;
WEB SIDE STORIES- Site personnel de Guy DERIDET
Web Side Storie
WEB SIDE STORIES

«L'avenir n'est plus ce qu'il était» [Paul Valéry]



L'hygiène à travers les âges

Un document trouvé sur Internet et une adresse vers un article plus complet sur la petite histoire de l'hygiène.



Contrairement aux idées reçues, l'hygiène existait  au Moyen-Âge
Contrairement aux idées reçues, l'hygiène existait au Moyen-Âge
En visitant le palais de Versailles à Paris, on remarque que le somptueux palais n'a pas de toilettes.



Au Moyen- ge, il n'y avait pas de brosses à dents, de parfums, de déodorants et encore moins de papier toilette.

Les excréments humains étaient jetés par les fenêtres du palais.

En vacances, la cuisine du palais a pu préparer un banquet pour 1500 personnes, sans la moindre hygiène.

Dans les films actuels, nous voyons les gens de cette époque secouer ou s'éventer...

L'explication n'est pas dans la chaleur mais dans la mauvaise odeur qu'ils émettaient sous les jupes, faites exprès pour contenir l'odeur des parties intimes car il n'y avait pas d'hygiène.

Ce n'était pas non plus l'habitude de prendre une douche à cause du froid et de l'absence fréquente d'eau courante. Seuls les nobles avaient des laquais pour les éventer, pour dissiper la mauvaise odeur provenant du corps et de la bouche, ainsi que pour chasser les insectes.

Ceux qui sont allés à Versailles ont admiré les jardins énormes et magnifiques qui, à l'époque, étaient non seulement contemplés mais utilisés comme toilettes dans les fameuses ballades promues par la monarchie, parce qu'il n'y avait pas de toilettes.

Au Moyen- ge, la plupart des mariages étaient organisés en juin (pour eux, le début de l'été). La raison est simple : le premier bain de l'année était pris en mai ; donc en juin, l'odeur des gens était encore tolérable.

Cependant, comme certaines odeurs commençaient déjà à agacer, les mariées
portaient des bouquets de fleurs près de leur corps pour couvrir la puanteur. D'où l'explication de l'origine du bouquet de mariée.

Les toilettes étaient prises dans une grande baignoire remplie d'eau chaude.

Le chef de famille avait le privilège de prendre un premier bain dans l'eau propre.

Puis, sans changer l'eau, les autres arrivaient à la maison, par ordre d'âge, les femmes, aussi par âge et enfin les enfants. Les bébés étaient les derniers à prendre un bain.

Quand son tour arrivait, l'eau dans la baignoire était si sale qu'il était possible de tuer un bébé à l'intérieur.

Les toits des maisons n'avaient pas de ciel et les poutres en bois qui les tenaient étaient le meilleur endroit pour les animaux : chiens, chats, rats et coléoptères pour rester au chaud. Quand il pleuvait, les fuites forçaient les animaux à sauter par terre.

Ceux qui avaient de l'argent possédaient des assiettes en conserve. Certains types de
nourriture rouillaient le matériel, causant la mort de nombreuses personnes par
empoisonnement.

Rappelons-nous que les habitudes d'hygiène de l'époque étaient terribles.

Les tomates, étant acides, ont été longtemps considérées comme toxiques, les tasses en conserve étaient utilisées pour boire de la bière ou du whisky; cette combinaison laissait parfois l'individu « au sol » (dans une sorte de narcolepsie induite par le mélange de boisson alcoolisée avec de l'oxyde d'étain). Quelqu'un qui traversait la rue penserait qu'il était mort, alors ils ramassaient le corps et se préparaient pour les funérailles. Puis le corps était placé sur la table de la cuisine pendant quelques jours et la famille restait à regarder, manger, boire et attendre de voir si le mort se réveillerait ou non. D'où la veillée aux morts qui est la veillée à côté du cercueil.

Ensuite les cercueils étaient ouverts, les os étaient extraits, placés sur des ossuaires et la tombe était utilisée pour un autre corps. Parfois, en ouvrant les cercueils, on remarquait qu'il y avait des égratignures sur les couvercles à l'intérieur, ce qui indiquait que le mort·e avait en vérité été enterré vivant.

Ainsi, en fermant le cercueil, l'idée est née d'attacher une bande de poignet du défunt, de la passer dans un trou fait dans le cercueil et de l'attacher à une cloche. Après l'enterrement, une personne restait de service près de la tombe pendant quelques jours.

Si l'individu se réveillait, le mouvement de son bras faisait sonner la cloche. Et, il était «sauvé par le gong », expression populaire utilisée par nous jusqu'aujourd'hui.

N.D.L.R

Si le sujet vous intéresse, vous trouverez à cette adresse un article plus complet sur la petite histoire de l’hygiène.

Vendredi 24 Juin 2022

Lu 223 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

1 2 3 4 5 » ... 25

Mode d'emploi de ce site | Edito | Humour | Santé | Covid-19 | Informatique | Sexualité | Politique | Coup de gueule | Coup de coeur | Voyages | Divers | Télécoms | Ordiphones | Musique | Bons plans | Belles annonces | Environnement | Archives | Partenaires