WEB SIDE STORIES

« Le meilleur moyen de vivre ses rêves, c'est de se réveiller. » [Paul Valéry]




FREE Mobile : deux ans après son lancement, aucun impact néfaste sur l'emploi d'après l'INSE

Où il est démontré que M. Montebourg a dit, encore une fois, n'importe quoi.



free-mobile

Véritable argument de la critique d'Arnaud Montebourg envers Free mobile ces derniers temps, l'impact négatif sur l'emploi lié à l'émergence des opératerus Low Cost dans la téléphonie mobile vient à nouveau d'être réfuté par l'INSEE.

 
Fface au développement des offres dites " low cost " : l'arrivée du quatrième opérateur avec ses prix cassés aurait eu un effet néfaste sur l'emploi en France.

Arcep emploi Plus récemment remis en avant par le ministre Arnaud Montebourg  bien que complètement démenti par l'ARCEP, Free  et même Orange, c'est l'INSEE qui démontre une nouvelle fois que le secteur n'est pas réellement à plaindre.

Le site de Challenges  présente ainsi les résultats d'une étude menée par l'INSEE sur l'emploi dans les télécoms depuis 1998. On remarquera immédiatement sur la courbe de l'emploi non seulement que ce dernier est en progression depuis 2009 après une chute initiée en 2003 et le passage au nouveau cadre règlementaire, mais que l'arrivée de Free en 2012 est loin d'entrainer une baisse des emplois dans le secteur.

EINSEE impact Free Mobile emploin recadrant l'analyse sur la période correspondant à l'arrivée de Free Mobile sur le marché, l'INSEE rapporte certes une perte de 3000 emplois accélérée entre le quatrième trimestre 2012 et le second trimestre 2013. Mais le troisième trimestre 2013 aura renoué avec les chiffres post Free Mobile et équilibré l'emploi sur le secteur.

De quoi contredire une nouvelle fois le ministre du redressement productif qui semblait pourtant disposer de ses propres chiffres, allant à l'encontre de ceux de l'ARCEP, mais aussi des opérateurs eux-mêmes. Certes, l'arrivée de l'opérateur a entrainé des licenciements, mais Arnaud Montebourg ne souhaite visiblement pas prendre en considération les emplois créés en contrepartie chez les autres opérateurs, dans un nombre suffisant pour stabiliser le secteur.

Les économistes avaient d'ailleurs bien anticipé ce phénomène, et prédit que l'arrivée du quatrième opérateur entrainerait des licenciements, suivis d'une vague d'embauche.

Jean Ludovic Silicani, président de l'ARCEP a commenté l'étude de l'INSEE : " Le périmètre mesuré n'est pas le même, tout dépend des emplois qu'on inclut ou non dans ce périmètre, comme celui des équipementiers ou celui des centres d'appels. En outre, l'INSEE effectue des mesures trimestrielles, dont les fluctuations sont plus nombreuses que celles qui sont constatées lors de nos mesures, qui sont annuelles. En tout cas, la tendance globale exprimée par l'INSEE reste la même que la nôtre : la situation de l'emploi dans les télécoms reste stable sur deux ans."

Source : Challlenge
N.D.L.R

S'il est ainsi avéré que Free n'a eu aucune influence néfaste sur l'emploi, il faut souligner que de surcroît Free est le seul opérateur a avoir eu une influence bienfaisante sur le portefeuille des utilisateurs.

C'est lui qui a fait baisser le prix des communications fixes, puis des communications mobiles, et maintenant de la 4G. Et, en plus, Free, et son PDG, gagent beaucoup d'argent !

Il ne faut jamais prêter attention aux pleurs des crocodiles.


 

Jeudi 6 Février 2014

Lu 856 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique