WEB SIDE STORIES

"Hollande : ses ailes de néant l'empêchent de marcher" GD




Quand les médecins étaient des gigolos

Un article passionnant du blog "Les 400 culs" que je vous recommande...chaudement. Vous avez sans doute entendu, comme moi beaucoup parler de l'hystérie dans l'histoire de la médecine. Maladie fort répandue chez les femmes et grande source de ... revenus pour les médecins de l'époque. Il s'avère en fait que cette hystérie n'avait rien de cérébral et que le traitement médical n'était finalement qu'une simple masturbation.



Quand les médecins étaient des gigolos
Au 19e siècle, sous prétexte qu'une femme sur quatre souffre d'hystérie, les médecins pratiquent le "massage de la vulve" à l'aide de procédés pseudo-thérapeutiques. Le plus connu d’entre eux —Mortimer Granville, inventeur du vibromasseur— est le héros d'un film au titre révélateur: Oh my god! (Hysteria).

Jusqu’en 1952, date à laquelle l’hystérie est officiellement retirée de la liste des pathologies, les médecins considèrent que les femmes qui souffrent de privation sexuelle sont des “malades”. Pour les “soigner”, suivant des règles quasi inchangées (1) depuis l’apparition du mot hystérie (au 5e siècle avant Jésus-Christ), ils procèdent à des massages vulvaires.

Russel Thatcher Trall, médecin américain, observe en 1873 que ces massages vulvaires représentent pour les praticiens une véritable manne financière: «Plus des trois quarts de l’ensemble de la pratique des médecins portent sur le traitement de maladies particulières aux femmes» dit-il pudiquement.

En clair: sur les quelques 200 millions de dollars de revenu global annuel de la profession aux Etats-Unis, «trois-quart de cette somme —soit 150 millions— proviennent des femmes fragiles». En Angleterre, en France, en Autriche, même chose: les médecins reçoivent chaque jour des dames de bonne famille, des veuves ou des épouses délaissées qui viennent les consulter parce qu’elles s’inquiètent d’avoir de “mauvaises pensées”, des “bouffées de chaleur”, “l’humeur maussade”, des “crises d’anxiété” et la “poitrine oppressée”. Les médecins savent parfaitement quelle est l’origine du mal mais plutôt que de prescrire à ces femmes une bonne masturbation, ils marquent le mot “hystérie” en latin sur la fiche de consultation puis procèdent, avec un professionnalisme teinté d’agacement, au traitement thérapeutique qui s’impose…

La suite ici :

N.D.L.R

De nos jours, grâce au docteur Granville et aux modernes sex toys, l'hystérie est vaincue. Alléluia.

La bande annonce du film "Oh My God"


Jeudi 15 Décembre 2011

Lu 3924 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Coup de gueule | Télécoms | Humour | Sexualité | Coup de coeur | Santé | Bons plans | Divers | Ordiphones | Partenaires | Musique | Belles annonces | Voyages | Météo Samui