WEB SIDE STORIES- Site personnel de Guy DERIDET
Web Side Storie
WEB SIDE STORIES

« Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire » [Voltaire]



Affaire Julia : Chirac et le gouvernement étaient au courant

Libération a révélé hier que le président et le gouvernement étaient parfaitement au courant des tractations de Monsieur Julia, député UMP.

La preuve, c’est l’ambassade de France en Syrie qui a délivré un visa à M. Julia et l’ambassadeur n’est autre qu’un ancien conseiller diplomatique de M. CHIRAC.



Affaire Julia : Chirac et le gouvernement étaient au courant
Il va de soi que l’ambassadeur ne pouvait délivrer ce visa qu’avec l’accord des plus hautes autorités françaises

En revanche lorsque l’opération Julia a échoué qui s’est empressé de critiquer véhémentement cette initiative « scandaleuses » ? M. Chirac et son gouvernement !

Bien entendu les médias, sauf Libération, se gardent bien d’insister. L’heure est au consensus, dans l’intérêt des otages. M. Raffarin en est réduit à montrer, pour détourner l’attention, une vidéo vieille de quinze jours.

Il y a quinze jours nous avons la preuve qu’ils étaient vivants, affirme avec le plus grand sérieux le fusible du Poitou. On nous prend vraiment pour des imbéciles.

Que penser, d’une attitude aussi lâche et fourbe de la part du président et de son gouvernement ?

Au lieu de faire profil bas, ce qu’ils vont faire maintenant, contraints et forcés, il a fallu qu’ils se répandent en invectives sur l’échec de Julia. Lequel, au passage, a peut être échoué dans son initiative, mais certainement pas dans sa façon de remettre Chirac et Raffarin à leurs places , en affirmant dès son retour que le président et son gouvernement étaient parfaitement au courant, et depuis le début, de sa tentative.

Résultat : un beau scandale, évité de justesse, dans l’intérêt des familles.

Que penser de la diplomatie française, tellement inefficiente qu’elle en est réduite à « laisser faire » un amateur comme M. Julia ?

Enfin, avec un président et un gouvernement pareil on peut sérieusement éprouver de grandes craintes pour nos otages. A côté d’eux Berlusconi c’est Clausewitz !

Pauvres otages, pauvres de nous !




Mercredi 6 Octobre 2004

Lu 4172 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Mode d'emploi de ce site | Edito | Humour | Santé | Coronavirus | Informatique | Sexualité | Politique | Coup de gueule | Coup de coeur | Voyages | Divers | Télécoms | Ordiphones | Musique | Bons plans | Belles annonces | Environnement | Archives | Partenaires