WEB SIDE STORIES

« La force du collectif c’est qu’on n’est pas déprimé en même temps » [Geneviève Fontaine]




Quand Raffarin pédale dans la semoule

Or donc M. RAFFARIN continue de sévir. Après avoir consciencieusement démantelé :



Dessin Cardon ( Le Canard)
Dessin Cardon ( Le Canard)
• La retraite à 60 ans
• La fonction publique
• Edf Gdf
• France Telecom
• Air France
• Le droit de grève

J’en passe et des meilleures, voilà qu’il s’attaque désormais à nos jours de congé, par le biais des jours fériés.

Sa dernière trouvaille pour améliorer (qu’il dit) la misère des vieux ; supprimer aux salariés et aux fonctionnaires un jour férié, chômé, à choisir sur l’année. Le 8 mai serait en tête des pronostics.

Ce gouvernement fait vraiment très fort dans la provocation.

Il vient subitement de découvrir que nos vieux étaient dans la misère et comme il est fauché il demande, sans honte, aux salariés de faire ce qu’il n’a su faire depuis des décennies, à savoir assurer à nos anciens une vieillesse décente.

Voila donc un gouvernement qui demande à la France d’en bas de pallier son impéritie par la charité.

En revanche pas un mot sur les 106 millions d’euros que le gouvernement a « gelé » (dans la France d’en bas on dit « volé » aux vieux en début d’année) Comme a dit un journaliste de France Inter (Radio Matignon pour les intimes) « -Au cours de la réunion du 26 Août consacrée au problème des vieux, M. Raffarin n’a pas voulu parler gros sous »

Et pour cause : les sous il les avait et il les a employés ailleurs.

Pour sauver Alstom par exemple. Voila une société privée à laquelle M. RAFFARIN vient de donner en catimini, au coeur du mois d’Août (il est généreux avec notre argent) quelques milliards d’euros pour éviter la faillite. Et qu’on ne me dise pas que ces milliards vont relancer l’emploi ; ils serviront essentiellement à financer le plan social d’Alstom ( en français d’en bas : la mise au chômage de plusieurs milliers de salariés )

Ou pour respecter la promesse électorale de M. Chirac en matière d’impôts. Voilà encore plusieurs dizaines de milliards dépensés pour honorer une promesse présidentielles.

Et depuis quand M. Chirac se préoccupe-t-il d’honorer ses promesses ? lui qui va répétant depuis des décennies que les promesses électrorales n’engagent que ceux qui les écoutent.

Et à qui ces promesses profitent-elles si ce n’est à la France d’en haut.

Et qui met ainsi le couteau sur la gorge à m. Chirac pour l’obliger à tenir (pour une fois) ses promesses ?

Enfin, à-t-on fait le compte des milliards accordés par Raffarin depuis son arrivée à Matignon en dégrèvements, et exonérations de toutes sortes. Là encore ce sont des dizaines de milliards d’euros qui ont été généreusement octroyés à des entreprises en pure perte car depuis plusieurs années les dites entreprises n’investissent plus et débauchent au contraire à tour de bras.

Rappelons ici, s’il en était besoin, que la politique d’un gouvernement c’est éventuellement d’augmenter les recettes ou de diminuer les dépenses mais cela consiste surtout à répartir équitablement la richesse nationale.

Et à ce jeu là l’équipe Raffarin n’a eu de cesse, depuis son arrivée, de privilégier les entreprises au détriment des salaries et des fonctionnaires.

Ajoutons enfin que supprimer un jour férié revient à faire financer les dépenses publiques par la France d’en bas celle qui travaille) sans rien demander à la France d’en haut (celle qui compte). Bien au contraire en pratiquant ainsi Raffarin comble d’aise le Mef et ses barons qui ne cessent de répéter que les gueux, pardon les français, ne travaillent pas assez.

Alors, dans la foulée, on va bientôt nous sortir des statistiques démontrant graphiques à l’appui que 6 semaines de congés payés (en sus des jours féries réglementaires, vous vous rendez compte Monsieur le Baron) c’est beaucoup trop ! Ça fait tâche dans l’Europe studieuse. Aux Etats-Unis, Monsieur, ils ont doit à une semaine par an. Quand au Japon, ma bonne dame, les patrons sont obligés de se fâcher pour que leurs employés consentent à prendre quelques jours de congé !

Par aileurs cette méthode a pour mérite de disculper Raffarin et son gouvernement après les presque 15 000 morts de la récente canicule en laissant entendre :

1/Que si on prenait moins de jours de congés cela ne serait pas arrivé (l’impudence de M. Raffarin est sans limite car si les évènements ont pris une tournure catastrophique c’est justement parce que le gouvernement n’avait rien prévu en la matière, et qu’il était massivement… en vacance .

2/ et que de toutes façons, pour que cela ne se reproduise pas, il faudra que les français (d’en bas évidemment) travaillent plus.

3/ A l’occasion vous m’avez salopé mes vacances je vous pourris les vôtres (M. Raffarin est un être très rancunier)

Et bien non Monsieur Raffarin nous ne sommes pas d’accord avec vos méthodes de VRP !

Les milliards pour les vieux prenez-les là où ils sont, c'est-à-dire dans les poches des contribuables et des entreprises qui paient des impôts.

Nous n’avons pas à vous faire la charité et à travailler un jour de plus parce que vous dilapidez inconsidérément les fonds publics.

De plus, les cotisations sociales supplémentaires dégagées par cette suppression d’un jour férié sont en principe destinées à la sécurité sociale, et pas à l’Etat que je sache. Et comme les français auront effectivement travaillé une journée de plus si vous prenez cet argent à la Sécu pour le donner aux vieux vous aurez contribué à augmenter encore le trou de la sécu.

Ce qui est d’ailleurs pour vous sans importance car vous n’allez pas tarder à démanteler également la Sécurité sociale que le monde entier nous enviait. En demandant, une fois de plus, à la France d’en bas de diminuer ses dépenses.

En fait creuser un peu plus un trou déjà considérable, pour ensuite prendre à témoin les français de l’ampleur des dégâts et leur demander des sacrifices supplémentaires, c’est tout à fait dans vos méthodes. Apprises je le rappelle dans le marketing et la manipulation des masses, autrement appelée « techniques de communications »

Au demeurant le dernier impôt destiné en principe aux vieux s’appelait la vignette automobile. Avant d’être supprimée par la gauche (c’est encore la faute à Jospin !) elle ne servait plus aux vieux depuis bien longtemps. Il est évident que les bénéfices récoltés à la suite de la suppression d’un jour férié n’iront pas très longtemps dans la caisse des personnes âgées. Je souhaite d’ailleurs bon courage aux fonctionnaires de Bercy pour mettre en œuvre pratiquement ce délicat transfert.

De toutes façons combler un trou pour en creuser un autre c’est votre méthode. Vous n’êtes pas un homme politique, vous êtes un fossoyeur. Ainsi lorsque vous n’aurez plus d’autre possibilité (et que nous n’aurons plus de jours fériés ?) vous ne manquerez pas de recourir à l’emprunt. Ce qui aura pour effet de reporter vos dettes actuelles sur les générations futures. Rappelons simplement qu’au jour d’aujourd’hui la dette publique, c'est-à-dire celle de l’Etat, s’élève à 15 000 euros par habitant. Ils vont être contents les pauvres de notre pays de savoir qu’il sont autant de dettes !

Et c’est avec une ardoise pareille dans le dos que MM CHIRAC et RAFFARIN se permettent de nous donner quotidiennement des conseils de bonne gestion ! ! !

M. RAFFARIN présente sa proposition comme un geste de solidarité des français en faveur des personnes âgées. A propose de solidarité je rappelle que l’un des premiers gestes politiques de M. RAFFARIN a été d’augmenter le salaire des ministres, et donc le sien, de 70 %. Excusez du peu.

En revanche les français, sauf erreur de ma part, n’ont guère été augmentés depuis l’arrivée du bon M. RAFFARIN ; ils auraient même été largement diminués.

Aussi je suggère que chaque ministre fasse également preuve de solidarité en « offrant » disons 20 % de son traitement de ministre aux personnes âgées.

Ceci dans un souci « d’équité » vocable dont M. RAFFARIN aurait plutôt tendance à abuser. En effet, de la même façon qu’il faut se méfier des personnes qui parlent tout le temps de sexe mais pratiquent peu, il faut se méfier de ceux qui ont toujours le mot équité à la bouche. Surtout quand il s’agit d’hommes politiques issus du marketing et de la communication.

Pour conclure je n’ajouterai qu’une phrase : vivement les élections !

Nous aurons alors l’occasion de faire savoir à MM. CHIRAC et RAFFARIN que :

• Non ! La politique économique ne consiste pas à demander la charité aux français

• Oui ! Il faut prendre l’argent là où il est, et pas systématiquement à la France d’en bas

• Oui ! Il faut financer une vraie politique en faveur des personnes âgées ; mais certainement pas sur nos congés !

• Oui ! L’éducation doit rester un secteur prioritaire

• Non ! L’éducation n’est pas une marchandise

• Oui ! L’hôpital et les maisons de retraite doivent être prioritaires

• Oui nous préférons recruter des infirmières plutôt que des flics ou des militaires

• Non ! Nous ne voulons pas de baisse d’impôts ; nous voulons que nos impôts soient mieux utilisés c'est-à-dire en faveur de ceux qui en ont réellement besoin.

Etc. etc.

Je crois que les points de désaccord du peuple de France avec ses gouvernants sont désormais trop nombreux. Des changements rapides s’imposent.

Certains objecteront : oui ! Mais pour les remplacer par qui ?

Je répondrais : par n’importe qui, sauf M. RAFFARIN ! (Et LE PEN évidemment )

µCeci pour au moins deux raisons :

• Cela ne pourra pas être pire !
• Les successeurs comprendront très vite qu’en France on peut faire n’importe quoi : mais pas très longtemps !


« Le problème avec les plaisanteries politiques…est qu’elles finissent par être élues »





Lundi 1 Septembre 2003

Lu 4965 fois
DERIDET

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique