;
WEB SIDE STORIES- Site personnel de Guy DERIDET
Web Side Storie
WEB SIDE STORIES

«L'avenir n'est plus ce qu'il était» [Paul Valéry]



La civilisation du poisson rouge, petit traité sur le marché de l'attention

Un livre écrit en 2019 par Bruno Patino qui m'a passionné.



La civilisation du poisson rouge, petit traité sur le marché de  l'attention
Après avoir découvert l'informatique en 1982, dans l'île de Saint-Martin où j'étais alors en poste, j'ai découvert Internet dans l'île de la Réunion où j'ai travaillé de 1996 à 2007, date de mon départ à la retraite. Mon nom de domaine, deridet.com, existe depuis l'an 2000, date de création de ce site.

Autant dire que l'informatique et Internet, je connais et depuis très longtmeps.

A la lecture (audio) de ce livre j'ai été choqué de découvrir les dégâts qu'ont pu occasionner les GAFAM sur les cerveaux des millénials (nés après 2000) et sans doute de bon nombre de leurs géniteurs. Vous trouverez ce livre chez Amazon, FNAC ou Rakuten ou dans les bonnes librairies.

Personnellement, je l'ai trouvé, à ma grande surprise, en version audio gratuite sur la chaine Youtube : Ton livre audio. Avec d'autres excellents ouvrages comme ceux de Laurent Gounelle, dont je vous ai parlé très récemment.

Ce livre décrit parfaitement les processus utilisés par les GAFAM pour monopoliser notre temps de cerveau disponible et pourquoi ils sont aussi efficaces.

Si cela peut vous aider je vous indique ci-après comment j'ai moi-même procédé pour laisser aux GAFAM un minimum de mon cerveau disponible.

Je n'utilise plus Google Chrome depuis des années. Pourtant, je l'ai utilisé abondamment depuis sa création. A la place, j'utilise Kiwi Browser qui est plus rapide. Ce qui est normal car on peut supprimer toutes les pubs, sans utiliser une application intermédiaire. Il accepte toutes les extensions Chrome. Sur ordinateur comme sur Android. Ce qui n'est pas le cas de Chrome pour Android ! Et, il utiise le mode sombre depuis très longtmeps alors que Chrome nécessite (encore) d'utiliser un flag. Google n'aime pas le mode sombre. Rien d'étonnant, effet c'est le contraire de son matérial design. Pour le dire autrement, le mode sombre, ça ne tape pas assez dans l'œil du client. Certaines pubs, explicites ou dissimulées, pourraient lui échapper. Et, ce n'est pas bon pour le business, coco.

Pourquoi n'utilisè-je pas Chrome ? Justement à cause de la publicité à laquelle je suis allergique depuis qu'elle m'importune. C'est-à-dire depuis toujours. Voir mon article intitulé, A bas la pub !]url:https://www.deridet.com/A-bas-la-pub-_a4.html

Depuis 50 ans, chaque fois que je commence d'entrevoir une pub sur un écran, je fuis. Ou, si je ne peux fuir, j'actionne le bouton « mute » celui qui coupe le son. C'est radical : une pub sans son n'a plus aucun effet sur moi. Surtout si en plus, je tourne la tête... ou je vais aux toilettes. Ce réflexe est tellement ancré en moi que je ne vois plus les pubs. Que ce soit sur les panneaux 4×4 dans la rue ou la campagne ou sur les pages Web, quand elles parviennent à s'afficher quand même.

Je vous certifie que si vous êtes comme moi devenu (avec beaucoup d'efforts et une détermination sans faille) allergique la pub les dégâts éventuels des GAFAM sur votre cerveau seront diminués d'au moins 75 % !

Autre mesure destinée à couper le siffler aux GAFAM : la suppression de toutes les notifications non indispensables sur mes ordiphones. Ce qui, accessoirement, augmente notablement les possibilités des batteries de mes appareils. En l'occurrence, un Zflip3 de Samsung et un Pixel 7 de Google.

Pour ce qui est du téléphone, qui était quand même au départ l'application principale des ordiphones, je suis célibataire par conviction, retraité et expatrié. Ce qui signifie que je ne suis pas beaucoup sollicité de ce côté. De plus, pour ne pas être importuné par les démarcheurs par téléphone, mon téléphone sonne uniquement pour les appels des personnes enregistrées dans mon répertoire. Tous les autres sont rejetés et s'ils persistent à m'appeler, carrément bannis.

Enfin, je ne suis vraiment pas esclave de mes ordiphones. Ils me sont très utiles quand je me déplace, mais à la maison j'utilise surtout mes deux ordinateurs, un Chromebook et un mini Pc avec Windows 11 Pro, et une télé 4K qui ne fonctionne que sur Internet, essentiellement pour regarder des films. Et certainement pas sur Netflix, que j'ai également, et pour les mêmes raisons de préservation de
mon temps de cerveau disponible, abandonné rapidement). Seulement le soir, quand je ne fais pas autre chose. Comme lire un livre, sur mes liseuses électroniques, Kindle et Kobo, ou écouter un livre, pour les livres audio et les podcasts.

Avec tout cela, je ne m'ennuie jamais et mes journées sont longues : je me couche le plus souvent à 1 h du matin et je me lève à 7 heures. Je connais les vertus du sommeil mais point trop n'en faut. La vie m'intéresse encore assez pour que je ne la vive pas en dormant.

Ce site Internet me prend quatre à cinq heures par jour. Mes deux pages Facebook (voir la page d'accueil) comptent : 1 580 followers, pour ma page personnelle et 3 600 pour ma page Humour et me prennent quelques dizaines de minutes par jour seulement. Lorsque je veux m'exprimer ou partager ce qui me plait et ce qui ne me plait pas, je vais de préférence sur mon site Internet. Là encore, les algorithmes de Facebook me rebutent rapidement.

Quant à Twitter, bien que j'aie une page à mon nom, je ne supporte pas la mentalité odieuse de ce média. Encore moins, depuis qu'un milliardaire l'a rachetée.

Dernière chose : bien que je l'aie beaucoup fait jadis, essentiellement pour alimenter ce site, depuis la récente crise sanitaire je n'écoute plus jamais les informations à la radio. Et, encore moins à la télé. L'attitude de ces médias, ainsi que celle de la quasi-totalité de la presse écrite, m'ont profondément déplu durant toute cette pénible période.

J'ai très vite compris que les informations (généralement les mêmes quels que soient les médias, diffusées H24/7 J/ 7 n'avaient qu'un but : relayer les informations officielles, même si elles étaient fausses ou fortement biaisées). Tout en vouant gémonies tous ceux qui refusaient de croire aveuglément ce qu'on leur répétait à l'longueur de journée. J'ai donc passé ces trois années à chercher les informations sur ce virus ailleurs que dans la propagande officielle. Cela tombait bien : elles étaient beaucoup moins alarmantes sur les médias qui ne se veulent pas de révérence.

Pour information, lorsque la pandémie a commencé j'avais plus de 70 ans et je n'ai jamais été vacciné, je n'ai jamais subi de test PCR et... je n'ai jamais été malade.

Il se trouve qu'à mon âge avancé, j'avais souvent eu l'occasion de constater que mon système immunitaire était solide, surtout en ce qui concerne ce genre de virus. En effet :

  • Je n'ai jamais eu la grippe, alors que j'ai vécu à Bordeaux toute ma jeunesse, puis à Rouen à l'occasion de mon premier poste. Deux villes où les grippes sévissent tous les hivers. Bien entendu, je n'ai jamais été vacciné contre la grippe.

  • Je n'ai jamais eu la dengue, même si j'ai vécu 15 années aux Antilles

  • Je n'ai jamais eu le chikungunya lorsque j'étais en poste à la Réunion quand ce virus a mis sur le flanc 70 % de la population
.
Résultat : avec tout le sport que j'ai pu faire pendant cette crise, il n'y avait pas grand-chose d'autre à faire sinon se goinfrer devant la télé, ce qui n'est pas mon genre, et à l'écart de tout bourrage de crâne par la doxa ambiante, j'ai vécu ces trois sombres années en pleine forme physique et mentale.

N.B

Il est fortement question que l'Europe instaure un pass médical obligatoire. Si cela se produisait, je quitterais l'Europe définitivement et j'irais finir mes jours, dans la joie et l'allégresse, dans une île la plus lointaine possible.



Le texte intégral du livre audio sr la civilisation du poissons rouge est disponible ici : ;

Le résumé de ce livre par Dygest.com est là :


RESUME, par ChatGPT

● Les générations nées dans les années 2000 ont une capacité d'attention similaire à celle des poissons rouges.

● Les jeunes passent jusqu'à cinq heures par jour sur leur smartphone et effectuent de nombreuses activations par heure.

● L'addiction aux écrans est devenue permanente et pathologique, alimentée par les GAFAM.

● Les réseaux sociaux ont créé une compétition virtuelle qui affecte la santé mentale des utilisateurs.

● Les entreprises du web et des réseaux sociaux cherchent à capter l'attention des utilisateurs pour les rendre dépendants.

● Les créateurs des réseaux sociaux réalisent maintenant les conséquences négatives de leurs inventions.

● Nous devons lutter contre l'économie de l'attention et de mettre en place de nouvelles règles et un « nouvel humanisme numérique »

● Des actions individuelles et collectives sont nécessaires pour rationaliser l'utilisation des écrans et réguler les flux d'information.

● Une éducation à la déconnexion et des espaces « hors connexion » sont proposés.

● La nouvelle fracture numérique est celle de la déconnexion, qui garantirait la liberté de se connecter ou de se déconnecter.

Dernières nouvelles :

Un bémol important : j'ai découvert aujourd'hui un article sur le poisson rouge qui démontre que cet animal est loin d'être aussi dénué d'intelligence qu'on le pense. Y compris l'auteur de ce livre.

Ce qui n'enlève rien aux dégâts collatéraux inquiétants que provoque l'addiction des jeunes générations (et souvent de leurs parents) aux écrans. Démontrée, elle, scientifiquement, depuis très longtemps et confirmée très récemment. Voir ici

Compte tenu de cet article qui nous apprend que le poisson rouge dispose finalement des capacités insoupçonnées, on oubliera le poisson rouge, mais surtout pas le marché de l'attention.

Mercredi 5 Juillet 2023

Lu 236 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Mode d'emploi de ce site | Edito | Humour | Santé | Intelligence Artificielle | Covid-19 | Informatique | Sexualité | Politique | Coup de gueule | Coup de coeur | Voyages | Divers | Télécoms | Ordiphones | Musique | Archives | Bons plans | Belles annonces | Environnement | Partenaires