WEB SIDE STORIES

« Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches. » [Pierre Desproges]




La presse selon Dassault


Marchand d'armes, sénateur (élu avec les voix du F.N) et patron de presse ! Tout cela en même temps et sans états d'âme ! A côté de ce personnage, Le Penn c'est mère Thérésa !

Publié le mardi 30 novembre 2004 par www.acrimed.org ( très saine lecture)


Le patron de la Socpresse (industriel de l’armement et sénateur UMP) Serge Dassault était, lundi 29 novembre au matin, interviewé par Jean-Michel Aphatie sur RTL, dans le cadre de l’émission " l’invité de RTL ".

Contrairement à ce que l’auditeur pouvait croire au premier abord, il semble que c’est bien Serge Dassault qui répondait, qu’il ne s’agissait pas d’une émission parodique où un imitateur aurait voulu camper une caricature du personnage.

Nous nous contentons ici de reproduire quelques extraits, en renvoyant au site de RTL pour l’intégralité de cette interview mémorable [1].



La presse selon Dassault

Publié le mardi 30 novembre 2004 par www.acrimed.org ( très saine lecture)


Le patron de la Socpresse (industriel de l’armement et sénateur UMP) Serge Dassault était, lundi 29 novembre au matin, interviewé par Jean-Michel Aphatie sur RTL, dans le cadre de l’émission " l’invité de RTL ".

Contrairement à ce que l’auditeur pouvait croire au premier abord, il semble que c’est bien Serge Dassault qui répondait, qu’il ne s’agissait pas d’une émission parodique où un imitateur aurait voulu camper une caricature du personnage.

Nous nous contentons ici de reproduire quelques extraits, en renvoyant au site de RTL pour l’intégralité de cette interview mémorable [1].

(...) Serge Dassault. Je n’aime pas ce qu’a dit tout à l’heure Alain Duhamel, "l’alternative socialiste". Il n’y a pas d’alternative socialiste. Les socialistes ont créé la décadence en France...

Jean-Michel Aphatie. Carrément !

... par leur système où il ne faut pas travailler, où il n’y a pas de discipline, où il faut laisser faire n’importe quoi. Il ne faut pas de punition, il faut se marier avec n’importe qui... Enfin c’est n’importe quoi !

(...) Mais Serge Dassault, ce n’est plus la gauche qui est au pouvoir ! Vous vous en êtes rendu compte ?

Si. Elle est encore au pouvoir parce que l’opinion publique est à gauche, parce que le gouvernement ne veut rien faire. Quand Raffarin fait des petits pas...

... mais l’opinion publique vote pour la droite, pourquoi serait-elle à gauche ?

Des petits pas. Eh bien les petits pas...

... Serge Dassault, l’opinion publique vote pour la droite. Pourquoi serait-elle à gauche ?

Non, elle vote à gauche. Malheureusement !

Ah bon ?

Oui... vous avez bien vu aux Régionales et aux Cantonales. Moi je le vois bien dans mon petit canton à Corbeil-Essonne. La politique de la gauche c’est toujours de dire : c’est l’ultra-libéralisme. Le Médef... le Médef c’est quoi le Médef ? Le Médef c’est des gens qui travaillent qui font des entreprises et qui créent des emplois. Alors qu’est-ce qu’il y a contre le Médef ?

Jacques Chirac a 72 ans aujourd’hui.

Bon anniversaire.

Bon anniversaire Jacques Chirac. En 2007 vous pensez qu’il peut encore continuer, demander un mandat supplémentaire aux Français ?

C’est à lui de décider.

Votre souhait, Serge Dassault. C’est votre souhait qui m’intéresse ce matin.

Moi je veux un président qui change l’état d’esprit des Français, et qui dise la vérité. Et qui fasse comme Mme Thatcher a fait, ou comme l’Espagnol a fait, qui a réussi à changer l’état d’esprit. On est les seuls en France depuis les socialistes. On est encore en pays socialiste, parce qu’on ne veut rien changer, parce qu’on ne peut pas changer, parce que l’opinion n’est pas préparée à ça !

(...) Vous êtes à la tête de la Socpresse depuis six mois maintenant Serge Dassault.

Oui.

Vous êtes un homme heureux, un homme de presse heureux ?

Oh vous savez, maintenant les gens qui lisent le journal correctement... donc on attend...

Qu’est-ce qui a changé au Figaro ? Beaucoup de choses ont changé d’après vous ?

J’ai changé de directeur, j’ai changé la direction, j’ai changé le rédacteur en chef. Donc tout va bien...

Tout va bien. Le chantier est terminé...

C’est pas terminé, parce que là aussi il faut changer les choses. Il faut que le journal continue aussi à dire la vérité, à parler de ce qui se passe, à dire ce qu’il faudrait faire aux Français. C’est comme un médecin qui donne un médicament qui est mauvais, alors on ne le prend pas, on crève, bon. Eh bien il faut prendre le médicament.

Mais quand vous lisez Le Figaro tous les jours Serge Dassault, vous êtes heureux de ce que vous lisez ? Vous vous dites : tiens, là on dit la vérité aux Français ?

Pas suffisamment encore. Il faut qu’il soit plus agressif. Il faut qu’il parle de libéralisme, il faut qu’il parle de flexibilité. Il faut qu’il dise l’état d’esprit est à gauche. Moi je le vois bien, tout le monde ne parle que de ça. Serge Dassault, ultra-libéral pour un canton. Qu’est-ce que j’en ai à foutre ? Eh bien ils le disent quand même ! Mais si on n’est pas ultralibéral. Si on n’est pas libéral, on ne crée pas d’emplois et si on ne crée pas d’emplois il y a des chômeurs et s’il y a des chômeurs c’est la pauvreté. Il faut quand même comprendre que sans entreprise, sans emploi, sans chef d’entreprise motivé il n’y a pas d’activité ! C’est comme ça dans tous les pays et on le voit bien !

Serge Dassault, l’homme qui pense que la gauche est encore au pouvoir en France...

... eh oui... malheureusement l’état d’esprit est toujours à gauche !

... était l’invité d’RTL ce matin. Bonne journée.

Lundi 20 Décembre 2004

Lu 4044 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique