WEB SIDE STORIES

« On l'appelait la pucelle car elle était vierge depuis son enfance » [perle lycéenne]



Le trou de la Sécu n’existe pas !



Dessin de Cabu
Dessin de Cabu


J’ai reçu récemment le courriel suivant.


« Le trou de la SECU

50 secondes de lecture à couper le souffle :

Pour combler le déficit de la Sécu, nos chers gouvernants ont trouvé que le mieux, c'était encore de nous faire payer ...

Sur une consultation médicale, nous devons verser 1euro.

Nous allons être hyper contrôlés lors de nos arrêts maladie.

Nous devons consulter un généraliste avant de voir un spécialiste.

Pour tout traitement de plus de 91 euros, nous en serons de 18 euros de notre poche et bientôt 0,50 eur par boit e de médicament et 2euros par transport en ambulance.

Toutes ces mesures sont destinées à combler le fameux trou qui est à ce jour de 11milliards.

Or, savez-vous que :

Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécu n'est pas reversée : 7,8 milliards

Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécu n'est pas reversée : 3,5 milliards

Une partie des primes d'assurances automobiles destinée à la Sécu n'est pas reversée : 1,6 milliards

La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu n'est pas reversée : 1,2 milliards

La part de TVA destinée à la Sécu n'est pas reversée : 2 milliards

Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés : 2,1 milliards

Retard de paiement par les entreprises : 1,9 milliards

En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards d'Euros !

Conclusion :si les responsables de la Sécu et nos gouvernants avaient fait leur boulot efficacement et surtout honnêtement, les prétendus 11 milliards du trou seraient aujourd'hui de :

9 milliards d'excédent

Ces chiffres sont issus du rapport des comptes de la Sécu.

Faites circuler ce message.

A force de tourner, il arrivera peut-être un jour sur le bureau d'une tête pensante censée passer son temps à gérer l'argent des contribuables. »



Ça fait réfléchir, non ?

C’est ce que j’ai fait hier toute la journée. Voulant vérifier les sources de ce courriel je me suis donc penché sur ce fameux « trou » et j’y ai trouvé les quelques informations suivantes.

En premier lieu il faut arrêter de parler du « trou de la Sécu ». Cette expression, en effet, tend à nous faire croire que le déficit des comptes de la Sécu, c'est-à-dire la différence entre les dépenses et les recettes de cet organisme, serait abyssal. Or, il n’en est rien. 12 milliards d’euros de déficit cela représente seulement 3 % du budget total de la Sécu. Le déficit du budget général de l’Etat c’est 20 %. Quand à la dette publique, c’est à dire l’endettement cumulé de la France, là on peut véritablement parler d’abysse, il représente près de 60%. Rappelons qu’au delà de 30% d’endettement les banques vous refusent un crédit.

Laissons donc désormais cette expression aux journalistes, dont la fonction, il faut bien le dire, est de plus en plus de répéter les mensonges des politiques. Je rappelle la phrase célèbre : « Les journalistes ne croient pas les mensonges des hommes politiques, mais ils les répètent ! C'est pire ! »

Deuxième rappel : quel est le plus gros débiteur de la Sécu ? L’Etat ! Les chiffres mentionnés dans le courriel datent de 2003, et nous sommes en 2008. Le dernier rapport de la Cour des Comptes sur les comptes de la Sécurité Sociale concerne l’ exercice 2006. Cette année là, le déficit global de la Sécu était de près de 9 milliards d’euros, et la dette de l’Etat envers cet organisme s’élevait à… 9 milliards ! Autrement dit le fond du courriel est toujours exact ; l’Etat nous rebat les oreilles avec le trou de la Sécu, l’Etat français à décidé de faire payer son déficit par ses usagers, alors que le principal responsable de ce déficit c’est l’Etat lui-même !

Si l’on regarde de plus près la dette de l’Etat on s’aperçoit que sa plus grande partie, à savoir 5 milliards sur les 9 milliards, est constituée par… l’exonération des charges patronales de Sécurité sociale. Oui, ces milliards d’exonération que l’ Etat accorde généreusement chaque année depuis plus d’une décennie et qu’il est censé rembourser à la Sécu, cela représente à ce jour plus de 30 milliards ! Les politiques vous répondent que cet argent est destiné à faciliter l’embauche et donc à résorber le chômage. On constate pourtant qu’en dépit de ces milliards généreusement accordés aux entreprises, le chômage est toujours là. En revanche il semble que les manipulations statistiques opérées par les gouvernements successifs sur les chiffres du chômage sont bien plus efficaces que les exonérations sus nommées. En effet, officiellement il y a 2 millions de chômeurs, mais en fait il semble bien qu’ils soient 4 millions ! Et je ne compte pas les millions de précaires qui ne sont pas au chômage, donc n’encombrent pas les statistiques, mais doivent vivre avec un demi Smic par mois !

De plus, il y a entreprises et entreprises. Entre le petit artisan du coin qui travaille 60 heures par semaines et lutte tous les jours pour ne pas couler et les entreprises françaises qui émargent au Cac 40, il y a un monde. On constate d’ailleurs que les grandes entreprises n’embauchent plus (ça défrisent les fonds de pension car ça obère leur 15%) alors que les PME et TPE sont celles qui, en dépit de leurs difficultés, embauchent le plus. Bien entendu les exonérations de charges sociales accordées généreusement à une grande entreprise cela représente infiniment plus d’argent que celles accordées aux petites entreprises. Mais, M. Sarkozy serait très mal placé pour me contredire, ce sont les gros cadeaux qui entretiennent l’amitié. Rappelons au passage que la première grande décision de Sarkozy a été faire un cadeau fiscal de 15 milliards d’euros, non à la Sécu, mais aux petits et grands capitalistes de notre pays. « Je tiendrai mes engagements ! » avait il promis avant son élection. En effet, ceux là il les tient !

Une autre raison du déficit de la Sécu c’est évidemment le chômage qui diminue mécaniquement les recettes de la Sécu. De la même façon la généralisation des emplois précaires ne va pas certainement pas contribuer à augmenter les recettes. C’est bien d’ailleurs la raison pour laquelle les entreprises préfèrent recruter des CDD que des CDI. Le démantèlement programmé du Code du Travail va leur faciliter la tâche.

Un autre scandale, c’est celui des organismes financiers qui gravitent autour de la Sécu comme la CADES par exemple, Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale, dont vous n’entendrez jamais parler, qui après avoir encaissé plus de 30 milliards de CRDS depuis sa création, a dépensé, en 2005, près de 12 milliards en frais bancaires ! Et donné seulement 3 milliards à la Sécu. Et oui ! La Sécu est en déficit mais certains s’engraissent largement sur son dos. Et que l’on ne parle pas du boulet que représenteraient les, trop nombreux évidemment, « fonctionnaires » de la Sécu. D’abord ils ne sont pas fonctionnaires, ensuite les frais de gestion de la Sécu c’est 5 % des sommes encaissées, contre 20% dans les assurances privées !

Pour conclure, quelques réflexions. Nous avons le meilleur système de Sécurité sociale du monde. Or, ce système n’a jamais été mis en place pour faire de l’argent, ni même pour être rentable. Qu’il soit en déficit est tout à fait normal et vous avez vu que ce déficit est tout à fait minime, en dépit des cris d’orfraie poussés par ceux qui ne songent qu’à démanteler la Sécu pour le remplacer par des assurances privées. Par ailleurs ce déficit n’existerait plus si d’un part l’Etat payait ses dettes, et si d’autre part, au lieu d’engraisser les entreprises avec des milliards d’exonération des charges patronales, le même Etat engageait une véritable politique de l’emploi. Politique dont le but ne serait plus de faire plaisir aux seigneurs du Cac 40, ou de renvoyer des ascenseurs, mais de contribuer à améliorer non pas seulement le pouvoir d’achat, car nous ne sommes pas que des consommateurs, mais la vie même des français.

Une chose m’étonnera toujours ; que M. Sarkozy, le chef d’Etat français le plus à droite depuis Pétain, ne songe qu’à se faire plaisir et à faire plaisir à ses amis me scandalise, mais ne m’étonne pas. Nous avions la droite la plus bête du monde, nous avons maintenant la droite la plus cynique du monde. Ce qui m’étonne, c’est que d’après les statistiques il ya beaucoup moins de riches que de pauvres en France, et qu’à l’occasion des élections, présidentielles ou autres, on ne vote plus depuis longtemps en fonction de ses revenus. C’est donc une majorité de français pauvres qui votent pour donner le pouvoir à une minorité de français riches.

Finalement, depuis l’évènement de la démocratie en France les choses n’ont pas changé. Jadis les français n’étaient pas éduqués et croyaient bêtement tout ce qu’on leur disait. Aujourd’hui ils sont éduqués, ils ont le bac à 80%, mais ils sont toujours aussi couillons !

« Le secret de l'agitateur (du démagogue, de l'homme politique..) est de paraître aussi bête que ses auditeurs, pour qu'ils se croient aussi intelligents que lui. » Karl Kraus




Mardi 8 Janvier 2008

Lu 10686 fois

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique