour effet de rendre acceptables des idées qui étaient auparavant considérées comme inacceptables dans le débat démocratique. Elle contribue à déplacer le curseur du débat public toujours plus à droite.(Voir la note à la fin de cet article sur la fenêtre d'Everton.)
 
## Les nouveaux canaux de diffusion : réseaux sociaux et influenceurs
 
Si les médias traditionnels jouent un rôle important, l'extrême droite a su également s'approprier les nouveaux canaux de communication numériques pour diffuser ses idées, en particulier auprès des jeunes générations.
 
Les réseaux sociaux comme YouTube, TikTok ou Instagram sont devenus des terrains de jeu privilégiés pour une nouvelle génération d'influenceurs d'extrême droite. Tik Tok étant le plus dangereux de tous. Ces derniers utilisent les codes de la culture web et des influenceurs lifestyle pour promouvoir subtilement une idéologie nationaliste et autoritaire.
 
Ces influenceurs politiques, souvent jeunes et charismatiques, parviennent à toucher un public large en mélangeant habilement contenus politiques et partage de leur vie privée. Ils créent ainsi une relation de proximité avec leurs abonnés, renforçant l'impact de leur message idéologique.
 
Ce phénomène est particulièrement préoccupant, car il permet à l'extrême droite de contourner les garde-fous traditionnels des médias pour s'adresser directement à un public jeune et influençable.
 
## Les effets délétères sur le débat démocratique
 
Cette omniprésence médiatique de l'extrême droite n'est pas sans conséquences sur la qualité du débat démocratique et la cohésion sociale :
 
1. Elle contribue à une polarisation accrue de la société, en exacerbant les clivages et en radicalisant les positions.
 
2. Elle érode la confiance dans les institutions démocratiques et les médias traditionnels, accusés de parti pris ou de complaisance.
 
3. Elle favorise la diffusion de théories du complot et de fake news, qui trouvent un terreau fertile dans ce climat de défiance généralisée.
 
4. Elle peut encourager le passage à l'acte violent de certains individus radicalisés, comme l'ont montré plusieurs attentats d'extrême droite ces dernières années.
 
##L'anonymat en ligne joue un rôle significatif dans ce phénomène

1. Désinhibition : L'anonymat permet aux individus d'exprimer des opinions extrêmes sans crainte de conséquences sociales ou professionnelles, ce qui favorise la prolifération de discours radicaux.
 
2. Création de chambres d'écho : Les forums et groupes anonymes peuvent facilement devenir des espaces clos où les idées extrémistes se renforcent mutuellement, sans être confrontées à des points de vue opposés.
 
3. Diffusion facilitée : l'anonymat permet une diffusion plus large et rapide des idées d'extrême droite, car les utilisateurs peuvent partager du contenu sans révéler leur identité.
 
4. Sentiment d'impunité : l'impossibilité d'identifier les auteurs de contenus extrémistes anonymes crée un sentiment d'impunité qui normalise ces discours.
 
5. Recrutement facilité : les recruteurs extrémistes utilisent l'anonymat pour approcher et manipuler plus facilement des cibles potentielles.
 
6. Contournement de la modération : l'anonymat permet aux extrémistes de créer facilement de nouveaux comptes pour contourner les suspensions et continuer à propager leurs idées.
 
7. Amplification des théories du complot : l'anonymat favorise la propagation de théories du complot qui peuvent servir de porte d'entrée vers des idéologies extrémistes.
 
Cependant, il est important de noter que l'anonymat en ligne a aussi des aspects positifs, comme la protection des lanceurs d'alerte et la liberté d'expression dans des contextes répressifs. La solution ne réside donc pas dans la suppression totale de l'anonymat, mais plutôt dans une meilleure régulation et éducation aux médias numériques.
 
## Quelle responsabilité pour les médias ?
 
Face à ce constat, la question de la responsabilité des médias se pose avec acuité. Doivent-ils continuer à donner une tribune à l'extrême droite au nom du pluralisme ? Ou au contraire adopter une posture plus militante de cordon sanitaire ?
 
Il n'existe pas de réponse simple à ce dilemme, mais plusieurs pistes peuvent être explorées :
 
1. Une plus grande rigueur dans le fact-checking et la contextualisation des propos d'extrême droite.
 
2. Un rééquilibrage de la représentation médiatique, en donnant plus de place aux voix progressistes et aux personnes issues de la diversité.
 
3. Une formation accrue des journalistes aux enjeux liés à l'extrême droite et aux mécanismes de manipulation de l'information.
 
4. Une réflexion éthique sur la manière de traiter l'actualité sans tomber dans le sensationnalisme ou la complaisance.
 
5. Un travail d'éducation aux médias auprès du grand public, en particulier des jeunes, pour développer l'esprit critique face à l'information.
 
En conclusion, si les médias ne sont pas les seuls responsables de la montée de l'extrême droite, ils ont indéniablement une part de responsabilité dans sa banalisation et sa diffusion. À l'heure où nos démocraties sont fragilisées, il est crucial que les médias prennent conscience de leur pouvoir et de leur devoir d'information, pour contribuer à un débat public apaisé et constructif, plutôt qu'à une surenchère populiste potentiellement dangereuse.
 
 
**Note : La banalisation des idées d'extrême droite ou l'extension de la fenêtre d'Overton
 
La fenêtre d'Overton, nommée d'après Joseph P. Overton, est un concept qui décrit la gamme d'idées considérées comme acceptables dans le discours public à un moment donné. Ce concept explique comment des idées auparavant jugées inacceptables peuvent progressivement devenir acceptables dans le débat public.
 
La "banalisation progressive a pour effet de rendre acceptables des idées qui étaient précédemment considérées comme inacceptables", est exactement ce que la théorie de la fenêtre d'Overton cherche à expliquer. Voici comment cela fonctionne :
 
1. Des idées initialement considérées comme impensables ou radicales sont introduites dans le débat public.
 
2. À force d'être répétées et discutées, ces idées passent progressivement du statut de "radicales" à "acceptables", puis "raisonnables", et enfin "populaires".
 
3. Cette évolution graduelle déplace la fenêtre de ce qui est considéré comme acceptable dans le discours public.
 
4. Des idées qui étaient auparavant en dehors de cette fenêtre (donc inacceptables) se retrouvent à l'intérieur, devenant ainsi "acceptables" dans le débat démocratique.
 

Ce processus peut être utilisé délibérément comme une stratégie politique pour faire évoluer l'opinion publique sur certains sujets. 
 
Il est important de noter également que ce phénomène peut avoir des effets positifs (en permettant l'évolution des mentalités sur des sujets de société) mais aussi négatifs (en normalisant des idées extrémistes).
 

Citations:

[1]https://www.france24.com/fr/europe/20240307-les-m%C3%A9dias-responsables-de-la-mont%C3%A9e-des-partis-d-extr%C3%AAme-droite-en-europe

[2] https://dauphine.psl.eu/eclairages/article/montee-de-lextreme-droite-la-faute-aux-medias

[3] https://reporterre.net/Pour-un-front-commun-des-medias-contre-l-extreme-droite

[4]https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/06/19/face-a-la-nature-autoritaire-de-l-extreme-droite-le-cordon-sanitaire-se-joue-aussi-dans-les-medias_6241241_3232.html

[5]https://www.liberation.fr/idees-et-debats/opinions/montee-de-lextreme-droite-la-faute-aux-medias-20220426_AOKKLJJIYJBZFI6KGWPVR65UVY/

[6] https://www.acrimed.org/Face-a-l-extreme-droite-l-urgence-d-informer-sans

[7]https://www.alternatives-economiques.fr/un-front-commun-medias-contre-lextreme/001115

[8]https://fr.boell.org/fr/2024/04/04/la-relation-compromettante-entre-les-medias-et-lextreme-droite

[9] https://agone.org/medias-et-extreme-droite-la-grande-banalisation/

[10]https://www.telerama.fr/debats-reportages/les-medias-un-relais-bien-commode-pour-l-extreme-droite-7017844.php

[11]https://www.sciencespo.fr/fr/actualites/influenceurs-d-extreme-droite-le-moteur-cache-du-succes-du-rn/

[12] https://www.cairn.info/le-racisme-une-introduction--9782707128669-page-113.html

[13]https://www.internetmatters.org/fr/hub/question/people-targeted-far-right-groups-online/ [14]https://www.sudouest.fr/politique/elections-legislatives-2024-les-influenceurs-d-extreme-droite-le-moteur-cache-du-succes-du-rn-20216295.php

[15]https://www.lemonde.fr/politique/article/2024/01/21/fait-divers-immigration-les-idees-d-extreme-droite-se-diffusent-dans-les-medias-et-l-opinion_6212070_823448.html

 

 

 

Dimanche 30 Juin 2024

Lu 146 fois
1 2 3 4 5 » ... 20

Mode d'emploi de ce site | Edito | Humour | Santé | Intelligence Artificielle | Covid-19 | Informatique | Sexualité | Politique | Coup de gueule | Coup de coeur | Voyages | Divers | Télécoms | Ordiphones | Musique | Archives | Bons plans | Belles annonces | Environnement | Partenaires