WEB SIDE STORIES

« Jamais homme sage n'a souhaité rajeunir » [Jonathan Swift]




Ne tapez plus sur votre ordinateur, parlez-lui !

Personnellement, en dépit du fait que je tape consciencieusement sur un ordinateur depuis plus de 30 ans, je suis un claviste exécrable. Je commets énormément de fautes de frappe, mais j'ai l'avantage de les corriger très vite. Ce qui fait que, de loin et compte tenu du bruit que je fais, je ressemble à un vrai claviste. De près, c'est une autre histoire. La touche que j'utilise le plus, sans la regarder, c’est la touche retour arrière.






Certes, cela ne m'a pas empêché, depuis tout ce temps, de taper des kilomètres de texte (je tiens un site Internet depuis plus de 20 ans), mais il me faut bien reconnaitre que taper aussi mal après avoir passé autant de temps sur les ordinateurs n'est pas très glorieux.
 

C'est la raison pour laquelle, dès sa sortie en 1997, j'avais repéré le logiciel de reconnaissance vocale IBM ViaVoice, que je m'étais empressé d'acheter, avec les deniers la république, mais pour la bonne cause, puisqu'à l'époque j'étais intendant pour l'Education Nationale des îles du Nord (Saint Barth, Saint-Martin) Pour la petite histoire ViaVoice a été ensuite racheté par ScanSoft qui a sorti ensuite le produit Dragon Naturally Speaking, actuellement le meilleur du marché dans ce domaine.

À l'époque, dans les années 2000, ViaVoice était déjà efficace, mais comportait encore beaucoup de lacunes. C'est sans doute la raison pour laquelle je l’ai lâchement abandonné.

Il se trouve que dernièrement, baguenaudant sur Amazon.fr, mon attention a été attirée par une publicité pour la version 11 de Dragon Naturally Speaking, pour Windows. Ce qui m'a particulièrement interpelé fut le prix, soit moins de 40 €. À l'époque, si mes souvenirs sont bons, ViaVoice coutait largement plus de 1000 francs. Par ailleurs, les spécifications de la notice technique paraissaient fort alléchantes. J'ai donc décidé de faire un retour vers le passé et de replonger dans les délices de la reconnaissance vocale.

Je dois dire que je ne regrette pas ma décision. En effet, désormais, je ne vois pas comment je pourrais me passer de la reconnaissance vocale. Contrairement au passé il n'y a plus besoin de passer des heures à apprendre votre voix au logiciel, quelques minutes suffisent. Évidemment, plus vous utilisez Dragon mieux il vous comprend. Le taux d'erreur est désormais ridicule et de toute façon largement supérieur à mon tour d'erreur en matière de frappes clavier. Au passage, la qualité orthographique de Dragon est largement supérieure à ce que l'on peut constater sur les forums Internet. Je veux dire par là que si vous n'avez pas une orthographe irréprochable, Dragon, dans ce domaine vous sera largement supérieur. Allié à la correction orthographique (j'utilise le génial logiciel Antidote) la reconnaissance vocale devrait permettre à tout un chacun, grâce aux progrès des nouvelles technologies, de mieux s’exprimer. Ce qui, tout à fait entre nous, ne sera pas du luxe.

De plus, les microphones, depuis les années 2000, ont fait de grands progrès, et je peux désormais dicter avec en fond musical Grooveshark sur ma tablette.

 

Pour un blogueur comme moi, et pour toute personne amenée à écrire régulièrement à partir d'un ordinateur, cet outil me semble désormais incontournable.

Bien sûr, parler à un ordinateur n'a rien à voir avec taper sur un clavier. Il faut s'habituer à parler lentement et à articuler. Il faut s'habituer à parler à une machine. Ce n'est pas si évident. Rappelez-vous les débuts du répondeur téléphonique. Combien de personnes se sont révélées incapables de s'adresser à une machine. En Thaïlande, où je demeure actuellement, je suis un des rares à utiliser une boîte vocale, et je peux constater tous les jours que beaucoup de Thaïlandais et quelques « farangs » n'apprécient que modérément le fait de ne pas parler à un humain.

 

Par ailleurs, si l'usage des ordiphones (je rappelle que c'est le terme correct, choisi par la commission ad hoc à la place de smartphones) se répand de plus en plus et si ces drôles de machines deviennent de plus en plus sophistiquées, il faut bien reconnaitre que le principal problème qui demeure est celui du clavier. Un clavier sur un téléphone c'est à peu près aussi incongru et inadapté qu'un violoncelle sur une table de dissection. La meilleure façon de s'adresser à un téléphone est encore de lui parler. C'est pourquoi la reconnaissance vocale, déjà très au point chez Google, a de beaux jours devant elle.
 

Depuis quelque temps déjà, mon ordiphone avec Google, j'utilise la plupart du temps la reconnaissance vocale. Même en français, Google a fait tellement progrès en ce domaine que je ne tape plus jamais mes SMS, je parle. Le clavier ne me sert plus qu'à corriger les rares fautes de syntaxe de Google où les noms propres qu’il ne peut connaître.

À cet égard, il existe une version Android de Nuance, alias Dragon Naturally Speaking. Malheureusement pour moi je ne peux l’utiliser en Thaïlande pour des raisons que seul le bas commerce et Google connaissent. À la place, j'utilise l'excellent logiciel Swiftkey, qui propose deux versions, pour ordiphone, et pour tablette. À noter, que ce logiciel est capable de travailler simultanément avec trois langues (dont le français évidemment) en même temps.

 

Le seul problème avec Dragon sait qu'il est tellement efficace qu'après un temps d'apprentissage on aurait tendance à lui faire entièrement confiance. Or, il importe de se relire, ne serait-ce qu'en raison du fait que parfois on oublie d'éteindre le micro ce qui peut donner des résultats imprévisibles, voire très gênants. C'est le problème de la parole : à partir du moment où l'on s'exprime par la parole, il vaut mieux faire attention à ce que l'on dit. Une évidence souvent perdue de vue.

 

Les adresses : (Cliquez pour y accéder)
 

Dragon 11.5 pour ordinateur :
 

Swiftkey 3


N.B

Evidemment, la totalité de ce texte a été dictée et transcrite par Dragon.

Faut-il souligner qu'en utilisant régulièrement un logiciel de reconnaissance vocale on s'améliore très vite en matière de communication orale. Personnellement j'ai une fâcheuse tendance à parler beaucoup trop vite, surtout si le sujet me passionne, et ce faisant, à ne pas articuler.

Mes progrès en ce domaine sont tellement rapides depuis que j'utilise Dragon, lequel me comprend désormais à quasiment 100 %, que je sens que je n'ai pas tarder à me lancer dans la politique.

Plaisanterie mise à part, si vous vous sentez une vocation de tribun, commencez à vous exercer avec un logiciel de reconnaissance vocale. Quand Dragon vous comprendra à 100 %, vous pourrez vous attaquer aux humains.

En revanche, n'oubliez jamais  qu'un tel logiciel n'aura aucune espèce d'influence sur la qualité de votre pensée. C'est un grand principe informatique qui s'énonce ainsi : garbadge in, garbadge out ! En français, si vous entrez de la m. dans un ordinateur, il ne pourra en sortir que… la même chose.


 


Mercredi 4 Juillet 2012

Lu 1519 fois


1.Posté par didier radigue le 05/07/2012 19:12
Guy, il semble que DRAGON ne fait pas la différence entre "c'est et sait" comme dans le dernier paragraphe suivant, mais ce logiciel semble malgré tout très bien
Le seul problème avec Dragon sait qu'il est tellement efficace qu'après un temps d'apprentissage on aurait tendance à lui faire entièrement confiance.
Question: Sait il reconnaître la ponctuation, le "ouvrez les guillemets', ouvrez la parenthèse", etc...?
Concernant swiftkey3 j'ai personnellement une tablette Asus transformer prime avec clavier détachable, le logiciel ne reconnait pas le signe @ (il semble que tous les caractères associés à Alt+Gr aient un problème.
@+

2.Posté par GUY DERIDET le 11/07/2012 15:12
Bonjour Didier,

Dragon fait la différence entre "ces" et "sait" essais en fonction du contexte. Pour cela il faut essayer de dicter à chaque fois des phrases complètes et ne pas procéder par petits bouts de phrases. Ce qui n'est pas évident quand on n'a pas l'habitude de parler en public.
Il reconnaît parfaitement les commandes de ponctuation et aussi bien d'autres commandes. Il peut même lancer des commandes Windows.

Concernant Swiftkey 3, que j'utilisais sur ma tablette Samsung 8.9 et mon ordiphone Galaxy Nexus, je n'ai jamais eu de problèmes avec la touche @. Apparemment c'est un problème Asus et pas un problème Swiftkey.

Je disais "utilisais" car la recherche vocale Google a fait tellement de progrès, et mon Nexus est tellement performant, que je ne me sers plus du clavier virtuel que pour corriger les (rares) erreurs de Google, dues la plupart du temps aux noms propres. Pour ce faire, le clavier et le correcteur fournis par Ice Cream Sandwich sont largement suffisants. À noter que sur Jelly Bean, la dernière version Android, la reconnaissance vocale ne passe plus par un serveur on line mais est directement intégrée à l'ordiphone.

Bien le bonjour à Siri et toutes mes condoléances aux prisonniers du bunker de Cupertino (confert le reportage de Cash Investigation sur l'obsolescence programmée que je vous recommande chaudement) Disponible sur Youtube. Avant qu'Apple n'intervienne pour le faire interdire. En effet si j'étais un utilisateur d'Apple, ce qu'à Dieu ne plaise, ce qu'on voit dans ce reportage ne me plairait pas du tout.

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Météo Samui | Edito