WEB SIDE STORIES- Site personnel de Guy DERIDET
Web Side Storie
WEB SIDE STORIES

« L'avenir n'est plus ce qu'il était » [Paul Valéry]



Comment est-ce possible ?

Le Canard Enchaîné, sous la plume de Jean-Luc Porquet, publie un article au vitriol sur l'absurdité des directions écologiques dans lesquelles s'est engagée la France.



En ligne de mire, la voiture électrique censée être la solution d'avenir pour sauver la planète prétendument en danger.

On ne cesse de nous ressasser que la voiture électrique, c'est la solution d'avenir et surtout la seule voie pour sauver la planète.

À cette fin, la France s'est engouffrée tête baissée dans le tout électrique, mais sans aucun discernement.

Nos gouvernants ont enjoint les constructeurs automobiles de tout miser sur l'électrique. Soit !

Mais, que cela signifie-t-il ?

D'abord, l'installation de multiples bornes de recharge le long de nos routes, car les véhicules les plus performants à l'heure actuelle, ne peuvent prétendre à une autonomie supérieure à 500 km.

Et, encore sans faire usage des phares, du chauffage, des essuie-glaces, du dégivrage ou de la climatisation. Cela implique la conception de batteries capables de stocker cette énergie. Et, là, il faut s'attarder un instant.

À l'heure actuelle, les batteries équipant les véhicules sont très lourdes, très coûteuses et bourrées de métaux rares.

Dans celle de la Tesla Model S entre autres, la plus performante du marché, on ne trouve pas moins de 16 kg de nickel.

Or le nickel est plutôt rare sur notre terre.

Ce qui fait dire au patron de Tesla France que « le goulet d'étranglement de la transition énergétique se fera sur le nickel ».

Il sait parfaitement que le nickel est très difficile à trouver.

Il faut aller le chercher en Indonésie ou en Nouvelle-Calédonie et son extraction est une vraie galère, car on ne le trouve jamais à l'état pur.

Dans les minerais, il n'existe qu'en très faible proportion .

Par conséquent, il faut creuser et creuser encore, broyer, cribler, hyrocycloner pour un résultat tout juste à la hauteur des besoins.

Or tout cela entraîne de colossales montagnes de résidus que l'on déverse la plupart du temps dans la mer !

Mais, qu'impose la biodiversité pour les Khmers verts, qui ne jurent que par la « mobilité verte », laquelle n'a pas de prix pour eux.

Il n'y a pas que le nickel en jeu, il y a aussi le lithium.

Il en faut 15 kg par batterie (toujours pour la Tesla Model S). Celui-ci provient des hauts plateaux des Andes.

Pour l'extraire, on pompe sous les "salars" (lacs salés asséchés) ce qui entraîne une migration de l'eau douce vers les profondeurs.

Une catastrophe écologique selon les autochtones qui souffrent déjà du manque d'eau.

Et, puis, il y a le cobalt : 10 kg par batterie qu'on va chercher au Congo.

Et, là, on touche au travail des enfants qui creusent à mains nues dans des mines artisanales pour seulement 2 dollars par jour (Les Échos du 23/09/2020).

Ça gêne un peu aux entournures nos constructeurs qui, néanmoins, veulent à tout prix rattraper la Chine, déjà championne du monde dans ce secteur. Alors, le travail des enfants, ça reste un détail.

Pour couronner le tout, les batteries étant terriblement lourdes (1/4 du poids de la Tesla Model S), il faut alléger au maximum le véhicule.

On fait donc des carrosseries en aluminium dont l'extraction génère ces terribles boues rouges, déchets insolubles issus du traitement de l'alumine avec de la soude et qui sont composées de plusieurs métaux lourds tels que l'arsenic, le fer, le mercure, la silice et le titane, que l'on déverse aussi dans la mer au mépris des questions d'environnement, comme à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône.

Voilà ce qu'est le développement « durable » selon nos écologistes. Un dogme qui ne laisse aucune place à la raison !




Comment est-ce possible ?

Extrait d'un article de l'Observatoire du Nucléaire


C’est seulement par le biais des fortes subventions publiques (totalement injustifiées) dont elle bénéficie que la voiture électrique est artificiellement rendue compétitive.

La fabrication des batteries d’une voiture électrique émet en CO₂ l’équivalent de 10 à 15 ans d’utilisation d’une voiture thermique, et cela, avant même que la voiture électrique n’ait parcouru le moindre kilomètre !

À cela, il faut ajouter les très graves conséquences environnementales et sociales causées par l’extraction des matériaux nécessaires à la fabrication de ces batteries, particulièrement les filières du graphite et du lithium. Mais, il est vrai que ces graves pollutions sont délocalisées : la voiture électrique permet à des urbains occidentaux privilégiés de rouler prétendument "propre" tout en polluant gravement à des milliers de kilomètres.

Qui plus est, il est tout aussi injustifiable de recharger les batteries avec de l’électricité majoritairement nucléaire (comme en France) qu’avec de l’électricité produite par des centrales au charbon : c’est la peste et le choléra.

Ces graves tares de la voiture électrique suffisent à rendre totalement injustifiées les subventions publiques massives déployées par l’État en faveur des bornes de rechargement et de l’achat des voitures électriques : il est absurde de gaspiller ainsi l’argent public pour remplacer des voitures gravement polluantes (thermiques) par d’autres voitures gravement polluantes (électriques).








Samedi 20 Novembre 2021

Lu 239 fois

Mode d'emploi de ce site | Edito | Humour | Santé | Covid-19 | Informatique | Sexualité | Politique | Coup de gueule | Coup de coeur | Voyages | Divers | Télécoms | Ordiphones | Musique | Bons plans | Belles annonces | Environnement | Archives | Partenaires