WEB SIDE STORIES

« On l'appelait la pucelle car elle était vierge depuis son enfance » [perle lycéenne]



Madame Royal est elle de gauche ?



Posée comme cela la question peut troubler.

En effet, Madame Royal et son équipe ont presque réussi à faire oublier son nom au bénéfice de son prénom. Désormais tout le monde dit Ségolène, et ceux qui persistent à l’appeler Royal sont d’affreux machos ! Quand on connaît un peu le parcours et l’histoire de cette dame laissez-moi-vous dire que c’est le genre de personne que l’on n’est pas naturellement enclin à appeler par son prénom. Quand à ceux qui se rassemblent derrière son panache blanc je doute qu’ils apprécient d’être traités de royalistes. Ils préfèrent sans doute le qualificatif de Ségolenistes !

Vous allez penser que je n’aime pas Madame Royal, et vous aurez raison.

Voici pourquoi :

Je n’aime pas les gens qui sourient tout le temps. Il est difficile de trouver une photo de la dame où elle ne sourit pas. Si vous en trouvez, une gardez là, elle vaut très cher ! En revanche, il est très facile de trouver une photo d’elle en maillot de bain.

Pour revenir à son éternel sourire je suis désolé mais à moins d’être affligé d’une crampe persistante des zygomatiques il n’est pas naturel de sourire tout le temps. Les gens qui sourient tout le temps ont généralement soit quelque chose à vendre soit quelque chose à cacher. Au surplus il ne me semble pas que cela puisse apporter quelque chose de significatif à la pensée politique de la personne qui en est affublée. Enfin, Mme Royal, depuis qu’elle est présidente de la région Poitou-Charentes, avec son beau sourire, s’est fâchée avec tout le monde en raison de son caractère pour le moins autocratique, et je suis poli. Et les autocrates qui sourient tout le temps, je peux vous dire, après 33 années d’exercice dans la fonction publique, qu’il vaut mieux s’en méfier !

Je n’aime pas les gens qui se font limer les dents avant les élections. Je trouve cela très louche, et j’ajoute que cela n’a rien changé au fait qu’elle raie toujours autant les parquets.

Je n’aime pas ceux dont les idées politiques sont fonction des derniers sondages. Tous les vrais politiques de ce monde ont la plupart du temps prôné la rupture et on rarement caressé leur électorat dans le sens du poil. Faire de la politique ce n’est pas être en phase avec les sondages, c’est avoir des convictions et s’y tenir.

Je n’aime pas les politiques qui nous prennent pour des imbéciles. Mme Royal s’est, longtemps après les faits, répandu contre le « scandale » du Rainbow Warrior alors qu’à l’époque elle était conseillère particulière de Mitterrand, donc au cœur du pouvoir de cette époque. Si elle était aussi opposée qu’elle le dit maintenant à cette sombre histoire, elle aurait dû démissionner. Ce qu’elle n’a pas fait, que je sache. Je pourrais comprendre que l’on ne soit pas héroïque, je ne comprends pas que l’on manque de décence à ce point.

Madame Royal, qui sourit tout le temps, n’a pas hésité, lorsqu’elle était en poste à l’Education Nationale à transmettre, sans même demander la vérification des faits par ses services, le dossier d’un enseignant injustement accusé de pédophilie au procureur de la République. Résultat ; l’enseignant s’est suicidé. Mais on a beaucoup parlé de Mme Royal à cette époque.

Mme Royal n’est pas la première femme de notre pays à se présenter à l’élection présidentielle. Mme Laguiller fait cela depuis 40 ans ! Et bien, chose curieuse, on n’a jamais suspecté les opposants à Mme Laguiller de machisme. Avec Madame Royal tout opposant est immédiatement qualifié d’affreux macho ; pas pas elle certes, mais par son équipe d’experts en communication, ou par les sbires qui leur obéissent. Ben voyons ! C’est tellement facile !

Mme Royal arrive à faire mentir le célèbre aphorisme anglo-saxon qui dit que si les femmes sont aussi peu nombreuses en politique c’est parce qu’il est très difficile de maquiller deux visages.

Madame Royal y arrive très bien, et avec le sourire encore.

Pour en finir avec Mme Royal, en ce qui me concerne du moins, vous trouverez dans la vidéo annexée à cette page, l’opinion d’un connaisseur sur l’impétrante. Il s’agit de l’interview de Pierre Bourdieu, sur ce qui distingue les gens de gauche de ceux de droite en général, et ce qu’il pense de Mme Royal, en particulier. Très instructif.



Mercredi 11 Octobre 2006

Lu 4265 fois


1.Posté par DUCHEMIN Albin le 12/10/2006 15:47
Cher Guy Deridet,
Je partage parfaitement votre opinion concernant Mme Royal et son équipe. Habitant de la région Poitou-Charentes et par conséquent aux premières loges, je souscris pleinement au jugement que vous portez sur cette personne plus encline à assouvir une ambition personnelle qu'à faire passer des convictions novatrices. Elle serait bien en peine de le faire car le mot conviction est aussi étranger à son vocabulaire que le mot démocratie dans la bouche d'un colonel auteur d'un coup d'Etat. Le journal "Les Echos" dans sa livraison du 11 octobre a sorti un dossier sur Poitiers et ses réseaux de pouvoir. Il en ressort que non seulement Mme Royal n'a pas tellement aidé au développement du Poitou-Charentes mais qu'en plus elle a réussi à se mettre à dos les acteurs économiques de la région par ses méthodes abruptes et peu diplomatiques pour rester dans la litote! Le même journal fait état des débuts de la carrière politique de l'intéressée, conseillère municipale à Trouville (Calvados) où sa mère possédait une maison et où elle eut l'occasion de manifester déjà son caractère entier même à l'égard de ses amis socialistes. C'était il y a vingt ans.Curieusement elle a fait disparaître cet épisode politique de sa biographie officielle.
L'affaire ayant provoqué le suicide d'un enseignant accusé injustement de pédophilie n'est pas isolée. En 2000 à Châteauroux (Indre), alors que Jack Lang est ministre de l'Education nationale et Ségolène Royal, ministre déléguée à la Famille te à l'Enfance, plusieurs intituteurs sont directement accusés de pédophilie par la même dame à la suite d'une fouille après un vol dans une école et la Justice est invitée à se prononcer avec la plus grande sévérité. Les enseignants se retrouvent en dépression profonde, des stagiaires démissionnent.La Justice blanchit les "accusés" passablement cabossés mais les excuses de Mme Royal et de M. Lang ne viendront jamais.
Avec son côté institutrice distributrice de mauvais points Mme Royal n'aborde que les sujets secondaires pour ne pas avoir à affronter les problèmes de fond car selon les journalistes qui la suivent elle ne maîtrise pas toujours ses dossiers. D'où son refuge fréquent dans la polémique et le conflit pour jeter un rideau de fumée sur certaines carences.S'appuyer sur les sondages et sur un blog pour élaborer un projet politique relève du dérisoire et du risible.Prétendre succéder à François Mitterrand et au Général de Gaulle avec une telle démarche porte insulte à la fonction.Où sont donc passés les hommes et les femmes de valeur qui n'ont point été formatés par l'ENA et qui pourraient apporter un sang neuf à la politique? Eh bien, ces gens ont renoncé à entrer dans la jungle politique soit par crainte de se salir les mains soit parce qu'ils n'ont pas été admis à entrer dans la caste!
Avoir demain à choisir entre Royal et Sarkozy est sans doute un peu trop réducteur, c'est le moins qu'on puisse dire. Je ne suis pas sûr que la démocratie, la paix et la justice sociales y gagne grand chose!

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique