WEB SIDE STORIES

« On l'appelait la pucelle car elle était vierge depuis son enfance » [perle lycéenne]



Top 10 des conseils pour reconnaître une fausse info sur Facebook (et ne plus se faire avoir)

Depuis qu’une partie de la population américaine l’accuse d’avoir fait gagner Trump en raison des nombreux hoax que ses algorithmes ont propagé tout au long de la campagne, Facebook est dans la tourmente. Ses dirigeants ont déjà indiqué qu’ils luttaient contre ce fléau, mais l’automatisation de la tâche est super complexe. Alors qu’elle est super fastoche pour quiconque se donne deux secondes pour faire des vérifications. Un spécialiste des hoax explique très bien le phénomène qui est en train de se produire : autrefois, les gens partageaient des conneries, puis, une fois le démenti publié, ils passaient pour des imbéciles. Maintenant, les gens partagent des conneries et ne voient jamais le démenti. Un article de Topito.com



Top 10 des conseils pour reconnaître une fausse info sur Facebook (et ne plus se faire avoir)
1. Vérifier la source

Ça paraît débile, mais si l’article qui traîne émane d’un journal dont vous n’avez JAMAIS entendu parler, il y a de fortes chances pour que le journal en question n’en soit pas du tout un et que tout ce qu’on vous raconte est faux.

2. Checker sur un site spécialisé

Il existe plusieurs sites qui répertorient tous les hoax qui traînent : Hoaxbuster et Hoaxkiller en font partie. Les équipes de ces sites décryptent uns à uns tous les articles complètement faux qui sont partagés par les gens sans vérification.

N.D.L.R
Encore plus simple : dans Google taper par exemple : hoax permis de conduire Hoaxbuster est plus complet que Hoaxkiller.


3. Regarder la provenance et la date des images grâce à la recherche inversée d'images de Google

Lors des attentats du 13 novembre 2015, la photo d’une scène de liesse dans les territoires palestiniens avait fait le buzz. Sauf qu’elle était bien antérieure aux attentats et faisait en réalité suite à un accord de cessez-le-feu. Une simple vérification via Google image permettait de s’en rendre compte, mais la plupart des gens ont simplement relayé la photo en se scandalisant d’un truc complètement faux.

N.D.L.R

Copier l'image à vérifier en cliquant droit sur l'image.
Aller sur le site Google Images
Coller l'image
Si Google trouve l'image, cliquer sur l'image pour aller sur le site qui l'a publiée et vérifier les caractéristiques de cette image (date, lieu etc.)

N.D.L.R

Les sites de vérification de hoax sont bien utiles. Ils ont cependant un défaut, consubstantiel à leur fonction : ils chassent les hoax mais ne voient pas les complots ! En effet les hoax ne sont pas seulement des mensonges colportés par des imbéciles, ils peuvent aussi faire partie d'un complot. Les hoaxbusters sont très forts pour déterrer les hoax mais ils ne veulent rien savoir de l'origine de ces hoax. Pour une simple raison : à stigmatiser les hoax, on ne risque rien. Déterrer des complots est beaucoup plus risqué.

On ne le répétera jamais assez : ce n'est pas parce qu'il y a des gens qui voient des complots partout qu'il n'existe pas de complots. Ou, pour éviter ce terme galvaudé, de projets secrets élaboré par plusieurs personnes, contre une autre, ou une institution.

Pour le dire autrement, douter de tout est stupide. Mais se poser toujours des questions et ne jamais rien prendre pour argent comptant me parait au contraire une très saine attitude. Les multiples scandales, dans tous les domaines, de l'histoire ou de l'actualité récente ont démontré, depuis longtemps, que notre monde n'est pas peuplé par des bisounours. Et que la crédulité, plus que l'oisiveté, est la mère de tous les vices

Cliquer ici pour voir la suite sur le site de Topito

Samedi 26 Novembre 2016

Lu 356 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique