WEB SIDE STORIES

« Jamais homme sage n'a souhaité rajeunir » [Jonathan Swift]




Le courrier électronique est mort ! vive le Rss !

Le courrier électronique est mort ! vive le Rss. Compte tenu des excès des spammeurs fous qui nous encerclent le courrier électronique hors du cercle restreint de la famille m’apparaît (ainsi qu’à quelques autres) condamné. (cf article Gare aux virus)



Le courrier électronique est mort ! vive le Rss !
Je viens de découvrir le Rss (Real Simple Syndication) en français syndication de contenus.

Ques aco ? Définition du dictionnaire de Tv5 : « Dans le secteur du commerce "en ligne", constitution de contenus informatifs "clés en main", à partir de données recueillies auprès d'acteurs de services en ligne, et destinés à des fournisseurs de contenus qui n'ont pas les moyens nécessaires à la collecte de ces informations. »

Le Rss est un avatar du Xml qui va progressivement remplacer le Html.

Pour simplifier le Rss c’est le même principe que les News ; pour les voir il faut un logiciel spécial : un lecteur de Rss. Depuis peu de temps les navigateurs Internet Opera et Firefox ( avec un add-in tout de même) savent lire le Xml .

La plupart des grands organes d’information comme la BBC ; le New York Times, Zdnet, Le Monde, Libération publient des news au format Rss.

Pratiquement cela se présente sous la forme d’une table des matières contenant un résumé. En cliquant sur la news voulue elle s’affiche dans une autre partie de l’écran. La news est toujours très concise, mais si vous cliquez dessus elle pourra s’afficher en clair dans votre navigateur préféré ou dans celui du rss reader.

Le meilleur lecteur de Rss est à mon avis Feedemon téléchargeable sur le site www.feedemon.com . Avant de trouver cette perle j’ai galéré un bon moment avec des reader abscons ou mal foutus car souvent issus du logiciel libre et donc peu soucieux d’ergonomie. Feedemon est magnifique et permet de se rendre compte rapidement de l’intérêt inestimable du Rss.

Il existe en effet des fils Rss dans vraiment tous les domaines et particulièrement dans l’informatique et les télécoms, ce qui tombe bien, n’est ce pas.

L’avantage par rapport à la lecture classique sur Internet est que vous pouvez choisir les domaines qui vous intéressent, grouper les news selon vos centres d’interêt, vous informer rapidement et bien entendu aller sur le Web si vous voulez approfondir. En gros cela facilite la lecture rapide et vous permet de cibler rapidement ce qui vous intéresse.

Comment sont fabriqués les fils d’information Rss ? Directement par les serveurs des fournisseurs d’accès. Mon fournisseur d'accès par exemple, Webzinemaker, pratique la syndication de contenus. C'est-à-dire qu'une partie ou la totalité de mon site pourra être « pompé » automatiquement par d’autres webmasters qui pourront ainsi afficher automatiquement mes articles sur leur site. Ce qui leur apportera du contenu pour pas cher et explique au passage le grand succès rencontré par le Rss.

A signaler qu’il existe un site www.myrss.com qui fabrique en direct des fichiers Rss à partir d’une simple url classique.

Il faut bien noter que cela vous donne la possibilité de créer un fil d’information Rss à partir de n’importe quelle page Web, y compris à l’insu de son plein gré.

Pour voir un exemple plus abouti que le mien voir l’adresse du fil de Libération :
www.liberation.com/rss.php

Ou le Monde Diplomatique : www.monde-diplomatique.fr/recents.xml

Vous trouverez ci-dessous un article très intéressant de l’AFING sur le RSS défini comme le format qui détruit les formats.

Pour résumer les éditeurs (presse, livre, etc.) ne le savent pas encore, mais ils risquent bien de se retrouver bientôt dans le même désarroi que connaissent les éditeurs de musique avec le « peer to peer » et les échanges de musique en ligne.

Encore un outil génial au service des individus que nos petits génies du marketing auront bien du mal à domestiquer.

Et quand ils y arriveront nous serons passés à autre chose.

Pauvres petits génies…



RSS : le format qui détruit le format

Les éditeurs de contenus sur l'Internet, qui ont pourtant été bien malmenés ces dernières années comme le rappelle Le Guide mondial de la presse en ligne
(http://www.courrierinternational.com/hors-serie/PresseWeb/edito.htm) publié par Courrier International, sont à l'aube d'une nouvelle épreuve. Jusqu'à ce jour, non sans difficulté, les médias électroniques ont peu ou prou trouvé un support leur permettant de donner forme et valeur à leurs contenus (lettres d'information, sites...), à l'image des objets du monde réel. Avec des formules variées (publicité, abonnement, vente à l'unité, enregistrement, mutualisation, ...), ils ont réussi à mettre en place de fragiles modèles économiques.

Mais avec RSS (Really Simple Syndication), cet équilibre précaire pourrait bien être remis en cause. Le format d'échange RSS (un simple fichier texte comportant le contenu, sa description synthétique et les liens hypertexte vers leur source) dématérialise le contenu, un peu comme les fichiers de partage peer to peer ont séparé la musique de ses formats et de ses médias. Via RSS, en recevant sur un "lecteur d'actualité" (on parle d'agrégateur logiciel ou web) les fils d'information auxquels ils s'abonnent (un peu comme les fils d'agence de presse), les utilisateurs vont "pouvoir" (cela ne veut pas dire qu'ils vont le faire, ni tous le faire) se passer de recevoir des lettres d'informations, de visiter les sites des publications en ligne... Fragilisant par là même les modèles économiques patiemment mis en place et reposant sur le comptage des pages visitées, la durée de consultation, les bases d'abonnés qualifiés, etc. Avec RSS, la lecture de l'information n'a plus de matérialité autre qu'un ping sur un site (1).

Ces outils et les pratiques qui les accompagnent pourraient en effet rapidement changer la donne et complexifier encore la recherche de modèles économiques. RSS détruit les supports imposés par les éditeurs (anéantissant au passage les "fortunes" consacrées à la mise en page, à l'ergonomie, à l'identification et au design html dont on n'a cessé de nous répéter combien ils étaient primordiaux) et redonne l'entièreté du choix aux usagers (qui peuvent s'abonner ou se désabonner sans que l'éditeur n'en soit jamais informé par exemple). Ensuite parce que la force du format repose justement dans sa souplesse, son interopérabilité, sa personnalisation... Aujourd'hui, je peux ainsi composer mon information comme je le souhaite dans un fil ou dans un agrégat thématique ou disciplinaire et mêler par exemple les brèves sciences de Libération avec celles du Monde, du Figaro et de l'Humanité... faisant fi de ce qui faisait la particularité même des contenus : leur origine éditoriale. Cela ne signifie pas que l'origine éditoriale de ces informations n'ait pas d'importance - au contraire -, mais montre qu'une partie des utilisateurs rejettent le fait que celle-ci soit le seul mode de distribution de ces informations.

Pour l'instant, les propos des spécialistes sont plutôt rassurants (http://www.fing.org/index.php?num=4028,2). Selon Chris Pirillo ou Steve Outing, RSS ne remet pas en cause les modèles économiques des éditeurs de contenus puisque le fil permet à chacun d'accéder aux contenus web de l'éditeur d'origine. Selon eux, il suffirait presque aux éditeurs de proposer leurs fils RSS sur leurs propres sites pour offrir une réelle alternative aux générations spontanées de fils RSS... Mais cette assertion est en partie fausse : car non seulement c'est parfois le texte entier qui est disponible sur un agrégateur, mais en plus parce que les internautes n'ont pas attendu les éditeurs de contenus pour créer eux-mêmes les fils d'information des médias qui n'en proposaient pas (c'est même là le coeur de l'étonnant succès de ce petit format qui s'est développé par l'appropriation spontanée de milliers d'internautes, ce que beaucoup de grands standards ne sont pas parvenus à faire).

Incontestablement, la force de RSS est d'être parti des usagers. Ni vraiment norme, ni vraiment standard, c'est visiblement un format en réponse à la démultiplication des formats. Il ne les annule pas, mais se nourrit d'eux pour fluidifier les échanges. Ne nous trompons pas : l'enjeu n'est plus depuis longtemps de proposer un fil informatif ou pas ! Si vous ne le faites pas, il est très simple de le faire à votre place ! Pour les éditeurs, la question est déjà de chercher de nouvelles modalités économiques pour imaginer des systèmes d'identification préalable ou de services ajoutés payants... Pour les intermédiaires, il est dans la multiplication d'offres et d'outils aux fonctionnalités toujours plus avancées. Pour les utilisateurs les plus accros, ils cherchent déjà des outils pour éliminer les redondances d'information parmi les milliers de fils auxquels ils sont abonnés et faire le meilleur choix selon leur profil, leurs attentes en terme de qualité ou de rapidité, de synthèse ou de développement, etc.

De cette confusion à naître, une chose risque en tout cas d'en sortir grandie : "le contenu". Le contenu dont la diffusion va être encore plus large... Même si c'est certainement au risque d'une toujours plus grande concentration de l'information car la syndication a d'abord pour effet d'en démultiplier l'écho.

Hubert Guillaud

http://www.fing.org/index.php?num=4326,2


Dernière minute : un excellent site pour créer, en français, son weblog avec fil Rss : www.livejournal.com

Signalons également que la dernière version de Mobipocket inclut désormais un superbe lecteur de news, compatible tous formats.

Je peux par exemple accéder, quasiment en temps réel, aux news très complètes du Monde sur mon P800. C'est super, et en plus cela ne grève pas outre mesure mon forfait Srr !
Enfin les navigateurs Internet se mettent au Rss. Par exemple Firefox ( avec une extension en option) ou Opera 7.5 . Si vous n’avez ni l’un ni l’autre allez à l’adresse :
www.2rss.com
Tapez deridet dans le moteur de recherche
Cliquez sur le lien trouvé
Choisissez « Read it online with Rss daily news”
That’s it !

Mon adresse Rss :
http://www.deridet.com/syndication.rss
Dans la dernière colonne de la première page de ce site vous avez le fil Rss de Libé.








Dimanche 8 Février 2004

Lu 3081 fois
DERIDET

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Météo Samui | Edito