WEB SIDE STORIES

« Jamais homme sage n'a souhaité rajeunir » [Jonathan Swift]




Hadopi 3 ? Ouaf !

Ainsi, Sarkozy, qui apparemment n'a rien d'autre de plus urgent à faire en ce moment, a décidé de lancer ses chiens sur le streaming. Lequel, grâce aux lamentables Hadopi 1 et 2 a dorénavant remplacé le peer to peer. L'excellent Korben, de Korben.info vient de descendre en flammes sur son blog les velléités guerrières, essentiellement fumigènes, bien entendu, de notre va-t-en guerre présidentiel. Pendant ce temps on ne parlera pas des choses qui fâchent... vraiment.



Hadopi 3 ? Ouaf !
Je n'aime pas causer de lutte contre le téléchargement illégal et, d’Hadopi ici, car, j'ai l'impression qu'on tourne en rond, que je re-explique toujours les mêmes choses, mais bon, que voulez-vous, ils ne veulent pas changer d'avis. On ne va pas les refaire malheureusement et moi je suis du genre pédagogue et patient ;-)

Après l'échec d'Hadopi 1, l'échec du firewall open office, l'échec d'Hadopi 2, l'échec de la carte musique jeune, l'échec TMG, l'échec du volet pédagogique "Emma Leprince" et ses pôtes... etc., il est temps pour moi de vous spoiler un peu le FAIL de la prochaine saison d'Hadopi, alias Hadopi 3 (ou peu importe son nom...)

Le gouvernement vient de découvrir 2 nouvelles choses qui font tache dans le "dream-package" vendu depuis quelques années aux artistes, aux représentants de l'industrie culturelle et aux lobbys (non, cela n'a rien à voir avec l'allaitement maternel ou le piratage de BlackBerry, je vous rassure). Ces 2 choses sont :

Le streaming
Et le direct download (téléchargement direct).
OMG !! Mais qu'est ce que c'est que ça encore ? Personnellement, je ne connaissais pas alors je me suis renseigné ;-)

Avant sur l'internet mondial, il existait un truc magique qui s'appelait les FTP warez. C'était de gros serveurs remplis de logiciels, jeux, mais aussi de MP3, de films et j'en passe. Techniquement, il s'agissait ni plus ni moins de direct download. Il fallait payer ou être membre d'une certaine élite pour en profiter. Puis un jour, Dieu pris les traits de Shawn Fanning et descendit sur terre pour faire goûter aux hommes une version simple et accessible du partage de la culture : Napster !

Napster, c'était le premier soft grand public de P2P. Chacun pouvait aller piocher de la musique sur l'ordinateur de son voisin de connexion, sabrant cette notion d'élitisme propre aux boards warez et réduisant (un peu / beaucoup / passionnément / à la folie) les revenus de "l'industrie du piratage". Vous le savez, Napster a ensuite été suivi de KaZaa, eDonkey, eMule, Bittorrent et j'en passe...

Puis grâce à Hadopi (MERCI LES GARS !) et à toutes ces lois anti téléchargement de par le monde, l'utilisation du P2P a commencé à se réduire au profit du téléchargement direct (et des newsgroups). Nous sommes revenu à l'ancien temps, celui de l'argent comme l'a très justement souligné Nicolas Sarkozy.

Voilà pour l'historique du truc. Retour à la case départ donc...

La suite ici

Jeudi 1 Décembre 2011

Lu 1193 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito