WEB SIDE STORIES

« Le meilleur moyen de vivre ses rêves, c'est de se réveiller. » [Paul Valéry]




Modèle scandinave, mon œil!

par Bruno Amable, un article de liberation.fr



Le projet phare de la présidence Macron, la diminution du niveau de protection légale de la relation d’emploi, vient de franchir une étape décisive : les ordonnances réformant le code du travail viennent d’être signées et publiées au Journal officiel.

La justification officielle de ce projet par l’effet supposément bénéfique du nouveau cadre légal sur la disposition des patrons à embaucher une fois la terreur des prud’hommes disparue mérite à peine qu’on y consacre une minute de son temps. Outre qu’une partie non négligeable des économistes, y compris mainstream, doute mezzo voce de la pertinence de ce mécanisme comme explication du sous-emploi, les responsables au pouvoir ont eux-mêmes pris leurs précautions en expliquant que le droit du travail n’était pas la première cause du chômage («en aucune façon !» dixit le Premier ministre), histoire de prévenir les déceptions à venir et justifier d’aller plus loin dans la même direction. Le pouvoir espère certainement plus de l’impact (négatif) que les ordonnances ne manqueront pas d’avoir sur le salaire réel (et le coût du travail) en conjonction avec la reprise en Europe pour voir peut-être diminuer le chômage. Si la déflation salariale ne plombe pas la reprise en France, bien sûr.

Il y a un aspect dans le marketing de l’ensemble du programme des «réformes» de Macron qui mérite un peu plus d’attention. C’est la façon constante dont les thuriféraires du nouveau régime font des parallèles entre les mesures de régression sociale de ce dernier et le «modèle scandinave». Un minimum de sens critique devrait en principe conduire à rejeter d’emblée, avec un haussement de sourcils navré, la moindre comparaison entre, d’une part, l’ambition social-démocrate d’une société égalitaire à haut niveau de protection sociale et, d’autre part, un projet néolibéral visant à favoriser le capital et à précariser le travail. Il est d’ailleurs assez significatif que le plus souvent, les porte-parole du macronisme citent à l’appui de leur fable des exemples de mesures prises dans les pays scandinaves qui, précisément, s’écartent du modèle scandinave.

Lire la suite ici :

Samedi 7 Octobre 2017

Lu 288 fois

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique