WEB SIDE STORIES

« La force du collectif c’est qu’on n’est pas déprimé en même temps » [Geneviève Fontaine]




Puberté avant l’âge : la faute aux polluants chimiques ?

Jouets en plastique, parfums, crèmes pour la peau, emballages alimentaires…Les polluants chimiques sont partout ! Appelés aussi perturbateurs endocriniens, ils sont accusés d’induire des effets nocifs sur la santé humaine et en particulier sur celle des enfants, dont ils auraient fait reculer l’âge de la puberté. Une récente étude le confirme. Elle ne fait pourtant pas l’unanimité. Le débat est une nouvelle fois relancé.



Puberté avant l’âge : la faute aux polluants chimiques ?
Ce ne sont encore que des enfants et pourtant déjà ados dans leur corps ! Entre 1850 et 1950, l’âge de la puberté est passé de 17 à 14 ans pour les filles. Certaines enfants de 8 ans, voire parfois moins, ont déjà leurs règles et de la poitrine.

C’est sur ce fait scientifique, plutôt inquiétant, d’adolescents avant l’heure que s’est penchée une équipe américaine de chercheurs du centre de recherche sur le cancer du sein et l’environnement de Los-Angeles. 1151 fillettes entre 6 et 8 ans ont participé à cette étude consistant à analyser la teneur dans leurs urines de trois perturabateurs endocriniens : les phtalates, les phénols et les phyto-oestrogènes. Au vu des résultats publiés, 30 % des fillettes présentant des taux élevés de ces substances chimiques avaient déjà de la poitrine et 22 % d’entre elles avaient développé une pilosité pubienne.

Présents principalement dans l’atmosphère avec les pesticides, mais aussi dans les biberons en plastique, les jouets, la cosmétique et la plupart des objets de la vie courante, les perturbateurs endocriniens sont déjà mis en cause depuis longtemps. Le débat de la puberté précoce, mais aussi du risque accru pour ces fillettes de développer plus certainement un cancer du sein, du fait de leur exposition plus durable à ces substances, est aujourd’hui relancé.

Le Programme de recherche sur les perturbateurs endocriniens (PRPE), crée en 2005 par le ministère en charge de l’Environnement et du Développement durable, qui vient de tenir un colloque présentant ses résultats, est lui plutôt nuancé. Les indices ne sont pas suffisants pour conclure à un véritable lien de cause à effet selon les chercheurs du PRPE. Ces derniers mettent aussi l’accent sur le développement d’autres facteurs qui expliqueraient cette puberté précoce, comme l’alimentation, mais aussi le stress de la mère pendant la grossesse.

Reste que les biberons en plastique contenant du bisphénol A, un polluant chimique jugé dangereux, viennent d’être interdits à la vente. Ils suivent la même voie que certains jeux d’enfants en plastique contenant des phtalates, aujourd’hui retirés du commerce en Europe.

Source www.carevox.fr

N.D.L.R

Le ministère de l'Environnement, lui, n'est pas inquiet. En France, les ministères ne sont jamais inquiets. Ils ne commencent à s'inquiéter que lorsqu'on leur met le nez dans leur caca, comme le Docteur Frachon l'a fait avec le Mediator. Jusqu'à l'intervention de ce médecin les organismes publics n'étaient pas inquiets du tout.

Pendant longtemps les biberons au bisphénol n’étaient pas considérés comme dangereux. Jusqu'à ce qu'ils soient interdits à la vente.

La fracturation hydraulique pour exhumer le gaz de schiste, à grands coups d'eau et de produits chimiques chimiques n'a rien d'inquiétant non plus, pour les têtes d'oeufs qui nous gouvernent. Eux, ils ne regardent pas "Gasland." cet excellent docu sur la question ,en téléchargement sur ce site. Ils n'ont pas le temps, comprenez vous. Ils travaillent pour nous... et le principe de précaution, c'est pas bon pour le business, coco.

Samedi 23 Avril 2011

Lu 1381 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique