WEB SIDE STORIES

« Il faut essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple. » [Jacques Prévert]




Opération Ségolène, ou l’art de se faire un prénom !



Opération Ségolène, ou l’art de se faire un prénom !

Qui à part Bernadette appelle M. Chirac, Jacques ? Qui à part Cécilia appelle M. Sarkozy, Nicolas ? Vous viendrait-il à l’idée d’appeler M. Le Pen, Jean Marie ? Ou Mme Alliot Marie, Michèle ?

Et bien du côté de Mme Royal l’opération Ségolène a parfaitement réussi. Ce prénom, tronqué, car en réalité elle s’appelle Marie Ségolène, a été lancé, avec succès, comme une marque de lessive. Le but évident était d’une part de faire oublier le patronyme de l’intéressée, être « Ségolèniste » passe encore, mais Royaliste… d’autre part de créer de toutes pièces, un concept Ségolène, destiné évidemment à rapprocher la candidate de ses sympathisants, et surtout sympathisantes.

En effet, nul besoin d’être expert en communication, pour comprendre qu’appeler une candidate par son prénom, c’est déjà une victoire.

Je suis désolé mais en ce qui me concerne, je ne confonds pas la publicité et la politique, le marketing et les convictions. De la même façon que je refuse d’être manipulé par la publicité, (cela fait quarante ans que je coupe le son dès que j’entends tout ce qui peut ressembler à une publicité) je n’appellerai pas Mme Royal par son prénom.

Bien plus, constatant l’effarant, et apparemment très efficace, bourrage de crâne auquel les français sont confrontés, aussi bien par l’équipe de Mme Royal que par celle de M. Sarkozy, je ne voterai ni pour l’un ni pour l’autre. Quitte à me faire traiter d’affreux macho je ne me laisserai pas enfermer dans l’alternative Royal-Sarkozy !

Pour la simple raison qu’aucun de ces deux candidats ne remet en cause la société pourrie dans laquelle nous survivons depuis que l’Etat Providence est mort, assassiné par l’Europe des marchands et la mondialisation galopante. A l’occasion de toutes les récentes élections les français ont clairement réclamé un changement de politique. M. Sarkozy n’a entendu que ceux qui veulent encore plus de libéralisme. Mme Royal elle, n’écoute que les sondages qui selon elle, ne disent qu’une chose ; Il faut changer de méthode, mais surtout ne rien toucher au fond des choses. Elle et lui sont en fait d’accord sur un point ; la rupture. Mais « tranquille » pour lui, en « douceur » pour elle. Ca change tout !

Pour terminer, je rappellerai à tous les conseillers en communication, et aux politiques qui les font vivre, que le bulletin de vote n’est pas l’aboutissement logique d’une campagne de pub, ce n’est pas non plus le triomphe de la ménagère de moins de cinquante ans, mais un des rares actes de liberté qui reste encore aux citoyens qui disposent encore, en dépit des efforts répétés de M. Le Lay et consorts, d’un peu de cerveau disponible.

P.S ( !) Depuis que Mme Royal confond publicité et politique je coupe le son dès qu’elle commence à parler !



Lundi 4 Décembre 2006

Lu 4880 fois


1.Posté par jean-pierre le 08/12/2006 18:25
Très beau site.
Analyse du matraquage médiatique pertinent et on sourit lorsque vous refusez le prénom de Mme Royal.
...Puis vous nous assenez royalement les diminutifs suivants SEGO et SARKO.
On mesure le formatage des cerveaux même vigilants et lucides ...

Bonne baignade !

2.Posté par Emmanuel le 22/04/2007 03:09
Tombé par hasard sur ce texte, je ne peux m'empêcher de partager tout à fait l'analyse qu'il développe (avec une certaine réserve toutefois eu égard au dernier paragraphe, qui offre un optimisme que je crains ne plus partager depuis un bon nombre d'années), tout en m'étonnant de ne pas l'avoir entendue plus souvent. Peut-être est-ce parce qu'il est difficile, hélas, de ne pas se faire traiter - non pas de traitre lorsque l'on est de gauche mais qu'on déteste le PS, ce à quoi je suis aujourd'hui bien habitué (je m'en amuse d'ailleurs toujours autant, étant donné que ce terme de traitre m'a toujours semblé parfaitement convenir au contraire aux "socialistes") - mais de macho, lorsque l'on déclare abhorer cette stratégie médiatique (sans parler du fait que la politique en soit réduite au marketing) de Royal (Mme Royal est certes plus poli, mais je n'ai guères l'habitude de dire "Mme Buffet" ou "Mme Laguiller"...). D'autant plus irritant que voilà plus de vingt ans que je vote pour une femme, mais sans avoir jamais réellement envisagé ce vote dans une perspective de lutte féministe.
Voilà, je voulais simplement faire savoir à l'auteur de ce texte - dont je ne sais par ailleurs absolument rien : peut-être nous détesterions-nous ? - qu'il est tout de même des gens pour se choquer, non pas de (celui-ci, n'en parlons même pas), mais du "Ségolène".

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique