WEB SIDE STORIES

« Jamais homme sage n'a souhaité rajeunir » [Jonathan Swift]




Un décret, signé en catimini, décrète la fn de l'anonymat sur Internet

Bien que moribonde la Sarkozye continue de sévir. Un décret publié le 25 février au journal officiel oblige les hébergeurs et éditeurs de services internet à stocker pendant un an toutes les données et chaque trace laissées par les internautes français : mots de passe, pseudonymes, montants des achats sur internet... Ces données devront être transmises sur demande aux services de police et de gendarmerie chargés de la lutte antiterroriste.



Un décret, signé en catimini, décrète la fn de l'anonymat sur Internet
Le texte, très contesté par les acteurs institutionnels du net, ne semble pourtant pas mobiliser outre-mesure les internautes.

Vous achetez un billet de train sur le site de la SNCF ou une chanson sur iTunes ? Vous laissez des commentaires sur arretsurimages.net et vous publiez des vidéos privées sur Youtube ? Plus simplement, vous entrez votre pseudo et votre mot de passe pour envoyer un e-mail à un ami ? Désormais, antiterrorisme oblige, chacun de vos pas, comme ceux de tous les internautes français, devra être enregistré, et conservé pendant un an.

Le décret "relatif à la communication des données permettant d’identifier toute personne ayant contribué à la création d’un contenu mis en ligne", publié le 25 février, met à jour la loi pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN), adoptée par le parlement il y a... 7 ans.

Et les règles désormais applicables ne sont pas anodines. Depuis mercredi 1er mars, les sites de e-commerce, les plateformes de vidéo et musique en ligne et les gestionnaires de boites e-mails, mais aussi tous les hébergeurs de contenu, ont l’obligation de conserver pendant un an une liste conséquente de données sur chaque utilisateur : nom et prénom, adresse postale associée, adresse de courrier électronique ou compte associé, numéro de téléphone, mais aussi le pseudonyme utilisé et les mots de passe, ainsi que les données permettant de le vérifier et de le modifier !

La LCEN a déjà fait couler beaucoup d’encre en 2004, des débats passionnés recensés par exemple par le site pc-boost.com

L’adresse IP de l’ordinateur, les dates et heures de début et fin de connexion devront aussi être stockés, ainsi que, pour tout acte d'achat en ligne, le type de paiement utilisé, la référence, et le montant dépensé par l’internaute. Qu'il s'agisse d'écrire un courriel, de mettre en ligne un commentaire, de publier un article sur un blog, de télécharger une photo ou une vidéo, de taper une recherche par mots-clés ou d'effectuer un achat en ligne, à chaque fois, "la nature de l'opération" et le moment où elle a été réalisée, devront être consignés.

ERREUR DE L'AFP ?
Jusqu'à présent, la LCEN contraignait uniquement les FAI et les hébergeurs à détenir et conserver "les données de nature à permettre l'identification de quiconque a contribué à la création du contenu ou de l'un des contenus", sans plus de précisions. La jurisprudence indiquait qu'il s'agissait avant tout des noms et prénoms, et de l'adresse de l'internaute. Le Code des postes et communications électroniques précisait aussi que devaient être conservées les informations permettant d'identifier la date, l’horaire, la durée, l'origine et la localisation de chaque communication. Mais rien, par exemple, sur les mots de passe.

Ces données pourront être réclamées par les policiers et les gendarmes chargés de la lutte antiterroriste. Seulement eux ? L'AFP affirme que les douanes, le fisc et l’Urssaf pourront aussi avoir accès à ces données, mais après lecture attentive du décret et des textes de loi auquel il renvoie, cela ne semble pas être le cas. Les sites spécialisés (Numérama, PCInpact, ou 01Net) n'évoquent pas d'autres autorités que la police et la gendarmerie.

Les organisations de défense de la vie privée et les acteurs de l’économie numérique sont néanmoins vent debout contre les risques liés à ces nouvelles obligations. Jérome Thorel d’ONG privacy France, y va très fort, puisqu'il juge d’après l’AFP que "cela va à l'encontre des principes fondamentaux d'une démocratie" : "C'est disproportionné, sans commune mesure avec le Big Brother qu’avait pu imaginer Georges Orwell, ou la façon dont opérait la Stasi en Allemagne de l’Est !"

Mais il n'y a pas que les associations habituées a s'opposer au contrôle du net qui attaquent le décret. L'Asic (Association française des services internet communautaires), dont font notamment partie Google, Dailymotion, PriceMinister et Facebook, pourrait déposer un recours en annulation devant le Conseil d’Etat. Son secrétaire général Benoit Tabaka, dénonce sur Numérama le manque de clarté dans le texte, mais aussi des contradictions avec des lois existantes et (classiquement) l'absence d’indemnisation prévue pour mener à bien ces nouvelles missions. Il précise que "certaines données pourraient être consignées ad vitam eternam car, à chaque modification d’une donnée, cela rapporte d’un an la durée de conservation".

LA CNIL ET L'ARCEP OPPOSÉES AU DÉCRET, DÈS 2007 ET 2008
Signe de son mécontentement, la Commission nationale Informatique et liberté (CNIL) a publié le 3 mars sur son site l'avis qu'elle avait rendu au gouvernement en 2007 sur le projet de décret. Jusque-là, la Cnil avait souhaité que son commentaire reste confidentiel. Pourtant, les critiques de la Cnil portaient plutôt sur des aspects techniques, comme des imprécisions dans les termes choisis ("identifiant attribué par le FAI à l'internaute"). Seul point sur lequel la Cnil était clairement réticente : "la conservation du montant des transactions", cette donnée ne permettant "pas de procéder à l’identification d’une personne ayant contribué à la création de contenus".

Ces recommandations n'ont pas été suivies, pas plus que celles de l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), dont l'avis rendu en 2008, a été publié au journal officiel le 1er mars. L'Arcep soulignait d'une part que les coûts de collecte et de conservation de ces données pour les hébergeurs allait être colossaux, alors que "le concours apporté à la sauvegarde de l'ordre public ne leur incombe pas". D'autre part, l'Autorité signale que "certaines données n'ont que peu de rapport ou même aucun avec l'identification de la personne ayant créé un contenu". Au premier rang de ces données : les mots de passe des internautes et les données permettant de les modifier.

Source : Arrêt sur Images, Vite dit

N.D.L.R

Et voila ! Si vous voulez conserver un peu d'intimité il va vraiment falloir vous mettre aux proxies. Heureusement, c'est tout simple et nul besoin d'être pour un hacker pour aller sur le site www.turbohide.com (c'est mon préféré) et taper tout simplement l'adresse Url où vous désirez vous rendre.

Je l'ai toujours dit : entre l’administration et l'informatique le combat est inégal ; l'administration aura toujours un temps de retard. En revanche, si vous êtes plus nul que l’administration (il faut le faire) on ne peut rien faire pour vous. S'informer ou se faire tondre voila l'alternative à laquelle on ne peut plus échapper.

Dimanche 6 Mars 2011

Lu 2491 fois


1.Posté par Mick le 09/03/2011 02:43
L'internet c'est un réseau public d'ordinateurs....Y vouloir de l'intimité est un non sens et presque impossible même avec les proxies ou alors peut-être à l'aide d'un tunnel VPN ....encore que....
Certaines personnes qui critiquent l'aspect big brother d'internet ont parfois un compte facebook "privé" avec leur journal ou photos intimes .
Ces comptes sont d'ailleurs parfois modifiés par des "intrus" ....( pas si difficile à faire ) même pour celui du président O ou S ....
A ne pas tenter toutefois ....gros ennuis assurés .
Donc pour vivre heureux vivons cachés ....sur une île ....au milieu des cocotiers :-)mais alors pas en Thailande...Pays du commérage organisé .
Concernant les terroristes cela fait bien longtemps qu'il n'utilisent plus leur téléphone portable ou ordinateur lol
Et ce qui est plus curieux c'est que Bin-La-Dènne court toujours......C'est quand même étonnant avec toutes ces nouvelles techniques et satellites .
Pour revenir à Big Brother faites plutôt attention a certains voisins ou soi disant amis ...Leur pouvoir de nuisance est parfois largement supérieur à tous les ordinateurs .
A+

2.Posté par GUY DERIDET le 09/03/2011 12:03
L'intimité sur Internet n'existe pas, on est d'accord. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas s'insurger lorsque les gouvernements veulent le museler. Heureusement, ils sont nuls et auront toujours un temps de retard sur l'informatique.

Quant à la censure Internet en Thaïlande, un bon proxy et bingo. Il suffit même, la plupart du temps, d'aller sur la page en caché ou de mémoriser un lien plus profond que la page d'accueil du site recherché. Seules les pages d'accueil sont surveillées.


3.Posté par Mick le 09/03/2011 20:19
Oui tout a fait d'accord avec toi Guy , l'internet doit rester un espace de liberté .
Combattons les censeurs de tous les horizons .
Les politiques ont toujours craint ce qu'ils ne peuvent pas controller .
Certaines religions aussi d'ailleurs,les cathos se sont un peu calmés par contre les fanatiques islamistes....
En Thailande ce qui est bien c'est que c'est bouddhiste...

4.Posté par Joseph le 07/04/2011 00:11
Bonjour,

Et qu'est-ce qu'on dit à Mamie Hadopi ? Merciiiiiiiii :o)

Et oui, cette loi n'est qu'une conséquence opérationnelle de la loi Hadopi punissant le téléchargement illégal.
Les retombées ont été immédiates, bien qu'anticipées par la NSA et les services secrets français qui auraient supplié nos hautes instances de renoncer.

Avant, seuls les "gens mal intentionnés" avaient recours au VPN pour chiffrer leurs transmissions... et ils étaient tout à fait surveillés.

Avec Hadopi, n'importe qui chiffre ses flux pour télécharger le dernier film de Michael Youn, l'explosion de contenus chiffrés devient incontrôlable, alors on prend des mesures ;-)

Bref, merci qui ?

J-




Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Météo Samui | Edito