WEB SIDE STORIES

« Il faut essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple. » [Jacques Prévert]




Là-bas, si je n’y suis plus !

Un article d'Agoravox que j'ai bien aimé sur la disparition programmée de l'émission de Daniel Mermet sur France Inter : Là-bas si j'y suis.



Là-bas, si je n’y suis plus !
Mon sang n’a fait qu’un tour en entendant cette nouvelle, alors que j’écoutais mon émission favorite, sur France-inter, en refaisant le papier peint de ma chambre.

Pas "le jeu des mille euros", mais " Là-bas si j’y suis " , avec Daniel Mermet et son équipe.

« Les rumeurs inquiétantes circulent toujours et nous attendons de connaître précisément les intentions de la direction. Nous vous informerons dès que possible. Pour cela, laissez-nous votre adresse mail sur le site www.la-bas.org.

Chers AMG, nous avons besoin de tout votre soutien, faites circuler le plus possible, partout.

N'oubliez pas que France Inter vous appartient ! »

"Bon dieu ! Ils ne vont pas quand même oser supprimer cette émission !"

J’étais près de la fenêtre, me débattant dans un lai de papier peint.

Un avion passait très haut dans le ciel.

J’avais entendu comme à l’habitude, avec un certain plaisir le jingle de l’émission. Un titre de Cole Porter, interprété par Cannonball Adderley. Du jazz, et du bon, avec un bon piston vibrant dés l'allumage !

Cette pétarade synchronisée ensuite de la vieille Harley Davidson, suite du générique, qui vous invite à prendre le large, en lâchant les chevaux, d’une autre façon qu’avec un camping car !

C’est drôle comment en quelques secondes, comme dans un bon roman, ou un bon film, ou une bonne rencontre, un certain ton est donné….

On aime ou l’on déteste, en tout cas ça ne vous laisse pas indifférent.

La suite ici :

Là-bas, si je n’y suis plus !
Heureusement, le site de là-bas si j'y suis est encore là pour longtemps à l'adresse : www.la-bas.org\
Vous y retrouverez, ou y découvrirez, tout ce que Mermet et ses collaborateurs nous ont fait partager depuis des décennies.

Je peux vous garantir que si la suppression de l'émission est confirmée l'audience de France Inter, déjà en baisse, ne va pas s'arranger.

Sans vouloir faire dans l'antisionisme primaire, il a quand même fallu attendre une certaine Mme Bloch, pour faire ce qu'aucun président de Radio France n'a osé faire depuis des décennies. Sous couvert de rajeunissement de l'antenne en plus, alors que cette dame a dépassé ce qui était naguère, l'âge légal du départ à la retraite (elle a 61 ans). Si sa fiche Wikipedia est exacte, ce dont je ne jurerais pas, par les temps de désinformation qui courent.

Au passage, vouloir rajeunir France Inter est une erreur de marketing colossale et Mme Bloc va s'en apercevoir très vite. France Inter n'est pas, et ne sera jamais, du moins avant 30 ou 40 ans, une radio de jeunes. Ce n'est pas France Bleu non plus.

Elle se caractérisait naguère par une qualité culturelle certaine. On y parlait de tout, mais pas n'importe comment, et pas avec n'importe qui. C'était même la seule radio (d'État je le rappelle) où a toujours régné une indépendance d'esprit certaine et même un certain humour, parfois ravageur, à l'égard de son « principal actionnaire » . Ce qui est loin d'être le cas dans les autres radios où on privilégie souvent le rire, certes, voire un peu trop, mais jamais à l'égard des actionnaires.

Mermet n'est certes pas un saint. Mais il n'y a jamais eu de saints dans les médias, ça se saurait.

Dans le privé, et dans ses rapports avec ses collaborateurs, ce n'était certainement pas un marrant, mais son émission était un bijou inappréciable dans un paysage audio visuel pour le moins dévasté par le fric, la pub et les petits copains. Des générations d'auditeurs ont forgé, grâce à lui, une personnalité toujours méfiante et sourcilleuse à l'égard du pouvoir et de ses affidés. C'est quand même mieux que de se faire sodomiser sans lubrifiant par des animateurs décérébrés qui ne vivent absolument pas dans le même monde que leurs auditeurs.

Mermet faisait admirablement son boulot de défricheur des conventions et du politiquement correct. Grâces lui en soient rendues.

De la même façon Pascale Clark va devoir émigrer vers une tranche horaire beaucoup moins favorable et André Manoukian sera remplacé par...Nagui. N'en jetez plus, on a compris !

Hollande va encore engraisser de bonheur : il n'y aura plus aucune tête qui dépasse à France Inter.

Au pays des aveugles, les borgnes seront toujours rois.

Samedi 28 Juin 2014

Lu 215 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique