WEB SIDE STORIES

« Le meilleur moyen de vivre ses rêves, c'est de se réveiller. » [Paul Valéry]




Liberté de la presse : RSF fustige la France de « la honte »

Reporters sans frontières à publié il y a quelque temps son classement mondial de la liberté de la presse, et les nouvelles ne sont pas bonnes : la France, 44e, recule encore d'une place. Elle en a perdu 33 depuis la création du classement en 2002 !



Ce n'est pas Sarkozy, c'est le drapeau qui a honte.
Ce n'est pas Sarkozy, c'est le drapeau qui a honte.
« Le modèle européen se fragilise », écrit l'association en constatant que l'Union européenne a « perdu son statut de leader » au profit des pays d'Europe du nord.

« Si elle ne se ressaisit pas, l'Union européenne risque de perdre son statut de leader dans le domaine du respect des droits de l'homme », note RSF en commentaire de ce classement établi en notant scrupuleusement toutes les attaques judiciaires, ou plus graves encore, contre des médias et des journalistes :

« Sur les vingt-sept pays membres de l'UE, treize pays se trouvent dans les vingt premiers. Quatorze pays sont sous la vingtième place et certains se retrouvent même très bas dans le classement : Grèce (70e), Bulgarie (70e), Roumanie (52e), Italie (49e).

L'Union européenne n'est pas un ensemble homogène en matière de liberté de la presse. Au contraire, l'écart continue de se creuser entre les bons et les mauvais élèves. »

Le jugement est particulièrement sévère concernant la France et l'Italie, qui sont surclassées par des pays ayant souvent mauvaise presse, comme la Jamaïque ou le Mali :

« Plusieurs pays démocratiques, où Reporters sans frontières avait signalé un certain nombre de problèmes, ne connaissent aucune progression.

Il s'agit, en premier lieu, de la France et de l'Italie où incidents et faits marquants ont jalonné l'année en cours, confirmant leur incapacité à renverser la tendance. »
« La majorité présidentielle a eu des mots très menaçants »

Après l'ONU ou l'Union européenne, RSF relève la dégradation de l'image de la France à l'étranger. Jean-François Julliard, secrétaire général de l'association :

« L'année 2010 a été marquée par plusieurs agressions contre des journalistes, des mises en examen, des violations ou tentatives de violations du secret des sources et surtout un climat lourd de défiance envers la presse. La majorité présidentielle a eu des mots très menaçants, parfois insultants, envers certains médias.

Ces déclarations ont eu une résonance mondiale et, dans beaucoup de pays, le gouvernement français n'est plus considéré comme respectueux de la liberté d'information. »

Cette nouvelle dégradation conduit Reporters sans frontières à attaquer fort, dans sa nouvelle campagne de communication intitulée « La honte », dont Rue89 révèle le visuel : un Nicolas Sarkozy honteux se cachant derrière le drapeau tricolore.

Pour le reste, pas de changements ou presque, ni en tête ni en queue de classement :

1. Finlande, Islande, Norvège, Pays-Bas, Suède, Suisse ;
7. Autriche […]
14. Belgique, Luxembourg, Malte ;
17. Allemagne ;
18. Australie ;
19. Royaume-Uni ;
20. Etats-Unis (territoire américain) ;
21. Canada […]
39. Espagne ;
40. Portugal […]
86. Israël (territoire israélien) […]
99. Etats-Unis (hors territoire américain) […]
132. Israël (hors territoire israélien) […]
171. Chine ;
172. Soudan ;
173. Syrie ;
174. Birmanie ;
175. Iran ;
176. Turkménistan ;
177. Corée du Nord ;
178. Erythrée.

Fiche France

Tensions entre la presse et les autorités de la République , pressions accrues sur les journalistes afin qu’ils révèlent leurs sources, réforme de l’audiovisuel public : la situation de la liberté de la presse en France se dégrade depuis quelques années.

L’année 2008 s’est ouverte dans un climat de tension entre le Président, le gouvernement et les médias. En février, Nicolas Sarkozy a choisi de rompre avec la pratique qui voulait que les chefs de l’Etat français ne poursuivent pas les journalistes. Il a porté plainte, au pénal, contre Le Nouvel Observateur, après la publication d’un article, par ailleurs inexact, relatif à un SMS qu’aurait envoyé le Président à son ex- épouse. En mai, c’est le député des Hauts-de-Seine et porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre, qui a attaqué verbalement l’AFP pour n’avoir pas repris l’un de ses communiqués de presse. Le Président est revenu à la charge et a accusé les publications L’Express, Marianne, Le Parisien, Le Journal du Dimanche et l’Agence France-Presse de "s’attribuer la fonction d’opposition". Ensuite, la réforme de l’audiovisuel public, initiée en mai 2008 et promulguée début mars 2009, a mis en place la nomination des patrons des médias de service public en Conseil des ministres. Enfin, en avril 2009, quatre journalistes du site Internet Rue89 et de France 3 ont été convoqués par la Brigade de répression de la délinquance contre les personnes (BRDP). Ils sont accusés de vol et de recel après que Rue89 a diffusé sur son site les propos tenus hors antenne par Nicolas Sarkozy, notamment à propos du service public dans les médias, avant une interview lors du journal du soir de France 3.

Parallèlement à cette détérioration des relations entre les autorités publiques et la presse, les mises en examen, convocations et perquisitions se sont multipliées de manière inquiétante tout au long de la période. L’Hexagone détient désormais le triste record européen en la matière. L’année 2008 a débuté par l’affaire Guillaume Dasquié (placé en garde à vue en décembre 2007) poursuivi pour « violation du secret défense » et s’est clôturée avec l’interpellation au petit matin de Vittorio de Filippis, soumis à une fouille au corps, avant d’être mis en examen pour une simple affaire de « diffamation ». Entre-temps, plusieurs rédactions ont été perquisitionnées, comme celle d’Auto Plus, de La Nouvelle République du Centre-Ouest, ou encore de Tac Presse.

Accusés de violer bien des secrets (secret de l’instruction, secret professionnel ou secret défense) des journalistes ont fait l’objet de pressions, dont le but est d’identifier la source leur ayant permis d’accéder à l’information. Reporters sans frontières milite en faveur d’une inscription du principe du secret des sources dans la loi sur la presse de 1881. Nicolas Sarkozy s’y est engagé dans sa campagne électorale. Mais si un projet de loi a bien été déposé le 2 avril 2008, il est toujours en attente d’être examiné en deuxième lecture par l’Assemblée nationale, dont l’agenda est encombré.

Source : Par Augustin Scalbert | Rue89

Pays avant la France : 44 !

Dont :
Papouasie Nouvelle’ Guinée : 43
Corée du Sud 42
Surinam 36
Trinidad et tobzgo 31
Costa rica 29
Mali 28
Ghana 27
CapVert 26
Jamaique 25
Namibie 22

Source RSF


N.D.L.R
Trois causes, entre autres certainement, des problèmes que connait la liberté de la presse en France

Les journalistes sont libres, ils n’ont même jamais été aussi libres, mais ils subissent d'énormes pressions. Notamment de la part du président qui n’hésite pas à appeler lui même pour donner à qui de droit son ...sentiment. Sentiment généralement immédiatement partagé par ses interlocuteurs. Normal, c’est lui, ou ses amis, qui les ont mis en place, et les descendront sans aucun état d’ame.

Le président nomme les directeurs de chaînes de TV (et de radio France) les ministres, les responsables des postes clés, les préfets, les chefs de la police, les procureurs, en bref tous ceux qui peuvent avoir un quelconque pouvoir dans ce pays sont ou seront “contactés” par Sarkozy. Et quand vous êtes “contacté” par le président lui même ou un de ses bras droits il est très diffcile de ne pas...obtempérer.

D’où ce moins en moins vague relent de république bananière et la répulsion avérée des médias contre tout ce qui pourrait fâcher notre petit timonier. A cet égard il faut reconnaître tout de même que depuis quelque temps, Sarkozy a tellement mécontenté tout le monde, jusque dans on propre camp, que même le Figaro, dirigé par un des ex patrons de TF1, commence à se permettre des vacheries à son égard. Cela sentirait il le roussi ?

Tous les amis du président ont acheté des journaux ! Pourtant un journal, en ce moment, ce n’est pas ce qu’il a de mieux en matière d’investissement. C’est cher, c’est lourd à manoeuvrer, c’est en concurrence défavorable face au Net mais cela peut (encore ?) influencer l’opinion. Et Sarkozy est tellement obligeant envers ses amis du Fouquet’s depuis son élection qu’on peut bien lui rendre quelques services.

Samedi 8 Janvier 2011

Lu 1651 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique