WEB SIDE STORIES

« On l'appelait la pucelle car elle était vierge depuis son enfance » [perle lycéenne]



Quand le procureur COURROYE refuse de transmettre (un comble ! )

Le parquet a refusé, vendredi 16 juillet, de transmettre à la juge Isabelle Prévost-Desprez, qui veut mener ses propres investigations, une pièce essentielle de la procédure." selon Mediapart (accès payant), à propos de la juge qui s'est elle-même chargée d'un supplément d'enquête lié au procès de François-Marie Banier qu'elle a décidé de reporter en tant que présidente du tribunal. MEDIAPART



Quand le procureur COURROYE refuse de transmettre (un comble ! )
Ce veto du procureur Philippe Courroye porte sur la retranscription des enregistrements pirates réalisés chez Liliane Bettencourt. (...) La juge Prévost-Desprez, présidente de la XVe chambre du tribunal de Nanterre, a en effet été autorisée, en début de semaine, par la cour d'appel de Versailles, à mener ses propres investigations sur le contenu des enregistrements clandestins, révélés le 16 juin par Mediapart. Or, avec ce refus de communication de pièces élémentaires de la part du parquet de Nanterre, qui passe outre de factola décision de la cour d'appel, l'affaire menace de virer au vaudeville."

Par Gilles Klein le 17/07/2010
Source : www.Arretsurimages.net


N.B
Si vous vouliez une preuve de la non indépendance du procureur dans cette affaire, la voila.

La présidente du tribunal de Nanterre a obtenu de la Cour d’Appel de Versailles l’autorisation d’enquêter elle même sur cette affaire. Compte tenu du refus obstiné de Courroye à désigner un juge d’instruction. Et maintenant le procureur refuse de communiquer la pièce principale du dossier, à savoir la retranscription des enregistrements du majordome de Mme Bettencourt mère.

Rappelons que la présidente du tribunal de Nanterre est un magistrat du siège, qui ne dépend pas du gouvernement, alors que Courroye est un procureur, donc un magistrat du parquet, dépendant étroitement du ministre et donc du gouvernement. Par ailleurs, le juge d’instruction a, dans le cadre de la loi, tous les pouvoirs. Le procureur fait, ou plus souvent, ne fait pas ce qu’on lui dit de faire, ou de ne pas faire.

A partir du moment où la pièce la plus importante de l’affaire se trouvera dans les mains soit de la Présidente du tribunal, soit d’un juge d’instruction, toutes les manoeuvres dilatoires actuelles ne serviront plus à rien. Et la vérité risquera d’éclater, en éclaboussant au passage un nombre certain de personnes influentes, dont un certain Sarkozy, président de la république de son état.

Le but de ces nombreuses enquêtes préliminaires c’était bien évidement de mettre dans les mains du procureur, et non d’un juge indépendant, toutes les pièces compromettantes du dossier. Vous comprenez pourquoi il est important que le juge d’instruction ne disparaisse pas, comme le souhaite Sarkozy et donc le gouvernement actuel.

Heureusement il existe dans notre pays des magistrats vraiment indépendants comme Isabelle Prévost-Desprez qui n’hésitent pas s’interposer lorsque, comme c’est le cas ici, lorsque la justice est vraiment bafouée.

Enfin, à titre d’information, Nanterre, son tribunal et son procureur, sont compétents pour toutes les affaires qui concernent les Hauts de Seine, gérés pendant des années par un certain Pasqua, dit “Charly”, un modèle de probité comme tout le monde le sait maintenant, et “légués” par le dit “patriarche” à ...Nicolas Sarkozy, lorsqu’il était maire de Neuilly. Cette précision vous permettra sans doute de comprendre pourquoi "Charly" bien que condamné et mis en examen un nombre appréciable de fois ne risque pas de pourrir en prison.

Comme on dit dans les allées du pouvoir le poste de procureur de Nanterre est un poste “sensible” Aujourd’hui la “sensibilité” de son titulaire ne fait plus aucun doute.

Je vous recommande la lecture de la vidéo réunissant Eva Joly, une connaisseuse sur la question, un commissaire à la retraite comme on aimerait en rencontrer plus souvent dans les commissariats, et un journaliste, autour de Daniel Schneidermann, d'Arretsurimages.net.

A télécharger ici :

C'est hautement plus instructif que les JT de Tf1 ou Tf2 et après cela vous aurez tout compris sur ce que la presse étrangère n'hésite pas à qualifier de Watergate à la française.

La conclusion je la laisse à Eva Joly. A la question faut il supprimer le juge d'instruction ou couper le cordon entre les procureurs et le pouvoir elle a répondu : " - On peut couper le cordon mais il faudra le faire sur plusieurs années, le temps que les magistrats qui ont le culte de la soumission, les Courroye et autre Marin, aient pris leur retraite ". On ne saurait mieux dire.


Dimanche 18 Juillet 2010

Lu 2153 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique