WEB SIDE STORIES

« La force du collectif c’est qu’on n’est pas déprimé en même temps » [Geneviève Fontaine]




Les hommes sous-estiment le désir sexuel des femmes

Un article de Science & santéDouble X | Repéré par Aude Lorriaux pour Slate.fr.



Les hommes sous-estiment le désir sexuel des femmes
Les femmes ont une vision assez juste du désir de leur partenaire masculin.

Si vous êtes un homme pensant que les femmes n'ont pas souvent envie de sexe et qu'elles en ont la plupart du temps bien moins envie que vous, les hommes, eh bien vous vous trompez. Et êtes sans doute un peu aveugle.

Oui, les femmes ont très envie de sexe, montre une étude repérée par le Wall Street Journal; en tout cas, beaucoup plus souvent que ce que les hommes s'imaginent.

Les chercheurs de l'université de Toronto et de Western Ontario ont publié début mai une série de trois études dans la revue scientifique Journal of Personality and Social Psychology, dans laquelle ils analysent 229 couples hétérosexuels âgés de 18 à 68 ans:

Un groupe de 44 couples devait remplir tous les soirs un journal de bord en indiquant leur niveau de désir sexuel et le niveau de désir sexuel perçu de leur partenaire.

Un groupe de 84 couples était invité à s'exprimer lors d'entretiens sur leur niveau général de désir sexuel, leur perception du désir sexuel de leur partenaire et leur niveau de satisfaction et de bonheur dans la relation.

Enfin un troisième groupe de 101 couples devait lui aussi tenir un journal de bord sur les trois points abordés dans les entretiens.



Signaux peu clairs


Les trois études ont toutes abouti à la même conclusion: les hommes sous-estiment le désir de leur partenaire féminine, alors que les femmes avaient une vision assez juste de leur amoureux.

Il y a de multiples raisons à cela, suggèrent les chercheurs. Un certain nombre de femmes se sentent mal à l'aise à l'idée de prendre l'initiative au lit. Et beaucoup envoient des signes qui ne sont pas perçus par leur partenaire, ou ne sont pas assez clairs.

Mesdames, de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace, comme dirait Danton.

N.D.L.R

Mon opinion sur ce sujet...brûlant.

Le problème du sexe à deux (on n'est pas obligé, en fait, statistiquement l'onanisme est la forme de sexualité la plus répandue au monde, mais celle dont on parle le moins) c'est qu'il faut avoir envie tous les deux en même temps.

Si cela est facile les premiers temps, par la suite, pour de multiples raisons, dont la présence d'enfants n'est pas la moindre, ça se gâte.

En fait si l'envie des hommes de faire l'amour peut facilement être décelée, voire visualisée, celle des femmes est plus difficile à percevoir. Pour des raisons, elles aussi multiples et variées.

Dans notre société, en dépit de la libération de la femme depuis quelques décennies les femmes ont du mal à assumer leur sexualité. C'est-à-dire à exprimer, d'une façon qui ne puisse prêter à confusion, qu'elles ont envie de faire l'amour.

D'une part, parce que ce faisant elles pensent abandonner une bonne partie de leurs prérogatives sur les hommes et en général et elles n'aiment pas cela du tout. Sauf quand elles sont vraiment amoureuses, mais tout le monde sait que cela, pour les femmes comme pour les hommes, ne dure généralement pas.

Par ailleurs, beaucoup d'hommes, qui eux aussi s'estiment parfaitement libérés sexuellement, ne voient pas d'un très bon oeil une femme qui leur envoie des signaux parfaitement explicites. Les femmes libérées sexuellement leur font peur. Ils se disent instinctivement que si elle est comme cela avec eux, elle le sera avec d'autres. Ce qui n'est pas faux, et explique pourquoi beaucoup d'hommes ont peur des femmes qui assument ouvertement leur sexualité.

Je rappelle que dans certaines sociétés, encore aujourd'hui, le plaisir des femmes fait tellement peur aux hommes qu'on leur sectionne le clitoris, quand on ne leur coud pas les lèvres vaginales.

Il faut dire également que depuis la nuit des temps le sexe a été pour la femme un moyen d'équilibrer leur infériorité physique et sociale par rapport aux hommes. Montrer ouvertement à un homme qu'elle aime vraiment faire l'amour avec lui revient, d'une façon ou d'une autre, à se défaire de ce moyen de pression multimillénaire sur la gent masculine en général et leur compagnon du moment en particulier.

Certaines femmes, elles sont rares, font cela très naturellement et sans aucun problème. Elles ont beaucoup de succès auprès des hommes qui n'ont pas peur, bien au contraire, du plaisir des femmes. Et ont compris depuis longtemps qu'en ce domaine, comme dans beaucoup d'autres, les femmes libérées sont infiniment supérieures à tous les Casanova du monde.

Pour les autres, le résultat de ce refus d'assumer ouvertement sa sexualité se traduit par une statistique impitoyable : depuis Masters et Johnson, dans les années 60, et cela n'a pas dû s'atténuer depuis, on sait que 80 % des gens en couple se masturbent régulièrement.

La masturbation disposant d'un avantage considérable sur le coït traditionnel : on n'a pas besoin d'être deux pour la pratiquer.

Rappelons enfin que cette obscurité dans les signaux amoureux lancés par les femmes peut avoir des conséquences dramatiques. En effet, beaucoup (trop) d'hommes sont persuadés qu'en ce domaine, une femme qui ne dit mot, consent !

Raisonnement pour le moins simpliste, mais en matière de sexe l'homme est souvent très primaire, qui fait peu de cas de la complexité féminine, surtout dans ce domaine, et ouvre la porte à des comportements désastreux.

Moralité : cela fait des millénaires que cela dure et, apparemment, on n'est pas sorti de l'auberge.

En ce qui me concerne, après avoir été longtemps et par deux fois marié, j'ai fait mienne la phrase de Guitry : "la plupart des hommes ont ce qu'ils méritent. les autres sont célibataires."

Dimanche 15 Janvier 2017

Lu 1043 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique