WEB SIDE STORIES

« Tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera nécessairement mal » Edward A. Murphy Jr




O3B Network, le haut débit pour toute la planète

On en a peu parlé mais voilà une initiative privée qui, une fois n'est pas coutume de ma part, mérite dêtre applaudie. 03B Network est un consortium entièrement privé qui a un objectif des plus ambitieux : permettre aux 3 autres milliards d'individus de la planète (d'où le nom Other 3 Billions= 03B) qui en sont privés actuellement d'accéder à Internet et au téléphone mobile en haut débit.



O3B Network, le haut débit pour toute la planète
Les membres de ce consortium sont :



  • Google : qu'il est inutile de présenter
  • HSBC : une (grosse) banque
  • Liberty global : leader mondial du téléphone mobile

Les moyens : Créer un réseau de 16 satellites (!) destinés à couvrir les pays actuellement non desservis en haut débit. Afrique, Asie, Moyen Orient. Ces satellites seront reliés aux opérateurs internet et mobile locaux et diffusés par fibre optique ou Wimax quand ce ne sera pas possible par les moyens traditionnels.

Coût du projet : 700 millions de dollars, soit rien du tout comparé aux milliards de dollars généreusement distribués aux banques actuellement en perdition pour cause de "liberalisme" inconscient. Un détail : ces entreprises se lancent dans ce projet colossal, en pleine crise financière mondiale.

De fait, je pense qu'il y a beaucoup plus que 3 milliards d'individus sur terre privé du haut débit. Il y a quantité de pays dans le monde où l'on ne peut accéder pratiquement à Internet que dans un cyber café, à des vitesses d'escargot. Sans parler du Webdeux, qui fait que même en France, si on ne dispose d'un vrai haut débit, on ne peut accéder à des sites Internet de plus en plus nombreux.

A la Réunion, par exemple, pas plus tard que ce matin, je ramais à 30 kbit ! Merci Izi ! Il est évident que la solution, dans une île comme La Réunion, comme au fin fond de la brousse malgache, c'est le satellite. A cet égard je signale qu'aux Usa, au fin fond de la campagne, on peut accéder à Internet à l'aide d'un simple parabole, à 1 mbit, pour 100 dollars par mois !

J'entends déjà les clameurs des contempteurs de Google : voilà encore un moyen pour Google et consorts de capter de nouveaux clients et donc de gagner du fric. Certes, camarade indigné, mais néanmoins sodomisé sans protestation par Microsoft et consorts depuis des années, certes Google applique là encore son business plan habituel : j'investis massivement et je fournis, de ma poche et de celle de mes associés, l'accès Internet à des milliards de gens, en échange évidemment d'un apport non négligeable de clients "potentiels" supplémentaires".

Mais d'une part ces client potentiels il faut encore savoir les capter, ce que Microsoft et pas mal d'autres ne savent plus très bien faire, et d'autre part les critiques de Google feraient mieux de retourner leur ire contre les responsables politiques locaux, et mondiaux, qui sont tout à fait capables de dégainer dans l'instant des milliards pour sauver des banques qui n'ont aucune circonstance atténuante, mais ont toujours été incapables de mettre sur pied, au niveau local comme international, un projet aussi nécessaire que l'accès à Internet pour tous, et plus seulement à l'attention des bobos des nations développées, et leurs chers enfants.

Quant à la critique que je sens venir sur le siège social de O3b Network à Jersey, là encore ces sociétés privées qui investissent d'elle mêmes de façon importante dans des projets qui de toute évidence devraient être initiés par des Etats, ne vont pas en plus payer des impôts et des taxes à ces mêmes Etats qui, depuis toujours, préfèrent leurs banques à leurs citoyens.

Je rappelle quand même que depuis l'invention du Wifi, du Wimax et des Courants porteurs de ligne, la diffusion gratuite d'Internet dans toutes les couches de la société est possible, et très peu onéreuse. Dans beaucoup de pays du monde, dont les Usa et même quelques villes de France (trop peu nombreuses hélas) la diffusion d'Internet en Wifi ou Wimax a été prise en charge par les collectivités locales et mise gratuitement à la disposition de tous les administrés.

En France, où règne en ce moment le "frère" de Martin Bouygues (ses ailes de Régent l'empêchent de marcher) l'Etat a toujours choisi les opérateurs contre les citoyens. En ce moment par exemple on pourrait attribuer la quatrième licence à Free, ce qui aurait pour effet de faire baisser immédiatement le coût de tous les abonnements à Internet, ainsi que la téléphonie mobile. Mais Sarkozy ne veut pas le faire, pour ne pas mécontenter l'oligopole, déjà condamné lourdement par la justice, des trois opérateurs nationaux. Sarkozy a choisi ses amis, et ses amis l'ont choisi, depuis longtemps.

Pour prendre un autre exemple on pourrait, dès demain, équiper tous les collèges, lycées et écoles primaires de France, d'Internet dans toutes les classes de l'établissement. Avec le Wif couplé au Cpl. Je l'ai fait il y a quelques années lorsque j'étais intendant de lycée et que cela était encore très peu connu. Et bien imaginez vous que j'ai eu des ennuis avec ma hiérarchie qui a avancé des arguments de sécurité, pour interdire la mise en place de ces nouveaux moyens de diffusion dans mon établissement. Les arguments de sécurité prêtent à rire lorsqu'on sait que les mots de passe dans un établissements sont généralement 1,2,3,4,5 et Entrée ! D'autant qu'il n'y avait, il y a quelques années, aucune politique de sécurité informatique dans les établissements scolaires. En fait, je l'ai constaté où j'étais, cette généralisation de l'informatique et de l'Internet dans toutes les classes de l'établissement, pour un coût ridicule, entrait en opposition ouverte avec le mode hiérarchique pyramidal qui régnait (règne ?) dans les établissements scolaires.

Nous touchons là au coeur du problème ; l'information et la libre circulation de l'information c'est du pouvoir. Et le pouvoir, s'il ne le contrôle pas, déteste que le pouvoir se diffuse. C'est pour cela que ni les chefs d'établissements ni les directions informatiques, rectorale ou nationale, ne veulent entendre parler de Wifi ou de Cpl dans les classes. En échange on parle fibre optique et câblage intensif. A quel prix ? Et certainement pas pour tout le monde, surtout en ce moment.

En Chine ils ont réussi à transformer en Intranet géant tout le réseau informatique du pays et il sont en train de faire la même chose pour le téléphone mobile. Ce qui paraissait complètement impossible !

Voilà pourquoi les Etats, sauf à le contrôler complètement, ne sont pas favorables à l'extension à tous les citoyens de l'accès Internet. Voilà pourquoi avec la loi Hadopi on veut restreindre les droits des internautes, en écartant les juges de la réglementation que l'on veut mettre en place.

Et voilà pourquoi il faut saluer l'initiative de O3b Network. Qui est déjà bien avancée, car chez ces gens là on communique peu mais on agit vite, contrairement à certains, suivez mon regard... La construction des satellites a été confiée à Thales, société franco-italienne et les premières livraisons sont attendues pour 2010.

C'est à dire demain.








Mercredi 3 Décembre 2008

Lu 3056 fois


1.Posté par Vadot Patrick le 03/12/2008 19:41
Des chefs d'établissements !
Des noms , des noms...!!!!

J'ai été chef d'établissement à La réunion pendant 16 ans et j'ai fait le maximum dans chaque bahut pour élargir l'accès à internet pour tous les usagers.
J'avais mis en place des statistiques d'accès. (Ils faut bien justifier les investissements de la collectivité).

1 ere déception:
-les profs: leur appréhension et leur manque d'intérêt pour ce média dépasse de loin ce que j'imaginais.(sauf les deux % habituels d' afficionados).
Première exemple :le passage en LP tertiaire du dos à Window (seul logiciel graphique a supporter les logiciels courant de secrétariat et de compta à l'époque).Leur passage de la machine à écrire à l'ordi avait déjà été vécu comme un trauma profond et certains continuaient malgré les formations a s'en servir de la même façon ).9 profs sur 10 faisait faire un retour chariot arrivé à droite de l'écran.Ceux qui y ont essayé de refaire une mise en forme après un tel traitement comprendront de quoi je parle .(J'ai testé quelques stagiaires pour mon plus grand malheur, je ne parle pas de l'effet de nos stagiaires dans les entreprises.).
2 eme exemple: le passage à l'informatisation des bulletins scolaires .Un vrai cauchemar. Entre ceux qui avaient juré de ne pas toucher un clavier et ceux qui avaient juré "saisir leur notes sur disquette ou sur réseau" (car j'ai toujours privilégié cette voie pour raison de sécurité) et qui pourtant n'avaient pas de notes sur le bulletin, il y avait de quoi s'arracher les cheveux.(D'après mes informations ça n'a n'a pas beaucoup changé dans certains étab scolaires).

Suite au deuxième message .Je me méfis des coupures intempestives.
P.Vadot

2.Posté par Vadot Patrick le 03/12/2008 20:03
2 eme deception : des gestionnaires et des comptables.
Arriver à faire comprendre, que tout ce "pataques" de "commandes , de suivi de commande, de gestions de stock ,etc..." pouvait constituer un outils pour le chef d'établissement, si il n'était pas manuscrit, et juste destiné au "parloir" de la gestion , relève de la gageure de spécialiste. Je ne parle pas de l'ordonnancement, du mandatement , de la présentation des bilans financiers, préparés par des officines privées pour cause d'incompétence du secrétariat de gestion. Malgré un support assez poussé des services informatiques du rectorat ( je crois; mais je ne l'ai pas testé) ce recours à l'externalisation des moyens reste monnaie courante ,même si ça peu choquer.
Il faut reconnaitre que certains de nos gestionnaires ou comptables avaient vécu des dizaines de révolutions (ou traumatismes) avec l'événement de l'informatique ce qui ne correspondait pas toujours avec le niveau d'étude de départ.(Je ne généralise pas , j'ai connu, hélas hors de mon établissement, du personnel très compétent à tout point de vue ).

3.Posté par Vadot Patrick le 03/12/2008 20:16
3 eme déception : les élèves ...mais, impression que l'on ne peut guère détacher de la désaffection des profs pour l'outil.
Je n'ai pas constaté, malgré un suivi particulier ,d'amélioration notable des résultats d'élèves en difficultés quand l'outil informatique était utilisé massivement. Était-il ,bien utilisé, et massivement, ce n'est pas mon rôle de juger et je n'en avait ni le droit ni les compétences, mais les différentes évaluations en cours d'année et au cours de la scolarité des élèves n'ont jamais fais sortir un suprématie de ces méthodes .
Pour les "sans problèmes " bien sûr, l'accès à internet étaient le stimuli qui les faisaient venir le samedi matin (hors horaires officiels) voire le mercredi après-midi;

4.Posté par Vadot Patrick le 03/12/2008 20:36
La sécurité et le pouvoir.
OUI ,12345 reste le mot de passe le plus répandu dans le département. Encore faut il savoir que le personnel qui a accès à certaines informations change parfois 2 ou 3 fois par an,que la confidentialité n'est pas dans la culture de l'éduc nat (sauf chez les AS et les infirmières). que 14 ans après l'installation des premières bases de données concernant les élèves on a enfin donné au responsables (le chef d'établissement si il le sait) des outils faciles à utiliser (mais sans formation) pour réguler les droits des usagers. Il n'existe aucunes consignes officielles claires, pour savoir qui a accès à quoi, et qui fait quoi.La plupart de taches délicates sont exécutées dans beaucoup d'établissement par de emplois précaires parfois très diplômés mais sans disposition ni affinités particulières pour l'EN. aucunes dispositions de confidentialité ni de sécurité ne sont prévues dans leur contrat.

5.Posté par Vadot Patrick le 03/12/2008 20:57
Pour conclure:
Dans beaucoup d'établissement en réseau , il y a encore 3 serveurs: la gestion , le pédagogique , l'administratif. Ceci avec chacun leur procédures d'accès et de sauvegarde,malgré des bases de données communes, et tout l'intérêt qu'il y a à avoir accès à certaines données pour tous les protagonistes.
-Quel chef d'établissement a accès aux données de la gestion ( en lecture cela va de soi ) ?
-Quel secrétaire de direction récupère sur son ordinateur les budgets et comptes financiers pour impresssion lors des conseils d'administration?
-Quel professeur a accès a la base de données "absence élèves" depuis sa classe ou même la salle des profs ?
-Quel gestionnaire s'intéresse aux données pédagogiques des élèves. (Il y aurait beaucoup à dire dire sur l'oubli qu'a la gestion de la finalité de son existence :"l'enseignement des élèves ", mais ce n'est pas le sujet !)

Bon on est loin de O3b, mais je me suis laissé emporter.
Amicalement
P.Vadot

6.Posté par Pat le 04/12/2008 02:30
bravo O3B Network, je suis tout a fait d'accord avec toi GD, sur l'aide aux banques en particulier

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Météo Samui | Edito