WEB SIDE STORIES

«Ne prenez pas la vie au sérieux. Vous n'en sortirez pas vivant» (Ellbert Hubbard)




Les hommes simulent aussi...

En me promenant sur Internet j'ai découvert un article sur le site sexactu.com traitant de la simulation chez les hommes. Un sujet que j'ai déjà eu l'occasion d'aborder dans cette rubrique. Je vous livre deux commentaires que j'ai eu l'impudence d'ajouter.



Les hommes simulent aussi...
Premier commentaire

gderidet
24 Nov 2010 à 8:23
Il m’arrive de simuler pour les mêmes raisons que vous mesdames. A savoir pour mettre fin à un coït inintéressant ou franchement désagréable.

Je précise qu’après avoir marié 30 ans et eu 4 enfants je n’ai désormais que des relations tout à fait épisodiques et donc avec préservatif, qui me conviennent parfaitement.

Personnellement, je n’ai jamais rencontré de partenaires qui vérifient mon préservatif après usage. J’en ai connu pourtant des centaines, depuis 15 ans.

Sur la question de l’éjaculation et de l’orgasme il faut effectivement que les femmes cessent de penser que l’homme est un être frustre qui bande parce qu’il est excité et jouit quand il éjacule. Notre sexualité est au moins aussi complexe que celle des femmes, il vaut mieux le savoir. On peut bander sans être excité, et même être excité et ne pas bander. Quant à nos orgasmes, comme vous mesdames, ils vont de 1 à 10 sur une échelle de 10 !

On peut également, cela m’arrive régulièrement, faire l’amour pendant des heures et ne pas jouir. Parce que souvent, les femmes (expérimentées, je ne parle même pas des autres) ne connaissent pas grand chose à la sexualité masculine et sont incapables de faire jouir un homme ayant une grande pratique du sexe.

Il ne suffit pas, par exemple, de mettre un pénis dans sa bouche pour savoir pratiquer la fellation. Il ne suffit pas d’aller et venir avec ses mains sur une verge pour savoir pratiquer la masturbation. Vous remarquerez que les “hardeurs” amants plutôt expérimentés, se “finissent” la plupart du temps tout seuls. Et pourtant leurs partenaires sont censées connaitre la musique.

Autres exemple : les hommes sont souvent et longtemps à la recherche du point G féminin. Mais j’ai connu très peu de femmes qui connaissent seulement l’existence du point G masculin, et moins encore qui savent s’en servir.

Ce qui fait que la plupart du temps je prends du plaisir à donner du plaisir aux femmes qui aiment le plaisir. Mais pour ce qui est du mien, de plaisir, je traite directement. De fait, après 50 années de pratique, et beaucoup de lectures, je n’ai aucun problème pour me procurer, tout seul comme un grand, de véritables et très puissants orgasmes.

En effet, contrairement à ce que pensent la plupart des femmes, l’auto sexualité, quand elle est bien maîtrisée, a peu de choses à voir avec la masturbation et comporte beaucoup d’avantages : elle ne coûte rien, ce qui en période de crise économique n’est pas négligeable, elle ne craint pas le sida ou les Mst, et elle permet, last but not least, de ne plus considérer que la femme est la seule source le plaisir. Donc d’avoir, vis à vis des femmes, une attitude non dépendante. Ce qui, je puis vous l’assurer après avoir longtemps vécu avec, et sans femme, n’est pas un mince avantage dans la vie.

Comme disait Karl Kraus (KK pour les dames) ” Une femme de temps en temps peut constituer un substitut convenable à la masturbation…à condition d’avoir beaucoup d’imagination”

Deuxième commentaire
gderidet
26 Nov 2010 à 4:54
@Anais et Lalalito

Les femmes sont incorrigibles. Je ne suis pas plus amoureux d’un bout de plastique que je ne suis (pour l’instant) amoureux d’une femme.

Vous remarquerez au passage que pour une femme on parle désormais de plus en plus librement de sextoy mais que pour un homme cela reste un “bout de plastique”. Autrement dit, qu’une femme se passe d’un homme pour se faire plaisir est complètement normal, voire ouvertement recommandé. Mais qu’un homme fasse la même chose est un scandale. Tant il est vrai que le féminisme n’est jamais que le contraire du machisme.

Pour en revenir à mes propos je ne parlais pas d’amour mais de plaisir. Ce qui me paraissait approprié sur un site de sexe. Je disais simplement que les hommes peuvent se procurer, tous seuls comme des grands, et très régulièrement de véritables orgasmes, sans femme.

Ce qui ne veut pas dire qu’il faut se passer des femmes mais signifie simplement que l’on peut s’en passer, si on le souhaite. De la même façon que beaucoup de femmes de nos jours se passent des hommes. Avec ou sans bout de plastique…

Il se trouve que personnellement je vis beaucoup mieux seul qu’accompagné. Ce qui ne m’empêche pas d’accéder au plaisir quand je le souhaite. Ce qui n’était pas le cas pendant mes 2 x15 années de mariage où je devais pour cela, et en principe, obtenir l’accord de mon épouse. A 64 ans, mais pas vieux pour autant, je vous assure que cela me simplifie énormément la vie.

Car, bien sûr que la vie à deux est au moins deux fois plus compliquée que la vie en solitaire. Je ne parle même pas du polyamour (ce terme n’est pas glamour du tout, si vous voulez mon avis) je ne suis pas qualifié. Certains aiment se compliquer la vie ou plutôt, font, généralement inconsciemment, tout ce qu’il faut pour se compliquer la vie. Personnellement je cherche, consciemment, depuis 15 ans que je suis célibataire, à me simplifier au maximum la vie, du moins en ce qui concerne ma vie affective et sexuelle. J’ai en revanche, je vous rassure s’il en était besoin, une vie intellectuelle et physique très fournie, puisque je partage mon temps de retraite entre Internet (je tiens un blog, avec une rubrique sexualité, très suivi) et le sport.

Heureusement pour les femmes les hommes dans mon cas, qui préfèrent la solitude, et la simplicité aux complications, sont très peu nombreux.

Mais ce n’est pas pour eux que j’écris ces lignes. C’est pour les millions d’autres hommes qui, pour de multiples raisons, n’ont pas de femme, et souvent n’en auront jamais. Je voulais simplement les informer que la misère sexuelle, dont la plupart des hommes solitaires soufrent, n’est certainement pas une fatalité. Mais simplement une question d’information.

Ceci me paraissant autrement plus important que les états d’âmes de certaines femmes mécontentes de découvrir qu’elles n’ont pas le monopole du plaisir masculin.

P.S Il existe aussi l’homosexualité. Mais d’une part je ne pense pas (mais je ne suis pas qualifié) qu’elle procède d’un choix véritablement délibéré, et d’autre part je parlais de recherche de simplicité. Il existe enfin la bisexualité qui, comme disait un célèbre humoriste new yorkais, donne deux fois plus de chances le samedi soir, mais là encore je ne suis pas qualifié pour en parler.

Dernière remarque : Je constate que les sites de sexe les plus connus sont généralement tenus par des femmes ou des homosexuels, des deux sexes. Deux catégories de personnes qui, tant pis pour les millions d’hommes solitaires, ne vanteront jamais les mérites de l’auto sexualité bien vécue.

Un lien pour compléter l’information :

Troisième commentaire

Loin de moi l'idée de généraliser en quoi que ce soit. Une femme c'est mieux qu'un bout de plastique, je vous l'accorde volontiers. Il y a des couples heureux, c'est sûr. Il y a des couples malheureux c'est aussi évident. Ce que je voulais souligner c'est :

1/ La plupart des hommes ne peuvent pas vivre seuls, mais pas tous. La solitude n'est pas une calamité lorsqu'elle est bien maîtrisée. Bien au contraire. Je suis beaucoup plus heureux depuis que je vis seul. Ce qui ne m'empêche pas de rompre parfois, avec grand plaisir, cette solitude. Mais jamais longtemps.

2/ Il devrait y avoir plus de blogs de sexe tenus par des hommes hétéro sexuels. Cela permettrait aux femmes de mieux connaitre la sexualité masculine. De la même façon que les hommes s'instruisent beaucoup en parcourant sites féminins.

3/ Les femmes devraient cesser de considérer que les hommes sont des bestiaux en rut dotés d'une sexualité de primates. De la même façon que les hommes ne considèrent plus, depuis un certains temps, les femmes comme des créatures inférieures. En règle générale les femmes disposent de très peu de connaissance sur la sexualité masculine. Ce qui est plus grave c'est qu'elles n'en ont, en général, rien à cirer et aucune envie d'approfondir ce sujet.

De plus, la sexualité masculine change considérablement avec l'âge mais contrairement à ce que beaucoup d'hommes et de femmes pensent, ce n'est pas, là encore, une fatalité. C'est juste une absence d'informations. Et souvent dans les ménages la conséquence de l'absence totale d’intérêt des femmes envers la sexualité des hommes en général, et des hommes vieillissants en particulier.

4/ La sexualité masculine du troisième âge ça existe mais elle s'épanouit très rarement en ménage. En revanche je peux témoigner que ma libido (à 64 ans) est beaucoup plus "active" depuis que je vis seul. Tout simplement, je pense, parce que lorsqu'elle me sollicite, et les sollicitations peuvent être nombreuses pour une homme seul, il m'est beaucoup plus facile de la satisfaire. Encore un avantage de la solitude...

5/ Les hommes, très nombreux, qui par choix ou par obligation vivent seuls doivent cesser de considérer que la solitude entraîne obligatoirement la misère sexuelle et que sans femme on ne peut avoir de véritables orgasmes.

6/ Les femmes solitaires ont certainement aussi des problèmes avec leur sexualité mais elles semble les résoudre plus facilement :

: avec des sextoys (je ne dis pas "bout de plastique") qui sont désormais, et si j'ose dire, entrés dans les moeurs. Et c'est tant mieux. Mais ne méprisez pas pour autant, mesdames, les hommes qui utilisent les mêmes "procédés".

: avec l'homosexualité féminine, plus facile sans doute à mettre en oeuvre que l'homosexualité masculine. Le nombre de femmes qui après divorce ou séparation embrassent Lesbos me semble de plus en plus conséquent. Mais peut être me trompé-je.

: en oubliant complètement leur libido, ce qui est anatomiquement beaucoup plus difficile pour les hommes. Il est très difficile d'oublier le machin qu'on a entre les jambes. Sauf bien entendu s'il est mort ou agonisant.

Bien sûr que chacun voit midi à sa porte et qu'en matière de sexe, comme ailleurs, il est toujours stupide de généraliser.

Il est bon toutefois que chacun connaisse les possibilités qui s'offrent à lui. Ce qui n'est pas évident, dans ce domaine particulièrement, avec tous les tabous qui perdurent encore.

Enfin, même chez les couples heureux, il est important de bien connaitre sa sexualité mais aussi celle de l'autre. Faute de quoi le dit bonheur risque fort de ne pas durer longtemps.

Cela va sans dire, mais direz-vous, mais j'incline à penser que ça ira beaucoup mieux en le disant.


Le lien vers l'article de www.sexactu.com et ses commentaires.


Vendredi 26 Novembre 2010

Lu 5569 fois


1.Posté par Anaïs le 29/11/2010 21:29
Oui... et alors ?

En réalité, la seule chose qui m'ait vraiment choquée dans vos propos c'est votre citation : "Une femme de temps en temps peut constituer un substitut convenable à la masturbation…à condition d’avoir beaucoup d’imagination” Oui, peut-être... peut-être aussi qu'il est préférable de vivre seul que mal accompagné ! ^^

Aucune fatalité au célibat... mais quelque part je trouve triste qu'on ne puisse trouver son compte dans la vie à deux... Et cette chère LalAliLO qui ergotte : "mais non, mais non, la vie a deux n'est pas compliqué pour tout le monde". C'était mon cri du coeur... "la vie à deux est si compliqué" ce qui ne veut pas dire qu'elle soit invivable, simplement on n'est pas libre d'agir comme on le désire (selon son temps et ses moyens), qu'il faut bien tenir compte des désirs de l'autre... qui ne vont pas forcément dans le même sens. Il y a globalement deux choses qui peuvent rendre la vie de couple plus simple : lorsque les désirs convergent ou bien quand le couple s'installe dans la routine... ce qui n'est pas spécialement une bonne idée !

Personnellement je vis depuis 20 ans avec le même homme, nous avons des personnalités et des besoins très différents, et la routine j'ai horreur de ça. Résultat : je mène une vie supra compliqué... contrairement à d'autres !

Je pense comprendre vos démarches et je ne doute pas que vous vous sentiez mieux ainsi. Aucun jugement de ma part. Je pense aussi que vous avez raison sur de nombreux points, pas tous. Je ne vois pas pourquoi oublier sa libido serait anatomiquement plus simple pour les femmes... par exemple. Qu'elles souffrent d'une forme de paresse du désir, oui, qui le plus souvent est lié au rythme de vie : surmenage, stress, pressions de toutes sortes... J'ai 43 ans et je connais en ce moment une baisse de libido et je m'interroge pas mal là-dessus. Pour moi c'est évident : trop de fatigue (boulot, enfants...) alors je réclame du temps pour nous, pour le couple, pour se retrouver... mais lui semble se complaire dans ce d"ébordement", ils souffre d'une certaine inertie contre laquelle je me bats sans cesse. Alors, vous voyez, comme vous disiez : chacun voit midi à sa porte.

PS : Depuis quelque temps, je l'encourage à gouter à la sodomie. Il était assez coincé là-dessus, mais nous y venons, maintenant qu'il est plus... ouvert, faut vite que je me renseigne sur les techniques d'un bon massage prostatique ^^

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Coup de gueule | Télécoms | Humour | Sexualité | Coup de coeur | Santé | Bons plans | Divers | Ordiphones | Partenaires | Musique | Belles annonces | Voyages | Météo Samui