WEB SIDE STORIES

« On l'appelait la pucelle car elle était vierge depuis son enfance » [perle lycéenne]



Les 400 000 coût(s) de Sarko



4000 invités, une facture de 400 000 euros. Sarkozy a régalé la communauté française de New York lors d’une petite sauterie mercredi 23 septembre au soir. On ne passe pas tous les jours à la tribune de l’ONU… Un article de Bakchich



A la notre !
A la notre !

L’âme de la France généreuse a franchi l’Atlantique avec le bon président Sarkozy.

C’est du moins ce qu’ont dû penser les 4000 convives installés dans la très chic salle de Gala du Manhattan Center Studio. A l’occasion de sa venue à New-York pour l’Assemblée générale des Nations-Unies, Sarko Ier n’a pu s’empêcher d’organiser une petite fête pour la communauté française de la Grosse Pomme, qui l’aime tant (les Français de New York ont massivement voté UMP aux présidentielles).

Quand Sarko se porte Onu, le président n’aime pas le faire en solitaire. 4000 chanceux, dont Charles Elie Couture ou Patrick de Carolis, ont ainsi pu célébrer le passage de sa grandeur à New York. Et encore, 4000 correspondait à la capacité maximale de la salle, le Consulat Général ayant dû fermer très tôt les réservations tant la demande pour participer à cette petite sauterie fut grande.

Au menu, haute gastronomie et bulles bien françaises, le tout permis grâce à la mobilisation de pas moins de vingt-deux cuisiniers et cent quarante serveurs. 1 cuisinier pour 182 personnes et 1 serveur pour 29.

LA FIN DES PARADIS FISCAUX REMPLIT LE POT

Mais si le bien-être culinaire d’un Français n’a pas de prix, il a un coût. Un gentil français présent sur place et soucieux des deniers de notre État impécunieux a trouvé le temps de contacter Bakchich pour s’émouvoir du montant de cette ô combien nécessaire mobilisation du savoir-faire français pour entamer la résolution des problèmes du monde. Et le chiffre, en temps de crise et de déficit abyssal, n’est qu’une goutte d’eau dans le puit sans fond de la dette (140 milliards annoncés pour 2008). Autant dire que 400 000 euros de plus ou de moins dans les caisses vides de l’État, tout le monde s’en tamponne. Les caisses de l’État ne vont pas tarder à déborder. Eh oui, « les paradis fiscaux, c’est terminé », comme l’a dit Sarkozy lui-même mercredi soir en direct à la télévision. Et qui dit fin des paradis fiscaux, dit retour des milliards planqués par nos pauvres élites, donc allégement considérable de la dette ! Encore un événement à fêter !

N.B

A coté de Sarko Chirac, pourtant redoutable en la matière, fait figure de Parangon de la vertu. Comme disait Coluche, il s'en fout, c'est pas lui qui paye...c'est nous !


Jeudi 8 Octobre 2009

Lu 1928 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique