WEB SIDE STORIES

« Le meilleur moyen de vivre ses rêves, c'est de se réveiller. » [Paul Valéry]




Hausse du point d'indice des fonctionnaires : on a fait le calcul !

Un article du Nouvel Obs. Enfin ! Les salaires dans la fonction publique étaient gelés depuis 2010 !



Présidentielle en vue : l'heure de chouchouter les enseignants !
Présidentielle en vue : l'heure de chouchouter les enseignants !

Présidentielle en vue : l'heure de chouchouter les enseignants !

Le gouvernement a décidé d'augmenter le point d'indice des fonctionnaires, qui était gelé depuis 2010.

Après la généralisation de la Garantie jeunes de Myriam El Khomri et l'abandon des mesures les plus controversées du projet de loi travail par Manuel Valls, le gouvernement a annoncé jeudi 17 mars le dégel du point d'indice des fonctionnaires.

La ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, a confirmé une hausse de 1,2% en deux fois du point d'indice servant à calculer les rémunérations des fonctionnaires. Cette "ultime" proposition, faite dans le cadre d'une réunion de négociations, prévoit une revalorisation de 0,6% au 1er juillet et 0,6 % au 1er février 2017, ont précisé syndicats et ministère.

Dans un premier temps, le gouvernement avait proposé une augmentation de 1%, jugée inacceptable par les représentants des salariés, qui avaient précisé préalablement qu'ils ne se contenteraient pas d'une hausse symbolique.

A quoi cela correspond concrètement ?


Pour calculer son salaire de base, un fonctionnaire multiplie le nombre de points dont il dispose, par exemple en moyenne 467 pour un professeur qui a 10 ans de carrière, par la valeur du point d'indice, qui va passer environ de 55,5635 à 56,2302.

Soit un salaire mensuel qui passe de 2.162 euros à 2.188 euros. A cela s'ajoutent des primes, qui représentent en tout 20% de la masse salariale de la fonction publique, mais qui n'est pas concernée par l'augmentation du point d'indice. (N.D.L.R : les primes ne sont pas prises en compte à la retraite)

Le gouvernement présente plusieurs cas-type, pour montrer qu'il s'agit d'une augmentation non-négligeable :

Un infirmier en poste depuis 10 ans gagne en moyenne 23.558,92 euros bruts par an. Après le dégel, il gagnera 282,71 euros de plus par an (soit 23.841,63 euros bruts).

Une policière en poste depuis 10 ans gagne en moyenne 19.502,79 euros bruts par an. Après dégel, elle gagnera 234,03 euros de plus par an (soit 19.736,82 euros bruts).

Une ambulancière en poste depuis 10 ans gagne en moyenne 18.447,08 euros bruts par an. Après dégel, elle gagnera 221,36 euros de plus par an (soit 18.668,44 euros bruts).

Un enseignant en poste depuis 10 ans gagne en moyenne 25.948,15 euros bruts par an. Après dégel, il gagnera 311,38 euros de plus par an (26.259,53 euros bruts).

Une augmentation attendue

Le ministère de la Fonction publique ne manque pas de souligner qu'il était temps. Car les salaires étaient gelés depuis 2010. Le salaire net moyen de la fonction publique, de 2.185 euros par mois (avec les primes), est très proche de celui du secteur privé, de 2.202 euros.

Mais alors que celui du privé est resté stable entre 2010 et 2013, celui de la fonction publique a reculé de 1,3%. Et, dans le détail, de 0,3% dans la fonction publique d'Etat, de 1,6% dans la territoriale, et de 2,1% dans l'hospitalière.

"Les fonctionnaires ont largement contribué à l'effort de redressement des finances publiques", explique le ministère. En 6 ans, le gel a permis d'économiser 7 milliards d'euros. La revalorisation du point d'indice est estimée à 2,4 milliards d'euros.

Dimanche 20 Mars 2016

Lu 525 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique