WEB SIDE STORIES

« La vieillesse est un naufrage, si l'on refuse d'apprendre à nager » [G.D]



Le plan Villepin : c’est Bolkestein au quotidien!


Le CDI façon Villepin et le chèque emploi service généralisé constituent des attaques en règle du droit du travail, à peine 10 jours après la claque du referendum.

Comme le dit Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail, un connaisseur donc, une période d’essai de 2 ans en droit du travail, c’est du non droit. Je le cite :



Le plan Villepin  : c’est Bolkestein au quotidien!

« C’est la possibilité d'être mis à la porte à n’importe quel moment, du jour au lendemain, sans aucune procédure, par oral, sans lettre, sans motif, sans recours, seulement parce que l'employeur l'a décidé, et il pourra dorénavant le décider à deux ans… moins un jour!

Toutes les discriminations deviennent possibles... Le "jeune" ou le "senior" pourra se défoncer pendant deux ans, être soumis, subir les heures supp' impayées, les tâches les plus ingrates, en dépit des risques en matière de sécurité ou de santé, il devra être flexible, malléable, corvéable, et au bout du bout, il sera renvoyé, chassé comme un valet, comme au XIXe siècle, voilà ce que viennent d'inventer Jacques Chirac et Dominique De Villepin.

Pire encore le chèque emploi service généralisé, c’est-à-dire l’absence de contrat, d’horaires réguliers, de conventions collectives, de contrepartie à la subordination du salarié ramené au rang de "loueur de bras" sans moyen de contrôle d’une inspection du travail aux effectifs exsangues et qui vient de payer de la vie de deux des siens, l’exercice de sa mission! Déjà dans les entreprises de moins de 10 salariés, on revient au Moyen-âge : "travail à la tâche", retour du "journalier". L’illégalité va l’emporter complètement sur l’état de droit: pourquoi embaucher si on peut choisir "l’essai" ou le "chèque emploi service"?

Or il y a un million d’entreprises de moins de 10 salariés qui font travailler 3,4 millions de personnes… Cela va tirer tout le monde vers le bas… Sans parler de l’obligation pour les chômeurs et les jeunes, moyennant une prime de 1.000 euros, d’accepter n’importe quel travail, à n’importe quel prix, sous peine de sanctions »

En d’autres termes ces deux « innovations » villepiniennes vont dans le même que celles de son prédécesseur, à savoir la précarisation croissante des travailleurs français. A l’image de ce qui se fait, chez les anglo-saxons en général, et les USA en particulier.

Grâce à cette précarisation les Usa peuvent effectivement afficher un taux de chômage minimum, mais pas un français n’accepterait ce qu’acceptent les travailleurs US. A savoir, beaucoup de boulot, un niveau de vie en baisse constante pour la majorité, pas de sécu, et pas de retraite sauf si vous l’avez payée, très cher toute votre vie. Sinon, c’est 3 boulots en même temps après 55 ans, juste pour ne pas crever de faim, ou finir sa vie dans des cartons.

Voila comment M. de Villepin s’attaque déjà au droit du travail afin de nous aligner le plus tôt possible sur ce modèle anglo saxon, sur cette société ultra libérale, que 55 % des français ont massivement rejetés au soir du 29 mai.

A ce niveau d’incompréhension ce n’est plus de l’autisme, c’est une déclaration de guerre !

Guy DERIDET



Vendredi 10 Juin 2005

Lu 5051 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique