WEB SIDE STORIES

« Il faut essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple. » [Jacques Prévert]




Avec la dette on nous prend pour des c...

Un article de Yovan Menkevick, paru dans Reflets.info, que m'a signalé Alexandre, de Google Plus.



Avec la dette on nous prend pour des c...
On nous rebat les oreilles à longueur de JT avec les dépenses qu'l faut baisser mais on oublie les recettes qu'il conviendrait d'augmenter. Quelques extraits de cet excellent article :

Le taux d'imposition moyen des entreprises, sur 80 pays, a baissé de 38 à 25% entre 1993 et 2010

Les niches fiscales pour les entreprises représentaient 67 milliards d'euros en 2008 ! Aucune chance qu'elle aient baissé depuis.

Pourquoi tout cela ? Quand on veut démanteler un système dans son ensemble, pour le vendre à des intérêts privés, il faut un prétexte. Alors, en creusant la dette, on l’a, ce prétexte. Élémentaire, mon cher Baroin.

Les gouvernants qui ont le plus creusé la dette de leur État sont ceux qui ont appliqué des recettes les plus libérales.

Avec pour mot d’ordre, désormais : privatiser, réduire les services publics à une peau de chagrin. Et comme conséquence, devinez quoi ? L’appel au système privé pour compenser les manques.

La dette, un problème ? Pas du tout : un système bien orchestré pour retirer leurs biens (bien publics, financés par plusieurs générations de Français) aux citoyens. Parce que normalement, l’État c’est nous…

Où sont maintenant les anciens hommes politiques ? A part Chirac, qui n'est pas dans le besoin et qui a oublié d'être con, dans le privé : voir Blair dit "Walking Eagle", Schroeder etc.

Même Sarko l'a avoué un jour : avec son carnet d'adresses il n'aura aucune peine à se recycler avec profit quand la bise (? ) non la claque, sera venue. En revanche, je lui conseille fortement de ne jamais se séparer de ses gardes du corps. En effet, les bains de foule à l'issue, je l'espère et ne suis pas le seul, de son mandat, cela pourra s'avérer très dangereux pour sa santé.

Pour ce qui est du bon peuple, dans l'armée, que j'eus l'occasion de fréquenter jadis, lorsque c'était obligatoire évidemment, on avait une formule que j'aime bien : "Les baisés, comptez vous !"

Voir l'article original ici

Vendredi 7 Octobre 2011

Lu 843 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Informatique | Humour | Santé | Coup de coeur | Coup de gueule | Divers | Télécoms | Ordiphones | Partenaires | Musique | Sexualité | Belles annonces | Bons plans | Voyages | Edito | Politique