WEB SIDE STORIES- Site personnel de Guy DERIDET
Web Side Storie
WEB SIDE STORIES

«L'avenir n'est plus ce qu'il était» [Paul Valéry]



Espagne ! L'excès de décès en juillet est cinq fois supérieur à la moyenne !

Une surmortalité inquiétante a été observée en Espagne au mois de juillet dernier et relevée par le quotidien espagnol El Pais. Soir 20 % de plus que la moyenne de ce mois. À quoi peut-on attribuer cette surmortalité inhabituelle ? A la chaleur et la Covid ? Sans doute, mais pas seulement.



Espagne ! L'excès de décès en juillet est cinq fois supérieur à la moyenne !

Traduction de l'article d'El Pais (par Deepl.com, et un tout petit peu par moi)

Pour ELPais.com
PAUL LINDE
Madrid-01 AOÛT 2022


L'Institut de santé Carlos III calcule près de 10 000 décès de plus que prévu, dont 2 124 sont attribuables aux températures élevées

En juillet, 9 687 personnes de plus que prévu sont décédées en Espagne. C'est ce que l'on appelle la «surmortalité», une estimation du nombre total de décès sur une certaine période par rapport à ceux attendus.

C'est cinq fois plus que la moyenne de juillet (1 844) puisque l'Institut de santé Carlos III (ISCIII) la collecte dans les statistiques du [MoMo (le système de suivi quotidien de la mortalité toutes causes confondues.

Autrement dit, près de 41 000 décès ont été observés en juillet, soit 20 % de plus que la moyenne de ce mois. Une partie des décès excédentaires s'expliquent, directement ou indirectement, par la chaleur (2 124), d'autres sont causées par la septième vague de covid (1 872 avec des données provisoires), mais il reste des milliers de décès imprévus dus à d'autres raisons. Il y a plus d'hypothèses que de certitudes sur les raisons.

Les sources de l'ISCIII reconnaissent à EL PAÍS que les calculs sont au-dessus de ce à quoi l'on pourrait s'attendre et expliquent que la grande majorité est attribuée aux personnes très âgées, en particulier celles de plus de 85 ans, et aussi de 75 à 85 ans. Les causes exactes ne peuvent être connues ou attribuées à une seule raison précise. La chaleur de ces semaines, la Covid, les conséquences de la pandémie [il y en a des indirectes de toutes sortes, comme sociosanitaires, moins d'accès au système de santé à cause des difficultés de soins ou de la peur, l'isolement dont beaucoup de personnes âgées ont souffert], peut influencer la fragilité des personnes vulnérables par rapport à tout ce qui précède. Ce sont des estimations qu'il faut manier avec prudence, consolider les données et étudier à l'avenir, soulignent ces sources.

Aujourd'hui, il n'est pas possible de connaître les causes exactes de ces décès, ce qui sera publié l'année prochaine par l'Institut national de la statistique. Une demi-douzaine d'épidémiologistes consultés s'accordent à dire qu'il s'agit d'un chiffre très frappant qui, de surcroît, est sans précédent dans les autres pays européens. Les statistiques montrent une petite hausse de la mortalité dans le reste du continent, mais bien inférieure à ce qui se passe en Espagne, selon EuroMoMo .

Les deux facteurs différentiels les plus clairs par rapport aux autres étés sont la chaleur extrême et la Covid. Mais leur somme n'explique pas un mois de juillet avec 10 fois plus de mortalité que celui de 2019, pour donner un exemple. D'autres années (2017 et 2018) l'excédent a même été négatif : moins de personnes sont décédées que prévu. Il n'y a qu'un seul mois de juillet qui pourrait être comparé à l'actuel depuis le début de la série MoMo, en 2015, qui est précisément cette même année, et qui est aussi celui avec les températures les plus élevées. Ensuite, la surmortalité s'élevait à 5 751, soit un peu plus de la moitié de ce qu'elle est aujourd'hui. Parmi ceux-ci, 2 718 ont été expliqués par la chaleur, 594 de plus qu'en juillet.

Malgré l'impact des vagues de chaleur, la grande majorité des décès liés à la température tout au long de l'année sont liés au froid. La mortalité suit un schéma saisonnier qui atteint normalement son apogée entre décembre et janvier. Elle redescend ensuite, elle rebondit (de manière beaucoup moins volumineuse) en juillet et août pour redescendre en septembre, le mois avec le moins de décès. En ce mois de juillet pourtant, la surmortalité a été à la hauteur des pires hivers, sans compter les mois exceptionnels de mars et avril 2020, où le coronavirus a provoqué des décès, qui ont dépassé de plus de 25 000 le nombre de décès prévus.

Hicham Achebak, chercheur spécialisé dans le climat et la santé à ISGlobal, un centre promu par la Fondation La Caixa, explique que la chaleur tue généralement des personnes très vulnérables, généralement âgées de plus de 80 ans. « Un facteur direct est le coup de chaleur, que nous avons malheureusement vu récemment ; l'autre, plus fréquent, est du à une aggravation des pathologies chez les personnes qui ont plus de mal à dissiper la chaleur », précise-t-il. Sa surprise, comme celle d'autres spécialistes consultés, est que la surmortalité soit si importante et que la chaleur n'en explique qu'un cinquième. « Ce sont des estimations qu'il va falloir consolider. Peut-être que le système n'est pas aussi robuste ou que l'on mesure mal les décès attribuables aux températures », réfléchit-il.

L'autre suspect, la Covid, n'explique pas non plus autant de morts. Les données provisoires de l'ISCIII enregistrent actuellement 1 872 décès par coronavirus en juillet. Bien que le mois soit terminé, l'institut continuera pendant des semaines à ajouter des décès en raison de retard dans les notifications. Même ainsi, il serait normal qu'il y en ait des centaines; en aucun cas les milliers.

Salvador Peiró, directeur de recherche à la fondation Fisabio, réfléchit depuis un certain temps à ces chiffres, qui présentaient déjà en juin un énorme excès par rapport à ce qui était attendu : 4 404 décès, plus de 10 fois supérieurs à la moyenne du mois. Il soulève cinq hypothèses. La première, c'est qu'il y a beaucoup de décès Covid qui ne sont pas comptés, chose qui semble « très improbable ». Bien au contraire : les décès de personnes qui entrent dans les statistiques pour cause de Covid avaient simplement un PCR positif, mais la maladie n'était pas la seule ou principale cause de décès.

La deuxième hypothèse de Peiró est celle qui est également soulignée par les sources consultées dans l'ISCIII : il y a des personnes qui meurent en raison du long manque de contrôle dans la gestion des pathologies chroniques et de la faible détection du cancer durant les deux dernières années. Encore une fois, je peine à comprendre. D'abord, je m'attendrais à voir plus d'hospitalisations pour diabète non traité, insuffisance cardiaque et autres maladies chroniques classiques. Les collègues à qui je demande me disent qu'ils ne voient pas cela. Ils disent qu'il y a des cancers plus avancés, mais ici la latence à la mort devrait être plus longue. Cela pourrait expliquer une partie, mais pas la totalité, de la surmortalité. Cela devrait s'accompagner d'un rebond des hospitalisations aux urgences dues à des affections chroniques », précise-t-il.

Les troisième et quatrième hypothèses tiennent au fait que le MoMo mesure mal les excès. « Ce sont des modèles et ils ne sont probablement pas construits pour une canicule d'une durée aussi longue », estime l'épidémiologiste, qui estime aussi qu'il sous-estimerait la mortalité en général, au-delà des températures. « Mais j'ai vérifié le modèle et il semblait correct. J'ignore si cela pourrait avoir un effet, mais pas tant que ça», dit-il.

La cinquième hypothèse, qui est peut-être la plus plausible pour lui, est un mélange de toutes les précédentes. « Mais en deux ans, beaucoup de gens sont morts. Personnes malades, personnes très âgées décédées (de causes non-Covid). Le prétendu effet de récolte (la surmortalité d'une saison avance les décès de la suivante) devrait signifier qu'à ce stade, nous avons un défaut (et non un excès) de mortalité, ce qui complique encore l'interprétation », ajoute Peiró. Selon lui, « la chose sensée à faire »serait de faire avancer le codage et l'analyse de la mortalité par cause pour tenter de vérifier ce qui se passe, le cas échéant, car « à ce moment, la mortalité devient une donnée pertinente pour la prise de décision »
.
De plus en plus chaud, mais de mieux en mieux préparé

Nul ne doute que le changement climatique apportera des étés toujours plus chauds et que ces canicules se répéteront : elles seront davantage fréquentes, de plus longue durée, les premières commenceront plus tôt et les dernières plus tard. Ce scénario peut entraîner une augmentation des décès dus à la chaleur. Cependant, l'Espagne est de plus en plus préparée à les affronter. Comment? Il n'y a pas de secret : avec la climatisation.

Hicham Achebak explique que le développement socio-économique du pays le rend de moins en moins vulnérable aux températures élevées. « Cela signifie qu'une moyenne quotidienne de, par exemple, 30 degrés par jour tuait davantage il y a 30 ans qu'aujourd'hui. Il faut l'étudier plus, mais tout indique que les conditions de vie, plus de ressources, le système de santé et, surtout, la climatisation des habitations sont derrière. Si tout le monde en avait et s'en servait, la surmortalité serait pratiquement nulle, assure-t-il.

Les enquêtes de l'INE montrent que dans les années 1990, environ 4 % des ménages disposaient de la climatisation ; dans la dernière étude, à partir de 2008, ce chiffre était passé à 35 %. « C'est encore un infime pourcentage si on le met dans le contexte des températures élevées que l'Espagne a en été. C'est quelque chose qu'il faut augmenter, mais idéalement, que ces climatiseurs fonctionnent avec des énergies renouvelables pour qu'elles ne contribuent pas davantage au réchauffement climatique », ajoute-t-il. Ce sera d'autant plus nécessaire que l'âge moyen de l'Espagne ne cessera de croître, il y aura donc de plus en plus de personnes vulnérables aux températures.

Pour Elpais
Paul linde

Adresse Internet de l‘article d’Elpais :.

Pour ceux que cela intéresserait, le journal France Soir a été un des rares en France à faire état de cet article du quotidien espagnol. Avec des hypothèses d’explication beaucoup plus inquiétantes.

b(NDLR)b
Par exemple, les conséquences « indésirables » des vaccins.
Si ces hypothèses se vérifiaient, compte tenu du nombre de personnes vaccinées dans le monde entier, il y aurait lieu de s'inquiéter vraiment.

Néanmoins, vu le peu d'empressement (et je suis gentil) dont les autorités du monde entier font preuve depuis la fin de la pandémie pour comptabiliser les effets indésirables des vaccins, il ne m'étonnerait pas qu'il nous faille attendre encore longtemps avant que l'on se décide, dans le monde entier, à en tirer les conséquences et à prendre les mesures qui s'imposent.






Lundi 8 Août 2022

Lu 156 fois

Utopia - 29/10/2021

1 2 3

Mode d'emploi de ce site | Edito | Humour | Santé | Covid-19 | Informatique | Sexualité | Politique | Coup de gueule | Coup de coeur | Voyages | Divers | Télécoms | Ordiphones | Musique | Bons plans | Belles annonces | Environnement | Archives | Partenaires