WEB SIDE STORIES- Site personnel de Guy DERIDET
Web Side Storie
WEB SIDE STORIES

«Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple» [Jacques Prévert]



Préservatifs: à quoi ressemblera la capote du 21e siècle?

La fondation Bill et Melinda Gates finance à raison d'un million de dollars la recherche de pointe dans le domaine du préservatif. Les onze projets sélectionnés, qui ont tous reçu 100.000 euros, réservent quelques surprises.



Préservatifs: à quoi ressemblera la capote du 21e siècle?

 

Les spécialistes s'accordent sur ce point: la technologie latex des préservatifs est efficace, mais difficilement perfectible. Pourtant, de nombreux hommes préfèrent encore prendre des risques plutôt que de revêtir ce qu'ils considèrent comme un tue-l'amour. Peut-être, pour les convertir, est-il temps de passer à la capote du 21e siècle.

De nos jours, les améliorations que nous sommes capables d'apporter au préservatif en latex sont dérisoires: créer des textures nervurées-perlées ou donner des goûts acidulés ne suffiront pas à conquérir les irréductibles réfractaires. Même le bacon a échoué. Ils sentent toujours fort, glissent, sont parfois difficiles à enfiler, se révèlent fragiles et même, pour certains, allergènes.

Au point que c'est devenu le combat de la fondation de Bill et Melinda Gates  (oui, oui, comme dans Bill Gates), qui a mis de côté un million de dollars destinés aux chercheurs les plus inventifs en matière de contraception masculine. Cette somme a été attribuée à 11 projets différents, 100.000 euros chacun. Certains méritent un bon coup d'œil.

La capote en tendon de bœuf

La texture du tendon de bœuf est très proche de celle des muqueuses.

 

BFMTV.com avait déjà évoqué le préservatif-accordéon  développé par Origami, qui a déjà su séduire le comité de la Fondation. Mais la sélection Gates réserve d'autres surprises.

L'un des reproches que l'on adresse à la capote traditionnelle, c'est qu'aussi fine qu'elle soit, elle ne restituerait pas la sensation originelle. Bref, elle ne sait pas se faire suffisamment discrète. C'est le point de départ de l'équipe de Mark McGlothlin, d'Apex Medical Technologies, à San Diego. 

Ses 100.000 euros, il les utilise à transformer des tendons de bœuf en préservatifs. Cela semble logique si l'objectif est de simuler le contact avec la chair: "Beaucoup de gens essaient de faire des prototypes toujours plus fins et costauds. Mais la texture du collagène ressemble beaucoup à la membrane muqueuse. La sensation, son transfert de chaleur, son toucher, cela ressemble beaucoup à la peau", explique Mark Mc Glothlin.

On peut aussi considérer ce produit comme un préservatif bio sans aucun additif chimique.

La capote à mémoire de forme

L'université d'Oregon est partie dans une autre direction. Leur matériau, ce sont les polymères de polyuréthane... à mémoire de forme. Rien que ça. 

Une fois que le préservatif chauffe, il se conforme parfaitement à la forme dans laquelle il est imbriqué. Cela fait un produit résistant, qui peut être plus fin sans risquer la rupture. Le cadeau du chef, c'est qu'il peut être tapissé de nanoparticules antimicrobiennes qui désamorce tout risque de MST.

Et ce plastique ne souffre pas, comme le latex, de problèmes d'odeur.

La capote à poignées

LA capote avec applicateur

 

Le conseil de santé familiale de Californie ne révolutionne pas la matière, puisqu'il utilise un modèle existant au polyuréthane. Ce qui est révolutionnaire dans leur préservatif, c'est la manière de le chausser.

Un peu à la manière d'un pansement, il suffit de le sortir de l'emballage, de positionner le membre à l'intérieur et de tirer vers le bas  (attention, image qu'il vaut mieux ne pas ouvrir si vous êtes au travail) sur les petites poignées. Impossible de se tromper de sens, et fini les longues minutes à paniquer alors que l'ardeur s'essouffle. Dans la même veine, le Sud-Africain Willem van Resburg a créé un préservatif avec applicateur.

La capote au graphène

Enfin, le projet le plus high-tech a été proposé par l'université de Manchester, en Grande-Bretagne, qui veut développer un préservatif en graphène. C'est un cristal de carbone, pratiquement indestructible, qui possède de nombreuses propriétés insoupçonnées.

Ce matériau solide et extrêmement fin est aussi un excellent conducteur, ainsi, la chaleur générée par le frottement serait directement transmise d'un corps à l'autre.

En fait, la meilleure façon d'intéresser les hommes aux préservatifs est peut-être d'en faire des gadgets.

Source : BFMTV


Lundi 25 Novembre 2013

Lu 1359 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Mode d'emploi de ce site | Edito | Humour | Santé | Covid-19 | Informatique | Sexualité | Politique | Coup de gueule | Coup de coeur | Voyages | Divers | Télécoms | Ordiphones | Musique | Bons plans | Belles annonces | Environnement | Archives | Partenaires