WEB SIDE STORIES

« On l'appelait la pucelle car elle était vierge depuis son enfance » [perle lycéenne]



Deux enquêtes indépendantes (sic)

Ecoutez bien, dans les jours et les heures qui viennent, les présentateurs qui vous parleront "du rapport de l'Inspection des Finances", censé apprendre lundi au pays soulagé qu'Eric Woerth, non, quelle surprise, n'a pas donné d'instructions écrites, en trois exemplaires, avec copie carbone et exemplaire aux Archives Nationales, demandant de ne pas contrôler le patrimoine de Liliane Bettencourt. Une chronique de Daniel Schneidermann qui remet les pendulesà l'heure.



D'ordinaire Sarkozy déteste les grands. Mais celui là ... mérite bien une décoration. Vous noterez le drôle de sourire des militaires.
D'ordinaire Sarkozy déteste les grands. Mais celui là ... mérite bien une décoration. Vous noterez le drôle de sourire des militaires.
Par ailleurs, non, il n'a pas donné non plus d'instruction personnelle de lui rembourser 30 millions, au titre du bouclier fiscal. Peut-être, par la même occasion, découvrira-t-on qu'il n'a pas donné de reçu tamponné pour les enveloppes kraft demi-format, ni envoyé de bristol de remerciement après les dîners. L'affaire aura donc sérieusement du plomb dans l'aile. Comme dit l'excellent Lefevbre: "tout le monde devra se taire, et certains devront s'excuser publiquement".

Ecoutez-les bien : à chaque fois qu'ils évoqueront "le rapport de l'Inspection générale des Finances", ils vous tromperont. Ce n'est pas un rapport de l'IGF, qui va être rendu lundi, mais un rapport personnel de son chef, Jean Bassères, très estimable haut fonctionnaire certainement, mais nommé par son ministre, et dont le sort ultérieur (promotion ou placard) dépend de lui, ainsi que l'explique Le Monde dans un excellent article d'une de ses spécialistes économiques. Se faire blanchir par l'administration placée sous ses ordres : si Poutine (au hasard) avait recours à cette grosse ruse, on entend d'ici les ricanements de la presse française. En France, on trouve encore des journalistes pour détailler la perfection du système. Meilleure preuve, selon eux : ce haut fonctionnaire a fait une partie de sa carrière sous des ministres de gauche. Imaginez jusqu'où il pousse le trotzkisme : il a dirigé "pendant quelques jours" le cabinet de Laurent Fabius à Bercy. Le seul fait qu'il ait accepté cette mission, dans ces conditions mirobolantes, démontre d'ailleurs assez sa parfaite indépendance : au moins, il ne craint pas les critiques.

Ainsi blanchi par son efficiente administration, le gouvernement peut aussi compter sur le parquet placé sous ses ordres. Les mêmes, qui parlent de l'enquête de l'IGF, évoquent en général "l'enquête judiciaire" qui se mène à ciel ouvert depuis quelques jours. Il n'y a pas d'enquête judiciaire pour l'instant. Il y a une enquête souverainement dirigée par le procureur Courroye. Avec zèle et efficience, il est vrai.

Toujours hier, on apprenait que la nouvelle audition, plus favorable à Sarkozy, de Claire Thibout, s'était déroulée selon son avocat "jusqu'après minuit", par des policiers dépêchés toutes affaires cessantes dans sa maison du Gard. Au moins, dans la tourmente, l'Etat fonctionne.

Daniel Schneidermann Arretsurimages.net

N.B

Le dit Courroye avait déjà bien oeuvré pour le prédécesseur de Sarkozy. Grâce à son zèle de nombreuses affaires gênantes pour le pouvoir, dont celle des "frais de bouche" ont été classées sans suite.


Vendredi 9 Juillet 2010

Lu 1801 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique