WEB SIDE STORIES

«Le problème est que Dieu nous a donné un cerveau et un sexe, et pas assez de sang pour faire marcher les deux en même temps»



Les hommes ont le droit d'aimer les femmes qui leur plaisent

Je fournis le lien, à la fin de cet article, d’un article de Quentin Girard dans Libération, suite à la polémique qui a suivi les déclarations de Yann Moix dans Marie Claire.



N’en déplaise aux grincheuses !

Enfin un commentaire raisonnable et sensé après les tombereaux d’injures déversés sur Yann Moix, dans Twitter et ailleurs.

Le tweet qui m’a le plus indigné, c’est celui de Valérie Damidot : «Wesh,gros,nous les quinquas on a pas non plus envie de ton micro kiki,la bonne année a toi»

Tout est ignoble dans ce tweet :

Wesh ? C’est peut être le langage de Mme Damidot, mais certainement pas celui de Yann Moix, bien connu pour son langage châtié quoique parfois ésotérique pour certains(nes)

Gros ? Mme Damidot est grosse, mais certainement pas Yann Moix.

Ton micro kiki ? Qu’en sait elle Mme Damidot ? Insulte gratuite, et particulièrement sexiste.

Mme Damidot reproduit en un seul tweet tous les clichés sexistes qu’elle est censée abhorrer. Si un homme se permettait le quart de la moitié de ses propos haineux il serait non seulement vilipendé, mais de plus traîné en justice.

Mais laissons là cette mégère à la rondeur venimeuse et venons en au fond.

De nos jours, un homme n’a effectivement pas le droit de critiquer une femme parce qu’elle est grosse, ou parce qu’elle est vieille.

En revanche, un homme, célibataire, a parfaitement le droit de n’avoir aucune envie de coucher avec une femme grosse, ou une femme vieille.

Point barre !

Nous vivons vraiment une époque très bizarre où, compte tenu de l’existence des réseaux sociaux, donc de la possibilité offerte à tout le monde, le plus souvent anonymement, de donner publiquement son avis sur tout le monde, les femmes grosses, ou vieilles, et beaucoup d’autres femmes ni grosses, ni vieilles, ne supportent plus qu’un homme ose déclarer publiquement n’avoir aucune envie de coucher avec elles.

Comme le dit l’auteur de l’article de Libération : Yann Moix, en particulier, et tous les hommes en général, ont (encore) le droit de coucher avec qui ils veulent.

Personnellement, je suis célibataire depuis 20 ans, après avoir été marié deux fois et eu deux fois deux enfants, et depuis l'âge de 52 ans, je ne veux, et je ne peux faire l’amour qu’avec une femme jeune. Je n’ai jamais couché avec une femme de plus de 40 ans et depuis vingt ans j’ai fréquenté bibliquement plus d’une centaine de femmes. Je n’ai aucun mérite : je paie pour cela.

J’ai maintenant 72 ans mais je ne fais pas mon âge, car depuis que je suis célibataire je m’occupe activement tous les jours de mon apparence et de ma forme physique. En effet, autant je suis incapable d’éprouver une attirance sexuelle pour une femme âgée, autant je comprends qu'un physique de vieillard ne risque guère d’être attirant pour un jeune femme. Sans parler de mes capacités sexuelles qui, si elles étaient déficientes, ne me permettraient certainement pas de me risquer à ce genre d’ébats (là encore, la libido et la puissance sexuelle, ça se travaille.)

Par ailleurs, je dois préciser qu’en Europe un homme célibataire de plus de 55 ans n’existe plus sexuellement. Si j’avais le malheur de faire des propositions à une jeune femme, elle appellerait la police. Donc, je ne pratique désormais mon hétéosexualité que dans un pays où les jeunes femmes n’ont aucun problème avec les hommes d’un âge certain, à condition qu’ils paient, évidemment. A savoir : Madagascar. J’ai vécu auparavant pendant sept années en Thaïlande où les jeunes femmes sont également très accueillantes mais j’ai quitté ce pays, de mon plein gré et unilatéralement, pour plusieurs raisons exposées ailleurs sur ce site (tapez Thaïlande dans le moteur de recherche de la page d’accueil, c’est Google : il est très fort.

Donc à Madagascar, une ou deux fois par an, pendant trois semaines ou un mois, je danse tous les soirs au son de la musique malgache pendant des heures. Puis je fais l’amour tout le reste de la nuit avec la jeune femme (majeure, consentante et dûment rétribuée) de mon choix. Et quelquefois avec deux (c’est mon péché mignon). Pour les détails, voir la rubrique sexualité de ce site.

Tout le reste de l’année, dans les divers endroits où j’ai habité, c’est à dire la Crète pendant deux ans et l'Andalousie depuis bientôt un an, je ne regarde pas les femmes, même jeunes. En ce qui concerne ma libido, toujours exigeante, je traite directement... avec moi même. Dans ce domaine également, j’ai un peu creusé la question et je sais depuis longtemps me procurer seul plus de plaisir qu’avec un rapport sexuel traditionnel.Là encore si cela intéresse, voir la rubrique sexualité de ce site. Evidemment, mon autoexualité (on se garde bien d’en parler mais c’est l’activité sexuelle la plus répandue au monde) n’a pas l’agréable convivialité des rapports sexuels traditionnels, c’est raison pour laquelle je vais à Madagascar une ou deux fois par an. Néanmoins, un orgasme journalier m’est toujours aussi nécessaire qu’une dépense physique quotidienne et non négligeable, à savoir 5 à 10 km en moyenne de marche rapide chaque jour, dans le sable de la plage, ou dans la montagne. Au demeurant, je rappelle que si la fonction crée l’organe, l’absence de fonction détruit l’organe. Je vous laisse réfléchir là-dessus.

Chacun a le droit de faire ce qu’il veut dans sa vie, à condition de respecter la liberté des autres, et dans le respect des lois et règlements, évidemment. A ceux qui ne manqueront pas d’objecter que le tourisme sexuel est illégal, je répondrais qu’à Madagascar, comme en Thaïlande, et comme à Saint Domingue (entre autres) les autorités locales sont parfaitement au courant de ce qui se passe dans les dancings de Mada ou les “Lady Bars” de Thaïlande et ne font rien pour décourager le commerce que les femmes de ces pays font de leur corps.

Bien au contraire, le “tourisme sexuel” constitue une ressource importante de ces pays.

Je précise que la plupart du temps les gains importants de ce commerce, vu le très bas niveau de vie de ces pays (à Mada 1 euro= plus de 4000 Ariary, la monnaie locale) sont redistribués aux familles de celles que l’on appelle prostituées, mais qui sont en fait de véritables “travailleuses du sexe”. Comme on aime à le dire aujourd’hui dans nos contrées. Si le tourisme sexuel n’existait pas dans ces pays leurs gouvernement seraient obligés de hausser singulièrement le SMIC local et de modifier de fond en comble leurs lois sociales, particulièrement rétrogrades. Ce dont ils n’ont aucune envie. Donc, officiellement on déplore le “tourisme sexuel”, mais dans les faits, on en profite largement. Quand ce n’est pas directement.

Ce petit aparté me semblait nécessaire tant la prostitution dans nos contrées et dans ces pays est fondamentalement différente. Autre singularité, dans ces pays, le proxénétisme tel que nous le connaissons n’existe pas. L’argent est donné directement à la “travailleuse du sexe” qui l’envoie la plupart du temps à sa famille. Ne serait-ce que pour dédommager ses parents de s'occuper du, ou des enfants, qu’elle a pu avoir avant de faire ce “métier”. Enfin, il n’existe pas dans ces pays de retraite et les enfants doivent contribuer à la subsistance de leurs parents, quand ils en ont besoin, jusqu’à leur mort.

Pour conclure, en ce qui me concerne je suis très heureux d’avoir résolu à ma façon les problèmes de l’âge, de la solitude, du sexe et du bonheur. En effet :

  • je ne sais pas (encore) ce que c’est que vieillir.

  • après avoir bien connu la vie à deux, et même à quatre, j’adore désormais ma solitude et je ne la sacrifierai pour rien au monde.

  • Je profite encore largement des joies du sexe, aussi bien seul, qu’accompagné.

Au final, j’ai tout pour être heureux.

Croyez-bien que je fais, et que je ferai, tout ce qu’il faut pour que cela dure le plus longtemps possible.

Et si je meurs demain, contrairement aux grincheuses qui m’ont inspiré cet article, je mourrais heureux, et sans regret.


Le lien vers l'article de Quentin Girard dans Libération


N.D.L.R

Comme ce site existe depuis l'an 2000 et compte avec celui-ci 5231 articles je vous donne plus loin la liste des articles de la rubrique sexualité que je vous recommande de lire pour bien comprendre celui-ci. Il vous suffit de copier/coller l’article voulu dans le moteur de recherche de ce site (page d'accueil, en haut à gauche) :


L'amour après 60 ans : lu 124 615 fois

Le grand secret : le point G masculin : lu 218224 fois

Éloge de la masturbation : 36 353 fois


Bonne lecture,








Photo prise le jour de mes 72 ans, il y a un peu plus d'un mois
Photo prise le jour de mes 72 ans, il y a un peu plus d'un mois
Je joins cette photo pour démontrer, à ceux qui ne me connaissent pas, qu'à 72 ans je suis sans doute libidineux mais pas encore cacochyme. Mais surtout que, contrairement à Macron, ce que je dis, je le fais.

Jeudi 10 Janvier 2019

Lu 310 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique | Archives | Environnement