WEB SIDE STORIES- Site personnel de Guy DERIDET
Web Side Storie
WEB SIDE STORIES

« Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants» [Proverbe Indien]



Est-on immunisé lorsqu'on attrape le coronavirus ?

Un article de France Info, suivi de mes commentaires.



Fermez le ban !
Fermez le ban !

Par Ilan Caro le mardi 14 avril

Au bout de combien de temps les "bons" anticorps apparaissent-ils ?
Lorsqu'un virus pénètre dans votre organisme, ce dernier se défend en produisant des anticorps. Comment cela se passe-t-il en règle générale ? Votre corps produit tout d'abord des immunoglobulines M (IgM), un type d'anticorps peu efficaces, mais dont la présence signale que votre corps est attaqué. Dans un second temps, après plusieurs jours, votre système immunitaire produit des immunoglobulines G (IgG), beaucoup plus spécifiques et efficaces pour combattre le virus. Certaines de ces molécules IgG ont un caractère neutralisant : elles empêchent l'interaction permettant au virus d'infecter les cellules. Ces anticorps permettent in fine d'éliminer le virus, donc de vous guérir et de vous rendre non contagieux.

Et qu'en est-il avec le Covid-19 ?
"On voit généralement ces anticorps séro-neutralisants apparaître dans les deux à trois semaines, mais il faut parfois attendre un peu plus longtemps", explique le professeur Eric Vivier, du Centre d'immunologie de Marseille-Luminy et membre de l'Académie de médecine. Selon le professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique sur le Covid-19, ces anticorps pourraient même n'apparaître que 28 jours après la contamination initiale, notamment chez les sujets asymptomatiques. Ce qui veut dire que si vous êtes contaminé et que vous réalisez un test sérologique trop tôt, cela peut donner lieu à un résultat faussement négatif. Vous pourrez avoir l'impression de ne pas avoir contracté le virus et donc de ne pas être protégé.

Mais tous les malades sont-ils bien immunisés ?

"La plupart des virus à ARN à tropisme respiratoire [comme le Sars-Cov-2] donnent naissance à une réponse immunitaire protectrice. C'est plutôt une bonne nouvelle", souligne le professeur Eric Vivier. Les chercheurs sont toutefois toujours en pleine phase d'observation de ce virus. Et certaines études inquiètent. C'est le cas de ces recherches chinoises récentes, dont les premiers résultats démontrent que certains patients pourtant contaminés au Covid-19 ne semblent pas produire ces fameux anticorps séro-neutralisants.

Les chercheurs ont analysé le plasma sanguin de 175 malades hospitalisés en février à Shanghai, diagnostiqués Covid-19 et guéris. Parmi eux, environ 30% n'avaient produit qu'un très faible taux d'anticorps neutralisants au moment de quitter l'hôpital. Dix d'entre eux présentaient même un taux inférieur au seuil de détection. Des prélèvements postérieurs ont donné les mêmes résultats. Seules des études complémentaires permettraient de savoir comment ces patients ont réussi à guérir sans l'aide de ces anticorps neutralisants, et s'ils pourraient être exposés à un risque de réinfection, écrivent les auteurs de l'étude.

Combien de temps dure l'immunité (lorsqu'elle est confirmée) ?
Une fois les anticorps séro-neutralisants apparus et repérés par les tests, il existe une autre inconnue : pendant combien de temps cette immunité peut-elle durer ? L'épidémie de Covid-19 est là encore trop récente pour répondre avec le recul nécessaire. Les spécialistes ne peuvent donc s'appuyer que sur les durées d'immunité observées pour d'autres coronavirus, explique Frédéric Tangy, responsable de l'unité de génomique virale et vaccination à l'Institut Pasteur, au Quotidien du médecin. "Il est probable que chez tous les gens qui ont été infectés, l'immunité dure de 3 à 6 mois. Si elle durait moins, ce serait exceptionnel pour un virus de ce genre".

Comment savoir si l'on est effectivement immunisé ?
Certains laboratoires proposent déjà des tests sérologiques au grand public. Les résultats permettent de savoir si un patient a rencontré ou non le virus par le passé, ou bien s'il s'agit d'un cas "douteux". Difficile en revanche d'en tirer des conclusions définitives. "Les tests fonctionnent, mais c'est l'interprétation qui est délicate et soumise aux recommandations scientifiques",explique Johan Joly, du laboratoire Biolam de Beauvais.

En France, l'Institut Pasteur (centre national de référence pour les virus des infections respiratoires) a été mandaté pour y voir plus clair parmi la profusion de tests proposés par l'industrie pharmaceutique. "Au moins 200 tests sérologiques sont actuellement en cours d'élaboration dans le monde. Nous espérons que certains seront bientôt utilisables",explique le directeur de l'unité virus et immunité de l'Institut, Olivier Schwartz, dans une interview à Paris-Normandie.

En attendant cette validation, certains laboratoires privés proposent des tests sérologiques sans ordonnance, avec une prise de sang ou en prélevant une goutte de sang au bout du doigt. Ces tests ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale. Surtout, restez prudent face à ces tests encore non validés. Comme nous l'avons décrit ci-dessus, et comme le rappelle auprès de Checknewsle président du Syndicat national des biologistes François Blanchecotte, on ne sait pas encore au bout de combien de temps votre immunité peut être testée... et quelle protection offrent réellement les anticorps détectés dans votre sang.

N.D.L.R

Le moins qu'on puisse dire est qu'en l'état…les scientifiques ont peu de certitudes. On ne sait pas ou on présume.

Moralité : en attendant quelques certitudes, si elles arrivent jamais, il convient d'être encore plus prudent, surtout après le déconfinement. Jusqu'à la mise en service d'un vaccin, seul moyen finalement de mettre fin à cette pandémie.

En fait, et comme depuis bien avant l'apparition de ce virus, le facteur clé pour ne pas trop souffrir de ce virus, ce sont nos défenses immunitaires.

Tout le monde sait maintenant, je l'espère, ce qu'il faut faire pour disposer d'un bon système immunitaire, essentiellement :

Ne pas fumer :
Surtout avec ce genre de virus qui attaque les voies respiratoires, ce serait une bonne idée de profiter de cette pandémie pour arrêter de fumer. Je sais bien que le confinement n'est absolument pas propice à une décision aussi drastique de la part des fumeurs. Néanmoins, vu les dégâts que fait ce virus sur des voies respiratoires fragilisées, il faudrait peut-être y réfléchir à deux fois.

Manger sainement :
Là encore la période est loin d'être propice ! Mais c'est vous qui voyez…

Boire avec modération :

La encore... Néanmoins il faut profiter du confinement pour réapprendre à boire…de l'eau ! Chaque fois que vous avez soif et même chaque fois que vous avez envie de fumer ou de gambader à l'extérieur, buvez un grand verre d'eau. Votre corps et notamment votre système immunitaire vous remerciera.

Faire de l'exercice tous les jours, pas une fois par semaine adonf ! :
Là encore… Toutefois, même confiné, on peut faire du sport à domicile. Regardez sur Youtube, l'inventivité de certains confinés est incroyable. Mais pour faire des pompes, ou travailler vos abdos vous n'avez besoin de rien. C'est mieux avec un bon tapis, mais vous l'achèterez après le déconfinement. Une ou deux couvertures par terre suffisent pour faire plein d'exercices revigorants. Youtube est plein de coach gratuits dans ce domaine.

Au final, le moins qu'on puisse dire est que le confinement n'est pas la méthode idéale pour se refaire une santé ! De toute façon, c'est une solution désespérée mais nécessaire quand on n'a pas su réagir immédiatement à une épidémie. Suivez mon regard. C'est même la façon la plus archaïque puisque c'est celle qu'on utilise depuis des siècles. Les Asiatiques, qui ont déjà eu, eux, à souffrir de ce genre de virus, ont utilisé soit le « vrai » confinement, à la Chinoise, soit la multiplication des tests et le traçage des individus contaminés ou ayant côtoyé des contaminés. Avec les gestes barrières et le port su masque généralisé.

Malheureusement nous n'avions rien de tout ça, il ne restait que le semi-confinement à la disposition d'un gouvernement à la rue.

Pire que cela au lieu de se dépêcher à appliquer les formules qui ont fait leurs preuves en Asie, ce gouvernement a transformé ses lacunes en théorie : les masques ne servent à rien, les tests non plus. Pour en venir maintenant à oublier des théories d'hier. Mieux, à affirmer qu'elles n'ont jamais existé ! Ils en sont en ce moment à tester, pour les valider, 80 modèles de masques !

Il ne faut donc rien attendre de ce gouvernement et si on ne veut pas le payer très cher, se prendre par la main pour appliquer ce qui réussit ailleurs :

  • Une vie saine en confinement et pas de laisser-aller mortifère
  • Fabriquer ses masques ou en acheter sur Aliexpress, ou tout autre fabricant, asiatique de préférence, ils savent fabriquer des masques et ils ont des stocks
  • Respecter les gestes barrière, en sachant que l'on vient d'apprendre qu'il n'y a pas que les postillons qui sont contaminants. Le virus peut aussi se propager, avec une charge virale moins importante certes, par le simple air que l'on expire en parlant. 

Ce qui veut dire que se parler, même à un mètre de distance, dans un espace confiné, peut suffire à être contaminant ou contaminé. A l'air libre au contraire, pas de problèmes : dans nos contrées le vent est là pour balayer ces micros particules infectées.

Encore une preuve que le confinement est vraiment la pire des solutions en matière de coronavirus !

Heureusement, il va se terminer bientôt.

En effet, le gouvernement aura beaucoup de mal à revenir sur la date du 11 mai, maintenant qu'il l'a annoncée. Il y perdrait le peu de crédibilité qui lui reste et les Français seraient capables d'en venir à se déconfiner sans autorisation. Voire plus.

Par ailleurs, je suis persuadé qu'il ne le souhaite pas. Comme je suis persuadé qu'il n'y aura pas de reconfinement. Cela à déjà coûté trop cher à sont goût. Il va juste laisser faire «l'immunisation de masse», sans le dire bien entendu.

Comme il a été dit dans un article très récent de ce site : « Puisque preuve est faite qu'on ne peut compter sur eux, comptons sur nous. »

P.S

Pour ceux qui ne me connaissent pas et qui doivent se dire, à propos du tabac et de l'alcool, que les conseilleurs ne sont pas les payeurs, je précise que j'ai été grand fumeur (3 paquets par jour) et que j'ai totalement arrêté il y a 24 ans.

À la même période j'étais alcoolique (3 grammes minimum en permanence) et je ne bois plus, en ce moment comme avant, qu'une bière par jour.

Résultats : alors que je devrais être mort depuis longtemps, si j'avais continué à boire et à fumer, j’ai 73 ans, une pêche d'enfer et cet hiver, je n'ai même pas eu un rhume !


Vendredi 17 Avril 2020

Lu 202 fois

Mode d'emploi de ce site | Edito | Humour | Santé | Coronavirus | Informatique | Sexualité | Politique | Coup de gueule | Coup de coeur | Voyages | Divers | Télécoms | Ordiphones | Musique | Bons plans | Belles annonces | Environnement | Archives | Partenaires