WEB SIDE STORIES

«Le problème est que Dieu nous a donné un cerveau et un sexe, et pas assez de sang pour faire marcher les deux en même temps»



Découverte inquiétante sur les antioxydants

Ils luttent contre les inflammations, le vieillissement des cellules, et le développement de certaines maladies. Qui oserait remettre en question l’effet bénéfique sur la santé des antioxydants ?

Pourtant deux nouvelles études confirment des doutes inquiétants sur la consommation excessive d’antioxydants.



Découverte inquiétante sur les antioxydants
Il y a quelques années, une première étude suédoise[1] avait montré qu’une supplémentation en antioxydants (notamment en vitamine E) pouvait accélérer la progression du cancer du poumon chez les souris.

Dans le dernier numéro de la revue scientifique Cell, deux études indépendantes sont venues confirmer ces suppositions : l’excès d’antioxydants pourrait alimenter les cellules cancéreuses et stimuler la création de métastases du cancer du poumon.

Le cancer du poumon est aujourd’hui le cancer le plus meurtrier. Ses cellules se nourrissent de sucres pour se reproduire et se développer en métastases. En se reproduisant très rapidement, ces cellules cancéreuses produisent des radicaux libres qui stressent l’organisme. C’est là que les antioxydants sont censés intervenir pour lutter contre ces radicaux libres. Or les deux récentes études, l’une américaine[2] et l’autre suédoise[3], montrent comment les cellules cancéreuses du cancer du poumon peuvent utiliser les antioxydants pour se nourrir, proliférer en métastases et résister aux radicaux libres qu’elles produisent !

En utilisant des tissus humains et de souris, les chercheurs américains ont observé comment les mutations génétiques aident les cellules cancéreuses du poumon à fabriquer leurs propres antioxydants pour surmonter le stress oxydatif et créer des métastases. Les chercheurs suédois se sont intéressés de leur côté à l’utilisation des antioxydants issus de l’alimentation par les cellules cancéreuses pour atteindre le même état.

Les deux études ont observé les conséquences de l’action des antioxydants sur une protéine appelée BACH1. Lorsque les antioxydants interviennent pour lutter contre les radicaux libres produits par les cellules cancéreuses, la protéine BACH1 se stabilise et se développe dans les cellules cancéreuses du poumon. Or, c’est cette protéine qui est à l’origine de la création des métastases. C’est la multiplication de ces dernières qui provoque le plus souvent la mort du patient.

En absorbant beaucoup d’antioxydants, vous luttez contre les radicaux libres mais vous favorisez indirectement la production de métastases.

Ces études sont encourageantes et promettent la mise au point de traitements agissant directement sur la protéine BACH1, mais elles ne doivent pas vous pousser à fuir les aliments riches en antioxydants ! Retenez surtout qu’il est inutile de vous supplémenter, notamment en vitamine E, dont les cellules du cancer du poumon sont particulièrement friandes.

Source : Santé, Nature et Innovation

De la même façon, des scientifiques conseillent d’éviter la supplémentation en antioxydants pendant un cancer du sein chez les femmes ménopausées.

Voir l'article ici :



N.D.L.R

Rien n'est simple, surtout en matière de santé !

Jeudi 11 Juillet 2019

Lu 104 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

1 2 3 4 5 » ... 20

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique | Archives | Environnement