WEB SIDE STORIES

« Il faut essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple. » [Jacques Prévert]




DADVSI : quand la France éteint ses Lumières !

Voici un excellent billet du blog Digital Jukebox de Philippe Astor à l'adresse :
http://blogs.zdnet.fr/?cat=2



DADVSI : quand la France éteint ses Lumières !

C’est un triste jour dans l’histoire des valeurs universelles de la France héritées des Lumières, alors qu’avec le vote probable aujourd’hui, par l’Assemblée nationale, du projet de loi DADVSI, notre pays s’apprête à abdiquer ce qui a fait toute sa grandeur, en acceptant de placer des intérêts particuliers au dessus de l’intérêt général, en érigeant la surdité, la mauvaise foi et un autoritarisme de circonstance en mode de gouvernement, en cédant aux pressions des lobbies économiques les plus puissants, en accouchant d’une législation qui ferme la porte à toute prise de risque et à toute innovation démocratique dans la définition d’un nouveau modèle de société à l’heure du numérique et d’Internet… Diderot, Rousseau et Voltaire doivent se retourner dans leur tombe.

Je ne vais pas m’attarder sur ce que je considère comme un triste épisode du déclin de l’esprit français et de sa capacité à éclairer le monde. Ceux dont les capacités d’écoute et d’entendement sont les plus étroites ont gagné la partie. Ces Lumières dont on se gargarise tant viennent de céder le pas à une forme d’obscurantisme qui prétend arrêter le nuage radioactif d’Internet et du peer-to-peer à nos frontières. L’exception cuturelle française vient de passer sous les fourches caudines de Vivendi Universal. Et la France, en fidèle serviteur de cette logique réactionnaire qui vise à cadenasser toute propriété intellectuelle au niveau mondial, ne sortira pas grandie de cette affaire. Elle vient de servir la soupe à de puissants oligopoles, et c’est tellement étourdissant qu’on oublierait presque d’en pleurer. Car ne nous y trompons pas : nous devons faire le deuil, à compter d’aujourd’hui, de tout ce qui donnait encore un caractère universel à notre vision du monde.

Je ne vous dis pas merci monsieur RDDV, ni à vous monsieur Pascal Nègre, ni à tous ceux qui avec vous viennent de fermer la porte à toute alternative au modèle industriel dominant. Sous couvert de la sauvegarder, et par votre étroitesse d’esprit, vous venez sérieusement de compromettre l’avenir de toute diversité culturelle. Et même vos largesses en matière d’interopérabilité, monsieur le ministre, ne sont qu’un écran de fumée, une manière d’arbitrer le rapport de force entre l’industrie informatique et celle de la musique en faveur de cette dernière, au mépris de ce principe de concurrence libre et non faussée dont vous vous drapez.

C’est vrai que je suis amer, et dépité. Mais qui ne le serait pas aujourd’hui, face à cette restauration d’une France paternaliste et à l’esprit étriqué. Bien sûr, il nous reste encore un mince espoir, celui que quelques vieux radicaux du Sénat mettent les pieds dans le plat d’un projet de loi fait de bric et de broc, sinon tout simplement de troc. Mais c’est un si mince un espoir… Adieu l’ami, tchao pantin, c’était un joli rêve. Mais le tocsin de la réalité va bientôt sonner. Et il faudra se rendre à l’évidence : c’est la pire des ringardises qui est à l’oeuvre dans nos contrées.

NDLR /
Je n'ai qu'une phrase à ajouter : il y a bien longtemps qu'en France on a éteint les lumières !

Mercredi 22 Mars 2006

Lu 4654 fois

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique