WEB SIDE STORIES

« La vieillesse est un naufrage, si l'on refuse d'apprendre à nager » [G.D]



A bas la Télé !


Comme il vient d'avoir les honneurs de la Une de l'excellent webzine www.votrejournal.net je me permets de reprendre un article de 2005 sur les méfaits de la Télé sur nos contemporains.

Il me semble qu'à part le prix de la redevance il n'a pas pris une ride !



A bas la Télé !

C'est peu de dire que la télé a une grande influence sur la plupart de nos contemporains.

Le nombre de gens qui n'ont pas la télé doit être insignifiant. Regardez autour de vous et comptez ceux de vos amis qui sont dans ce cas. Une de vos mains suffira...

La question est donc moins de savoir pourquoi tout le monde regarde la télé que pourquoi certains, dont je suis fier de faire partie, ne la regardent pas ou ne la regardent plus.

Je suis, avec beaucoup d'autres, un enfant de la télé. Né juste après la guerre j'ai commencé très tôt à regarder la boite à images ; dans les années cinquante cinq environ.

A cette époque la télé se voulait éducative et l'était effectivement. Pour un gamin d'origine très modeste comme je l'étais la télé était alors une bénédiction qui nous ouvrait véritablement au monde. Rappelons qu'à l'époque il n'y avait qu'une chaîne, pas de couleur, pas de publicité, peu de séries américaines (Zorro et Rintintin ; rien à voir avec les séries d'aujourd'hui). Pas de loto et pas de tiercé non plus, car en ce temps là inciter les gens à dépenser leur argent dans le jeu était considéré, allez savoir pourquoi, comme immoral. Un autre monde quoi... Dans ce monde la télé remplissait un rôle culturel.

Depuis ça s'est gâté considérablement. La télé est devenue un véritable instrument d'abrutissement des foules. Et je suis poli.

En ce qui concerne les enfants tous les éducateurs remarquent qu'il n'y a plus chez les jeunes d'esprit de contestation. L'esprit de révolte oui ; l'esprit de révolution, non. Il y a fort à parier que le Che, dont on parle beaucoup en ce moment, est le genre de héros complètement étranger à un jeune d'aujourd'hui.

Et il est bien évident qu'après avoir été nourri, plusieurs heures par jour, tous les jours de sa vie, au lait de Dorothée, Ab Production, PPDA et consorts on sera plus porté sur les posters des Boys Band ou des Spice Girls que sur Che Guevarra et son poster guerrier.

On nous dit qu'il n'y a plus d'idéologie et pourtant l'endoctrinement exercé à jet continu par la télé et la pub conjuguées est autrement plus fort et efficace que l'opium du peuple décrit par Marx (pas Groucho, l'autre !). Il ne faut pas chercher ailleurs le Big Brother pressenti par Orwell. Il est dans cette sinistre boite à images dégoulinante de pub et ruisselante de vulgarité. Vous remarquerez d'ailleurs que lorsque nos gouvernants veulent nous parler c'est de TF1 ou d'Antenne 2 qu'ils nous apostrophent désormais.

En ce qui concerne les parents cela n'est pas mieux.

Ainsi donc quand après avoir été abrutis toute la journée par la voiture et ses embouteillages, ou les transports publics et leurs joies, quand après avoir bossé toute la journée comme des zombies, quand Madame et Monsieur Toutlemonde rentrent enfin chez eux ils n'ont qu'une hâte ; poser leur cul devant la télé, arrêter de penser et grignoter des saloperies. Surtout pas de discussion ; les enfants la ferme ou vont se coucher, de préférence pendant une pub pour ne pas perdre une miette du festin intellectuel prodigué tous les soirs pour la modique somme de 700 francs par an.

Trois heures plus tard, complètement lobotomisés, Madame et Monsieur Toutlemonde gagnent leur couche, pas en même temps car généralement l'un des deux a déjà sombré dans le sommeil. L'amour, on fait ça le samedi soir parce que c'est le jour où il n'y a pas de film. Bonsoir l'ambiance et bonjour les enfants de l'amour !

A ce propos il parait que l'amour c'est non pas se regarder dans les yeux mais regarder tous les deux dans la même direction. Dans ce cas effectivement à partir de 19 heures trente tous les soirs, tout le monde s'aime. Mais çà donnerait presque envie de faire la guerre !

Je carricature me direz vous ; si peu ! Voyons les arguments des défenseurs de la télé maintenant.

-"Personnellement je n'aime pas tellement la télé mais pour mes enfants c'est éducatif ; alors je me sacrifie, je regarde mais je n'adhère pas". Chanson connue. Un, c'est hypocrite, deux ; c'est faux. La télé n'éduque pas les enfants, elle les rend idiots.

Les enfants, c'est avéré, ne comprennent rien aux émissions politiques, scientifiques, culturelles. Ils mélangent tout dans leur pauvre tête et le résultat donne la culture d'aujourd'hui. Toute en pointillé et farcie de contresens énormes. On n'est plus cultivé, on a dans la tête une espèce de bouillie infâme dans laquelle les grandes questions de notre temps se situent exactement au même niveau que la dernière pub de Coca Cola. Et les massacres en Afrique sur le même plan que les dangers de la circulation automobile pendant les week-end festifs.

Et oui ! Si la télé place des choses aussi différentes sur le même plan, au sens littéral, comment voulez-vous que les enfants, voire les téléspectateurs adultes, fassent la différence.

La seule chose que les enfants retiennent mot pour mot de la télé, ce sont les pubs ! Et quand on voit le niveau de la pub dans un pays soi disant spirituel comme le nôtre, on ne peut que s'inquiéter pour nos enfants !

De plus les enfants étant continuellement devant la télé ne lisent plus ; or la lecture contrairement à la télé c'était éminemment culturel parce que cela entraînait une réaction du lecteur. Ce qui est complètement prohibé à la télé, ou alors uniquement vers le frigo !

La grande cassure, le passage de la télé culturelle à la télé merdique peut être exactement situé lors de l'introduction de la pub à la télé. De ce jour la culture a laissé la place au fric ; les jeux de merde et l'audimat ont fait leur apparition et tout s'est irrémédiablement gâté. La seule culture qui reste à la télé c'est après 22h30 quand le bon peuple est couché et que l'on peut alors satisfaire les intellectuels qui se couchent tard parce qu'ils se ne se lèvent jamais tôt.

Mais, gémissent les esclaves cathodiques, que peut-on bien faire le soir après 19h 30 si on n'a pas la télé ? Oh ! Bien des choses en somme :

On peut parler, jouer avec sa femme et ses enfants.
On peut faire du sport ou simplement se promener.
On peut bricoler. Au moins jusqu'à 22h30
On peut se coucher tôt et faire l'amour.
On peut lire.
On peut écouter la radio.
On peut surfer sur Internet ; c'est aussi un écran mais c'est interactif et ça change tout.
On peut sortir, aller danser, aller au cinéma
On peut se poser dans un fauteuil, ne rien faire et se surprendre à penser.

En bref ne plus regarder la télé c'est gagner au moins trois heures par jour ; et à l'heure du prime-time en plus.
C'est retrouver l'usage de ses neurones après 20 heures.
C'est retrouver sa femme et ses enfants, ou l'élue() de son cœur.
C'est économiser plus de 100 euros par an !

C'est enfin retrouver une seconde jeunesse. Car dès qu'on arrête la télé on constate immédiatement une très nette recrudescence de sa libido. Si, si, je vous l'assure, la télé c'est pire que le bromure. Essayez de vous en passer, vous verrez !




Vendredi 5 Octobre 2007

Lu 5946 fois

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique