;
WEB SIDE STORIES- Site personnel de Guy DERIDET
Web Side Storie
WEB SIDE STORIES

«L'avenir n'est plus ce qu'il était» [Paul Valéry]



«Ils profitent de notre pauvreté !»: derrière le boom des intelligences artificielles génératives, le travail caché des petites mains de l'IA

J'ai déjà évoqué ce problème ici à plusieurs reprises (taper «soutiers du clic» dans le moteur de recherche de ce site sur la page d'accueil en haut à gauche) mais, avec l'intelligence artificielle, ça ne s'arrange évidemment pas. Un article de FranceInfo.



Image FranceInfo
Image FranceInfo
La création d'algorithmes tels que ChatGPT ou Midjourney nécessite des quantités colossales de données, analysées par des humains. Des « annotateurs » indispensables, mais souvent précaires, faiblement rémunérés et maintenus dans l'ombre.


N.D.L.R
Que l'intelligence artificielle soit vraiment intelligente est encore sujet à controverses. En revanche, qu'il existe derrière ladite « intelligence artificielle », et l'informatique en général, et depuis très longtemps, des petites mains, indispensables, et néanmoins très mal payées, ne fait aucun doute. 

Lire l'article ici,





et le résumé par Claude 3, version Opus, ci-dessous.
 









L'article de FranceInfo «Ils profitent de notre pauvreté» met en lumière les coulisses sombres du développement des intelligences artificielles génératives, telles que ChatGPT ou Midjourney, en se concentrant sur le rôle crucial, mais généralement précaire, des "annotateurs" de données. 
 

Ces travailleurs, essentiels à la création et à l'entraînement des algorithmes d'IA, sont pour la plupart recrutés dans des pays à faibles revenus et travaillent dans des conditions difficiles pour des salaires dérisoires. 


L'article révèle les défis éthiques et sociaux posés par cette pratique, notamment :
  • l'exposition à des contenus traumatisants,
  • la précarité de l'emploi, et
  • la dépendance économique de ces travailleurs vis-à-vis de tâches habituellement répétitives et mal rémunérées. 

 Il souligne également le contraste entre les bénéfices colossaux générés par les entreprises de technologie et la situation des annotateurs, suggérant une forme de néocolonialisme numérique. 
 

Enfin, le document appelle à une plus grande transparence et responsabilité de la part des entreprises d'IA, ainsi qu'à une meilleure reconnaissance et rémunération des travailleurs du clic, pour tendre vers une IA plus éthique et équitable.

 

Lundi 15 Avril 2024

Lu 188 fois
1 2 3

Mode d'emploi de ce site | Edito | Humour | Santé | Intelligence Artificielle | Covid-19 | Informatique | Sexualité | Politique | Coup de gueule | Coup de coeur | Voyages | Divers | Télécoms | Ordiphones | Musique | Archives | Bons plans | Belles annonces | Environnement | Partenaires