WEB SIDE STORIES- Site personnel de Guy DERIDET
Web Side Storie
WEB SIDE STORIES

« L'avenir n'est plus ce qu'il était » [Pierre Dac]



Apprenez à masser votre point du bonheur

Découvrez, si vous ne le connaissez pas encore, le point du bonheur, et apprenez à le masser. Une lettre d'information très instructive de « Santé Confinement ».



Apprenez à masser votre point du bonheur
Chers amis,


Savez-vous ce que représente cette image ?

Je vous donne un indice : ce petit organe de 2 centimètres se cache dans la partie supérieure de votre thorax, entre les poumons, sous le sternum et au-dessus du cœur.

Il est essentiel au corps humain, en particulier sur le plan immunitaire.

Vous donnez votre langue au chat ?

Son nom est le thymus !

Il est étroitement lié aux lymphocytes T (qui tirent d’ailleurs leur « T » de « thymus »), un type particulier de globules blancs, responsables de la reconnaissance et de la destruction des agents pathogènes.

Votre organe défensif, anti attaques virales

Ce sont ces lymphocytes T qui sont mobilisés lors d’une attaque virale à la Covid-19[1] !

On sait que le thymus est le premier endroit vers lequel se dirigent les lymphocytes après leur naissance dans la moelle épinière. Ils traversent les cellules du thymus, semblables à celles des glandes surrénales des reins qui filtrent et nettoient le sang.

Les cellules aident les lymphocytes T à atteindre une certaine maturité et les envoient dans le sang une fois qu’ils sont opérationnels [2]. Les cellules « apprennent » aux lymphocytes T à reconnaître les cellules saines du corps pour ne pas les attaquer ; et à l’inverse, à éliminer les agents pathogènes qui pourraient s’en prendre à notre organisme.

Mais le thymus devient de moins en mois performant à mesure qu’il vieillit.

Une prédisposition aux formes sévères de Covid-19 ?

Avec l’âge, le thymus perd du volume, et son rôle antiviral s’affaiblit.

Cette diminution de volume s’accompagne du phénomène d’“inflammaging”, c’est-à-dire qu’en vieillissant, l’organisme n’a plus la même capacité à réguler certaines réponses inflammatoires. [3]

Ce phénomène est impliqué dans le développement de nombreuses maladies chroniques (artériosclérose, hypertension, diabète de type-2, etc.). Or ces maladies sont toutes associées à un risque accru de développer une forme grave du Covid-19. [4]

Un thymus qui ne fonctionne pas correctement, ou qui perd en volume, serait ainsi un facteur prédisposant.

Cela permettrait, en partie, d’expliquer pourquoi les personnes âgées sont plus vulnérables face aux attaques virales.[5]

« Le point du bonheur »

Mais le thymus a toujours été largement sous-estimé.

Et s’il est un organe en lien étroit avec le système immunitaire, il est aussi une glande qui fait office de passerelle hormonale entre le corps et le cerveau.

Ainsi, masser ce point déclenche une libération des endorphines, l’hormone qui intervient dans le circuit de la récompense et du plaisir.

Faites le test ! L’endorphine agit notamment sur vos douleurs et votre anxiété. D’où le surnom du thymus, “le point du bonheur” !

Un massage double fonction !

Le massage du thymus permet donc de :
  • déclencher une libération d’endorphines ;
  • stimuler le système immunitaire.

Il fait partie des massages japonais ancestraux issus du Qi gong, qui lui accordent des vertus thérapeutiques.

L’auto massage feu
, qui consiste à stimuler énergiquement le corps, se concentre aussi sur le thymus par des techniques de friction sur la poitrine.

À noter qu’en réflexologie, la stimulation du thymus se fait par pétrissage et pincement des zones situées entre le gros et le deuxième orteil, à la jointure des orteils et du pied.

Comment stimuler votre thymus ?

Lorsque vous passez vos mains sur vos clavicules, vous sentez entre les deux os comme un petit pont inversé. Placez deux doigts au niveau de ce pont, c’est là que se trouve votre thymus.
Stimulez votre thymus en appliquant des petites tapes énergiques et brèves avec le poing (un peu à la manière de Tarzan). Faites-le pendant 20 à 30 secondes, puis respirez profondément.
Accompagnez ce geste par un bruit sourd qui éveillera vos cordes vocales.

Je vous conseille de pratiquer l’auto massage feu à votre réveil. Tapoter et frotter les différentes parties du corps et le thymus vous apportera une bonne dose d'énergie pour la journée !

Vous pouvez également la pratiquer dès que vous vous sentez stressé. Son effet relaxant est puissant : comme les techniques de respiration, auxquelles on peut l’ajouter, il vous permettra de vous concentrer sur votre corps et d’évacuer les pensées négatives.

À bientôt,

Catherine

Santé Confinement

N.D.L.R

Les croyants se frappent la poitrine pour se repentir. Les asiatiques se frappent le thymus pour se faire plaisir. Inutile de préciser que sur ce point je me sens beaucoup plus proche des asiatiques.

Sur Youtube

vous trouverez quantités de vidéos sur ce sujet.

En ce qui me concerne, voilà une technique que j'applique désormais tous les matins et les rares fois où je me sens stressé.

Faîtes vous plaisir !

Comme disait Coluche : « Il n'y a pas de mal à se vouloir du bien. »

sante-confinement@mail1.alternatif-bien-etre.info
sante-confinement@mail1.alternatif-bien-etre.info
Référencesf

1] Geenen, V. (2017). Histoire du thymus. Médecine/sciences, 33(6–7), 653–663. doi:10.1051/medsci/20173306024, disponible ici : http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/9230/MS_2017_06-07_653.html?sequence=22&isAllowed=y

[2] Communiqués et dossier de presse, “Diabète de type 1 : le rôle du thymus n’est pas celui que l’on croyait !”, le 15 février 2018 sur presse.inserm.fr, consulté le 27 mars 2020 et disponible ici : https://presse.inserm.fr/diabete-de-type-1-le-role-du-thymus-nest-pas-celui-que-lon-croyait/30621/

[3] Giunta B, Fernandez F, Nikolic WV, et al. Inflammaging as a prodrome to Alzheimer's disease. J Neuroinflammation. 2008;5:51. Published 2008 Nov 11. doi:10.1186/1742-2094-5-51

[4] Caitlyn Kellogg & Ozlem Equils (2020) The role of the thymus in COVID-19 disease severity: implications for antibody treatment and immunization, Human Vaccines & Immunotherapeutics, DOI: 10.1080/21645515.2020.1818519

[5] Goya, R. G., Brown, O. A., & Bolognani, F. (1999). The Thymus-Pituitary Axis and Its Changes during Aging. Neuroimmunomodulation, 6(1-2), 137–142. doi:10.1159/000026373 disponible ici : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9876244

Mercredi 3 Février 2021

Lu 780 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Mode d'emploi de ce site | Edito | Humour | Santé | Covid-19 | Informatique | Sexualité | Politique | Coup de gueule | Coup de coeur | Voyages | Divers | Télécoms | Ordiphones | Musique | Bons plans | Belles annonces | Environnement | Archives | Partenaires