WEB SIDE STORIES

« La force du collectif c’est qu’on n’est pas déprimé en même temps » [Geneviève Fontaine]




Une vague ? Un tsunami ? Non ! Un bling-bang !

Notre président a disparu ! On se perd en conjectures. La une de Libé de ce matin résume parfaitement la situation. J'ai toujours dit que ce costume était trop grand pour lui.

On pourrait, en la modifiant quelque peu, lui appliquer la phrase de Flaubert : Pourquoi, quand on est pas grand chose, vouloir devenir quelqu'un ?

Jusqu'à présent il a beaucoup parlé pour ne rien dire, maintenant son silence est assourdissant.



Sms à Sarko : Tu te casses et on oublie tout !   (Dessin de Gros dans Marianne)
Sms à Sarko : Tu te casses et on oublie tout ! (Dessin de Gros dans Marianne)
Au lendemain des élections municipales et cantonales une constatation s’impose ; ce n’est pas tant une défaite de la droite ou une victoire de la gauche, qu’une énorme claque à destination du président.

En effet, les électeurs ne sont pas devenus majoritairement socialistes depuis les dernières élections présidentielles. Cela se saurait. Et comment auraient-ils pu le devenir quand on voit l’inertie pitoyable, et je reste poli, des dirigeants socialistes depuis l’élection de Sarkozy.

De même, les électeurs de droite traditionnellement majoritaires dans notre pays, ne sont pas morts, ils sont juste dégoutés. Sarkozy les a « tuer » !

Majoritairement les électeurs, de gauche comme de droite, en allant voter ou en restant chez eux, viennent de dire à Sarkozy : « Ca suffit ! »

A la Réunion le résultat des élections constitue pour le coup un véritable tsunami. Les plus grandes villes de la Réunion : Saint Denis, Saint Paul, Saint André, Saint Louis, Saint Leu, changent de locataire. Des caciques établis depuis 37 ans ont été proprement mis à la porte, avec armes et…famille. Faut-il voir dans cette raclée mémorable un renouveau de la gauche ? Si vous connaissez M. Annette, le nouveau maire de Saint Denis et ci-devant secrétaire général du parti socialiste local, vous aurez déjà éclaté de rire. Et si vous ne le connaissez pas : continuez !

A la Réunion, comme en métropole, c’est Sarkozy qui a été violemment rejeté. Sarkozy, ses femmes, ses colifichets, son augmentation de son pouvoir d’achat, ses gros mots en publics, son égo surdimensionné, sa kleptomanie rampante, la risée qu’il provoque à l’étranger, et surtout les espoirs qu’il a suscité pour aussitôt les ruiner.

Après cela ses féaux, dûment chapitrés, ont beau se répandre dans les étranges lucarnes pour marteler que ce ne sont « que » des élections locales ( les « que » vous remercient) qui n’ont aucune portée nationale, pire encore, que les réformes vont être accélérées (quelles réformes et avec quel argent ? Sarkozy a déjà tout dépensé, en vain, avec son paquet fiscal) les français ne sont pas dupes.

Comme à chaque élection, ou presque, après que les français aient marqué ostensiblement leur désaccord avec la politique suivie, on fait comme si on n’avait rien entendu. Une fois de plus on nous prend pour des demeurés. Après cela on s’étonnera du fossé qui se creuse entre ce pays et ses représentants.

En attendant, merci la décentralisation, Sarkozy et ses perroquets auront bien du mal à faire passer leur politique dans un pays où la majorité des régions et des grandes villes ne sont pas de leur bord politique. Toutes les langues de bois du monde ne changeront rien à ce constat et, c’est mon avis et je le partage, Sarkozy ne pourra aller au terme de son mandat. Tout simplement parce, dans une démocratie, on ne peut gouverner contre son pays !

Sarkozy n’a jamais été qu’un fils de com’. Sa com’ est morte ; il est mort !

Lundi 17 Mars 2008

Lu 2895 fois

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique